MENU
Accueil
Israel Adesanya : le futur du MMA
Écouter le direct
Israel Adesanya - Mike Roach/Zuffa LLC /
Israel Adesanya - Mike Roach/Zuffa LLC / ©Getty

Israel Adesanya : le futur du MMA

Révélation de l’année 2018 à l’UFC, Israel Adesanya s’est offert une démonstration au Madison Square Garden lors de l’UFC 230 ! Non, ce n’est pas que de la hype.

Arrivé à l’UFC en 2018, Israel Adesanya a réalisé une première année parfaite dans l’organisation. Une montée en puissance continue qui fut ponctuée d’une démonstration lors de l’UFC 230 au Madison Square Garden. Kickboxeur de métier, le natif de Lagos fut l'un des meilleurs au monde dans cette discipline. Ce fan de Ong-Bak s’entraîne depuis ses 18 ans. Avant de faire pleinement la transition en MMA, le "Last Style Bender" évoluait au Glory, la meilleure organisation de kickboxing au monde et occupait le top-5 mondial. Il a remporté notamment le tournoi middleweight des contenders et a challengé pour le titre. Toutefois, ses deux dernières sorties se soldèrent par autant de défaites, la dernière par un KO violent contre Alex Pereira. En 6 ans de carrière, il aura compilé un bilan de 75 victoires, 5 défaites, 1 nul chez les professionnels. Le bonhomme a donc de très solides bases en striking et met des kilomètres à la grande majorité du roster en MMA.

Israel Adesanya et sa leçon de "Question Mark Kick"

Testé par l’UFC pour ses débuts  

Justement, concernant les arts martiaux mixtes, Adesanya a débuté en 2012, en parallèle de sa carrière en kickboxing. Avec son style si aérien, il sévit en Chine et Océanie. Entre 2012 et 2017 : 12 combats, 12 victoires, 12 KOs. Aucun n'adversaire n'a tenu plus de deux rounds contre lui. Bref, lors de sa signature à l’UFC, Israel était très attendu. L’organisation lui a réservé tout de même un plateau d’accueil intéressant : Rob Wilkinson. Très bon lutteur, il représentait un vrai test pour Adesanya. En effet, les lutteurs possèdent les qualités parfaites pour contrer les strikers. On l’a récemment vu, toutes proportions gardées, avec Mayweather vs. Khabib. Pour en revenir à notre poulain, Adesanya a validé son entrée avec une victoire par TKO au deuxième round ! Son deuxième combat contre Marvin Vettori fut plus difficile. Au bout des trois rounds, il s’imposa finalement par décision partagée. Toujours dans les tranchées, il fut opposé au lutteur Brad Tavares deux mois plus tard. Oui, l’UFC voulait véritablement tester le prospect avant la moindre enflammade. Il a enchaîné une deuxième victoire de suite par décision, mais au terme de trois rounds parfaitement maîtrisés. Adesanya a remporté d’ailleurs le bonus de performance de la soirée. Désormais membre du top 10 chez les middleweights après cette victoire, de surcroît face à un lutteur d’excellent niveau, le Style Bender ne pouvait plus se cacher. L’UFC lui a donc réservé le numéro 6 de la catégorie, très bon lutteur également, au pouvoir de KO certain : Derek Brunson.  

La démonstration dans la salle la plus connue du monde

"Je me souviens qu'il se moquait de ma prédiction. J’ai dit que ce serait plié au premier round, et si son menton tient le coup alors deuxième round. Il a dit : ‘Oh, ma lutte’ - toute cette merde qu’il dit depuis mon deuxième combat à l’UFC. Il a tweeté que mon jeu au sol était pourri. C’est la même merde qu’ils disent tous. J'ai donc regardé son interview et vous pouvez voir qu'il ne croit tout simplement pas à ce qu'il dit. Il dit juste des choses avec la même vieille rhétorique, la même rengaine ‘c’est juste de la hype’. Il disait que ‘la hype était terminée’. Ils ne se rendent pas compte que derrière la hype, il y a un train lancé à pleine vitesse, prêt à écraser tout le monde." 

- Israel Adesanya à propos de son combat contre Derek Brunson.

Avec ce combat, on allait donc savoir si le showman allait pouvoir se mêler à la course au titre. Après un round à sens unique au Madison Square Garden, la réponse est claire : il en sera. Contre Brunson, le Néo-Zélando-Nigérian aura tout validé : 7 tentatives de mise au sol arrêtées et 3 knockdowns infligés… tout ça en un round. Bref, dans la défense comme dans l’attaque, notre wannabe-superstar a TOUT déchiré ! Le combat qui ouvrait la carte principale était très attendu des fans, notamment du fait de la haine qu’entretenaient les deux adversaires. Brunson insultant notamment Adesanya de "Skinny N*gga".  

Un combat pour le titre ?

Désormais la révélation de l’année aimerait prendre un peu de repos après ces débuts réussis. Ensuite, nous serons en 2019 et Adesanya aura les yeux rivés vers le titre. De son propre aveu, un combat pour la ceinture est maintenant la seule chose qui l’intéresse : "Vous avez Jacare (n°3), qui a déjà perdu contre Kelvin Gastelum (n°4) et Robert Whittaker (champion). Qui veut revoir ça ? Ensuite, Jared Cannonier (n°9), il s’est bien débrouillé ce soir. Je n’ai pas vraiment vu le combat, alors je ne sais pas s’il était disputé ou bien si c’était une démonstration. Mais je sais qu’il a bien joué le coup ce soir au troisième round, mais j’ai remporté mon combat au premier round, alors je lui passe devant. Ensuite, vous avez Yoel Romero (n°1), il n’est pas fiable. En outre, il a manqué le poids. Yoel ne fait pas le poids tout le temps, donc il n’est pas fiable. Luke Rockhold (n°2), il fait le poids, mais déclare forfait et n’est pas fiable. Si Robert gagne à l’UFC 234, il serait tellement logique de faire le combat pour le titre à Auckland à la Spark Arena." Un derby entre l’Australien et le Néo-Zélandais déchaînerait assurément les passions en Océanie. Il faudrait pour cela que le champion passe l’obstacle Gastelum et qu’Adesanya, numéro 6 de la catégorie se voit accorder un title-shot. Nul doute que l’UFC a d’autres plans pour lui à la place d’un chemin aussi direct vers la ceinture. Anderson Silva (pour la hype) et Luke Rockhold (pour le côté sportif) seraient par exemple de très belles options.  

Israel Adesanya contre Robert Thomas au Glory en 2016, ce coup de genou ne vous rappelle rien ?

Par Guillaume Duseaux