MENU
Accueil
Georges St-Pierre : un retour contre Khabib pour valider son statut de GOAT ?
Écouter le direct
Georges St-Pierre et Khabib Nurmagomedov (Photo : Jeff Bottari/Zuffa LLC)
Georges St-Pierre et Khabib Nurmagomedov (Photo : Jeff Bottari/Zuffa LLC) ©Getty

Georges St-Pierre : un retour contre Khabib pour valider son statut de GOAT ?

Plus grand combattant de l’histoire du MMA, Georges St-Pierre se fait très rare à l’UFC. On pourrait ne plus le revoir combattre.

Georges St-Pierre a tout connu au cours de sa légendaire carrière de combattant : la victoire (record de défense de ceintures consécutives en welterweight), la défaite, la gloire (les victoires contre Matt Hughes et BJ Penn) comme la honte (la défaite par KO surprise contre Matt Serra). Le Canadien a su traverser de nombreuses étapes à fil des années pour finalement se hisser au sommet de la catégorie welterweight (et du MMA), et ne plus jamais redescendre. Il quittait ainsi l'UFC une première fois en 2013 sur une douzième victoire consécutive. En novembre 2017, plus de quatre ans après son dernier combat, il revenait pour affronter le champion middleweight Michael Bisping en guise de comeback. Histoire de faire les choses en grand, le choc se déroulait au Madison Square Garden. 

Le comeback de l’année 2017 contre Bisping

Après un premier round brillantissime pour ses débuts dans la catégorie, GSP connut plus de difficultés par la suite. Il suffit toutefois d’une indication pour tout changer. En effet, Freddie Roach, l’entraîneur mythique de Manny Pacquiao est aussi le coach de boxe de Georges St-Pierre. Celui-ci remarqua une tendance chez Michael Bisping et indiqua cela à son poulain entre le deuxième et troisième round. Boum, St-Pierre attrapa le champion en contre pour le mettre knock-down au troisième round. Voyant que son ground and pound ne fonctionnait pas suite au knock-down, GSP saisit l’opportunité et attrapa le cou de son adversaire : il ne lâcha pas. Après quatre ans loin de la cage, la légende s’imposa par soumission au troisième round et devint le quatrième homme après BJ Penn, Randy Couture et Conor McGregor à être double champion à l’UFC. Si ce combat et sa préparation ne se déroulèrent pas comme prévu, l’épilogue résume en quelque sorte la grandeur du Canadien : un entourage exceptionnel et une intelligence de combat rare. 

« Je suis revenu sur ma chaise et Freddie Roach m'a dit ce qui se passait d'un point de vue extérieur. Je savais que Bisping essayait de contrer avec sa main droite alors il m'a dit, ‘quand il lance se droite, lance le crochet gauche par-dessus’. C’est ce que j'ai fait et voilà comment je l'ai mis knockdown. » - Georges St-Pierre à propos de son combat contre Michael Bisping après le deuxième round.

Depuis ce retour triomphant, St-Pierre n’a plus combattu et pourrait ne jamais revenir. En effet, l’habituel welterweight (-77kg) prit du poids pour affronter le champion middleweight (-84kg). S’imposant un régime extrêmement sévère, il prit les kilos supplémentaires nécessaires, mais à quel prix? Poussant la rigueur jusqu’à s’en rendre malade, GSP aurait même pu ne pas combattre à l’UFC 217. En effet, étant allé trop fort dans cette prise de poids, son corps ne voulait plus rien assimiler. Combattant grâce à sa persévérance, il contracta au cours de sa préparation une colite ulcéreuse, une grave maladie intestinale : « Après le combat, je suis allé faire une coloscopie. Ils ont mis une caméra à l’intérieur, puis ils m’ont donné le diagnostic… ils ont dit: ‘Vous avez un ulcère dans vos intestins. Nous ne savons pas ce qui l’a provoqué, mais c’est peut-être le stress ou le fait que vous avez trop mangé’. » Aujourd’hui, on apprend qu’il est complément guéri. Un retour pourrait donc être possible : mais contre qui ?

Khabib Nurmagomedov : l’évidence

Pleinement conscient de son statut, Georges St-Pierre n’affrontera pas n’importe qui en cas de retour. En 2017, il expliquait le choix de son adversaire pour le comeback de cette façon : « Le combat, c'est comme la bourse. Parfois, les gars ont une action haute, parfois l’action est basse. Et c'est une question de timing. Quand je combattais en welterweight, j'avais un grand nombre d’adversaires qui m’attendait et j'avais des blessures, j'ai fait sauter mes ligaments croisés à l'époque. Et les autres m'attendaient... Pour l'instant, je ne tiens pas la ceinture, personne ne m'attend. Je peux faire tout ce que je veux. C'était le timing parfait. Je voulais faire un grand boom en revenant et comme je l'ai dit, c'est comme la bourse. Et à l’heure actuelle, le type avec l’action en bourse la plus haute est Michael Bisping, et c’est le moment idéal pour le faire. » Montant de catégorie pour affronter le champion middleweight, au Madison Square Garden, St-Pierre s’était offert un retour rêvé. Ne comptez donc pas sur GSP pour affronter un Tyron Woodley en 2019. Non, en cas de retour Georges St-Pierre le fera pour l’argent ET l’héritage. Ce bon vieux Tyron ne présente malheureusement qu’un seul des deux éléments : l’héritage, car il est champion welterweight. Pour le reste, il peut passer son chemin…

Khabib Nurmagomedov, du propre aveu de GSP, est une option intéressante : « Ce qui me passionne le plus, c’est de pouvoir être le premier à faire quelque chose. Quand quelque chose ne peut pas être fait et que les gens doutent de moi. C'est un grand champion et, en termes d'héritage, je ne peux penser à un meilleur combattant qui possède un meilleur héritage que Khabib. » Sportivement, le Daghestanais représente actuellement ce qui se fait de mieux dans le MMA : 27-0 et propriétaire de la ceinture lightweight. D’aucuns pourraient même dire qu’il se rapproche du statut de légende. Avec sa victoire de prestige sur Conor McGregor, Khabib a même accédé au rang de superstar. Il est désormais le deuxième combattant le pus suivi de l’UFC sur les réseaux sociaux, derrière le Notorious ! Pour Georges St-Pierre un tel combat coche donc toutes les cases.

Sportivement, ce duel nous laisse rêveurs. Invaincu, Khabib trouverait à qui parler avec un St-Pierre brillant en lutte. Oui, on pourrait enfin voir le Daghestanais challengé dans son domaine de prédilection. Avec les rumeurs d’une nouvelle catégorie en 165 livres, soit 10 de plus que la catégorie lightweight, ce megafight pourrait bien avoir lieu. Khabib pourrait ainsi abandonner ses impressionnantes weight-cuts pour un poids plus abordable pour lui. De son côté, St-Pierre, qui n’a jamais été un énorme welterweight, trouverait l’occasion d’ajouter un troisième titre UFC à sa collection. Ajoutons à cela le fait que Conor McGregor milite pour la création de cette catégorie depuis un moment et vous vivez purement et simplement un rêve éveillé. Il faudra toutefois faire vite, car à 37 ans, GSP ne sera pas éternel. Il se donne encore quelques années au maximum pour revenir : « À 40 ans, j’arrête. Pour sûr. Je ne vais pas me battre dans une cage à 40 ans. Je vais être un homme adulte, je vais avoir dépassé ce stade. Peu importe ce qu'il arrive. » Le temps presse.