MENU
Accueil
Au cœur de WrestleMania, "le plus grand spectacle au monde"
Écouter le direct
Finn Balor face à Bobby Lashley pendant le WWE Live Show à Cologne
Finn Balor face à Bobby Lashley pendant le WWE Live Show à Cologne ©Radio France

Au cœur de WrestleMania, "le plus grand spectacle au monde"

Les années passent et la WWE, toujours appréciée par les fidèles aficionados, continue de remplir des stades aux États-Unis. Mouv' est allé voir l’étendue du phénomène sur place.

Pendant une semaine, la WWE a fait de New York sa maison. Ainsi, l’organisation la plus prestigieuse du catch proposa quatre événements à la suite pour les fans de toute la planète : NXT TakeOver : New York le vendredi, Cérémonie du Hall of Fame le samedi, WrestleMania 35 le dimanche et Monday Night Raw le lundi. Chacune de ces manifestations affichait complet. Quand on écrit complet, on parle de 16 000 fans pour des soirées à guichets fermés au Barclays Center ! Et concernant WrestleMania, le Super Bowl du catch, l’organisation a tout simplement atteint des sommets en réalisant l’événement de divertissement le plus lucratif de l’histoire du MetLife Stadium. 82 265 fans étaient ainsi présents pour encourager leurs catcheurs préférés dimanche dernier. Tout ça pour nous offrir une atmosphère tout simplement exceptionnelle. Car oui, si les détracteurs de la discipline pointent du doigt son côté faux et scénarisé, cela reste avant tout un spectacle…et celui-ci est tout bonnement exceptionnel. WWE, quand la folie des grandeurs devient réalité. 

Dimanche dernier, pendant WrestleMania 35, au MetLife Stadium de New York ©Radio France

« La WWE a su grandir à la fois grâce au marketing et aux histoires mises en place entre les lutteurs, ainsi que le talent de Vince McMahon et de ses équipes. Pour rappel, McMahon a racheté la WWE à son père, à l’époque ce n’était qu’une petite fédération du nord-est des États-Unis. Il a toujours eu cette vision d’en faire une marque mondiale. Il a racheté tout ce qui se faisait de mieux, et a su se développer petit à petit. Par exemple, c’est la WWE qui a développé le système de pay-per-views (achat d’une soirée de combat à la carte – NDLA), qui s’est ensuite démocratisé dans les sports de combat. Il y a aussi un véritable savoir-faire chez la WWE : le renouvellement. En ce moment, il faut être sur les réseaux sociaux et ils investissent cela depuis plus de 10 ans. » nous explique Christophe Agius, commentateur de la WWE en France pour expliquer le succès de l’organisation depuis des décennies, au gré des supertars.

WrestleMania, c’est quoi ? 

Pour celles et ceux qui l’ignorent, WrestleMania est le rendez-vous annuel de la WWE, l’organisation la plus prestigieuse de catch au monde. Elle profite de cet événement pour conclure l’arc narratif de ses différentes rivalités. Car oui, le catch est scénarisé, ce qui ne l’empêche pas d’être spectaculaire, nous y reviendrons. Les fans, qui suivent cela tout au long de l’année comme une véritable série télé sont donc extrêmement impatients à l’aube de chaque WrestleMania. Figurez-vous que cet intérêt, sinon passion, dure depuis un moment maintenant. Le tout premier WrestleMania se déroula ainsi le 31 mars 1985 ! Depuis, chaque année au printemps, c'est le rendez-vous à ne pas manquer ! Un événement surnommé « le plus grand spectacle du monde. » Se déroulant la plupart du temps dans les stades, la soirée voit les plus grandes stars de l'organisation s'affronter. 

Et la recette fait ses preuves, les fans sont toujours aussi investis malgré une certaine connaissance des rouages. Philippe Chereau, deuxième membre du duo de commentateurs français nous explique le fonctionnement de l’organisation pour faire monter les attentes : « C'est un système à la fois très simple et génial : ce sont des shows hebdomadaires visibles gratuitement, comme en France sur AB1, et qui font la promotion d'un show mensuel qui lui est visible par pay-per-view. Pendant trois semaines, les mecs s'insultent et à la fin, ils se mettent sur la gueule ; et pour un titre en plus. C'est un peu la politique de la frustration, pour que les Américains payent. »

Histoire d’ajouter encore plus de spectacles, le « Show des Shows » a aussi droit à un paquet d’invités prestigieux foulant le ring pour l’occasion. Des caméos à la manière des séries télévisées qui restent bien souvent en mémoire et sont au préalable soigneusement teasés par l’organisation. Aretha Franklin, Mohamed Ali, Donald Trump, Mike Tyson, Snoop Dogg ou encore Shaquille O'Neal ont ainsi participé d'une manière ou d'une autre à WrestleMania ! En 2016, le légendaire pivot des Lakers fit ainsi une apparition surprise pour affronter le géant Big Show (2.13m, 174kg). Tout était évidemment scénarisé et prévu à l’avance, mais l’effet sur les fans était garanti. Aujourd’hui encore, ça nous donne quelques frissons :

Une édition 2019 pour l’histoire

Cette année, pas de caméo, mais un événement historique : pour la première fois dans son histoire, WrestleMania voyait un combat féminin être main-event (celui qui clôt la soirée). Là encore, plutôt que se contenter d’un combat classique, la WWE voyait les choses en grand : un combat à trois entre les deux championnes et la star montante, la gagnante repartait avec tout. Charlotte Flair (championne du Raw), fille de Rick Flair, l’un des plus grands de l’histoire, allait ainsi faire face à Ronda Rousey (championne du SmackDown), l’ancienne championne de l’UFC et à Becky Lynch, sans doute la star WWE la plus populaire actuellement. Autoproclamée The Man en 2018, elle se définit comme le meilleur catcheur de l’organisation tous sexes confondus. Elle se voit comme « le bonhomme » donc The Man… et les fans adorent ça. Ajoutez à cela une utilisation savoureuse des réseaux sociaux, conjuguée à un soutien sans faille de la part de son compatriote Conor McGregor et vous obtenez de Lynch la nouvelle poule aux œufs d’or du catch mondial. 

Pour les fans, cette affiche était un véritable rêve éveillé. En effet, ces derniers temps, ce sont bien les femmes qui poussent la WWE vers le haut. « Non, ce n’est pas du tout un coup de communication de la part de la WWE. On veut tous voir ce match ! Ça fait un an que Ronda Rousey est dans le catch et sa rivalité avec Lynch a pris énormément d’ampleur. Pour être honnête, je préfère même le catch féminin ces derniers temps. Je trouve que les filles se donnent plus, ça sonne plus vrai. » nous confiait un fan français ayant fait le déplacement pour l’occasion !

WrestleMania 35, symbole du catch : un scénario et un sport

Les plus malins d’entre vous se doutent donc que la WWE a fait gagner Lynch pour ce WrestleMania. Au préalable dans ce duel à trois têtes, Charlotte Flair tomba la première. Dans le un-contre-un final tant attendu, si Rousey perdit son titre comme prévu, la réalité rattrapa les scénaristes. Lors de l'opposition finale, Rousey se cassa la main droite. Si le plan était qu'elle perde pour pouvoir ensuite prendre du repos et revenir en 2020, son duel fut raccourci au regard de la blessure. Ne l’oublions pas, si les catcheurs sont des acteurs, ce sont aussi de véritables sportifs. Leurs combats sont chorégraphiés et ils mettent ensuite cela en scène. Regardez l’extrait du match Shane McMahon et The Miz le week-end dernier, vous comprendrez que même si tout est prévu à l'avance, celui qui tombe doit bien se réceptionner... sous peine de blessure. C'est ce qui arriva à Rousey. Ayant fait ses débuts à WrestleMania 34, il y a un an, elle apprend encore… et elle ne put empêcher la blessure. Son adversaire, Becky Lynch, fut même contrainte à une absence de 6 ans suite à une grave blessure à la tête entre 2006 et fin 2012. Pour un sport « fake », on a connu nettement plus tranquille. D’ailleurs, la présence de Bobby Lashley, Ronday Rousey et Brock Lesnar, tous anciens combattants de MMA de niveau mondial, sert aussi la crédibilité sportive de la WWE. Les catcheurs sont des athlètes.

Selon Christophe Agius, la partie scénarisée présente un avantage et pas des moindres : « le problème du MMA et du sport en général, c’est qu’on peut avoir de belles affiches, mais le match peut décevoir. À la WWE, comme c’est scénarisé, le match ne va pas décevoir ; hors accident. Quand on vous vend du spectacle, vous savez que vous allez avoir un spectacle de fou. À l’UFC, le combat de dingue peut durer 4 secondes. Au final, on sera un peu déçu et frustré. » 

La WWE, symbole de la société actuelle ?

Au-delà de cet aspect sportif et de ce qui se passe dans le ring, WrestleMania est aussi un véritable rendez-vous pour une partie de l’Amérique…et même du monde. Des fans des 50 états américains et de 68 pays différents étaient ainsi au MetLife Stadium. Pour les deux commentateurs de la WWE, ce succès s’explique par le fait que l’organisation a su évoluer avec son époque. Grâce aux réseaux sociaux et à internet en général, le public a accès bien plus facilement aux contenus et a donc plus de facilité à suivre les événements hebdomadaires. Christophe Agius voit un changement chez les fans, « Les gens sont de plus en plus investis par les séries, regardez Netflix, HBO ou Amazon. Les gens sont dix fois plus investis dans la manière de se divertir que par le passé. Pour ma génération, dans les années 80, on aimait les séries, mais pas à ce point-. Il n’y avait pas de convention par exemple. Aujourd’hui, vous avez ces événements pour toutes les séries, même Riverdale. Cela fait donc partie de la société, donner aux gens de quoi consommer. Ça reste capitaliste, mais les fans s’y retrouvent aussi parce qu’ils ont ce besoin de partager avec leurs amis, leurs communautés. Tu te déplaces à WrestleMania, dans une grande ville, et pourtant tu vois des t-shirts un peu partout. Sur une semaine, la ville devient la capitale pour tous les fans de catch. On rencontre des fans du monde entier et les gens ont ce besoin. Les entreprises l’ont compris donc elles nourrissent ce besoin. » Philippe Chereau ajoute : « on a envie de partager des choses ensemble. Grâce aux séries, comme la WWE, on est fidélisé et cela crée une communauté. Puis, avec les conventions ou événements, on met fin au virtuel pour être physiquement réunis. » Profitant pleinement du virtuel et des écrans, entre son WWE Network, et le jeu vidéo WWE 2K, l’organisation a su rester au point sur le physique. 

Ainsi, tout au long de la semaine WrestleMania, les fans ont accès au WrestleMania Axxess, un véritable événement dans l’événement. Sur des milliers de mètres carrés, les fans peuvent avoir accès à certains catcheurs, et à des expériences inédites. Le Superstore officiel de la WWE s’y trouve également. C’est à cet endroit et seulement à cet endroit que vous trouvez les répliques des ceintures de WrestleMania ainsi qu’un nombre incalculable de goodies à l’effigie des catcheurs. Sur place, c’est saisissant, les fans du monde entier repartent avec des kilos et des kilos de souvenir, le sourire jusqu’aux oreilles. Animés par une véritable passion, ils dépensent sans compter pour cette semaine particulière. Un autre fan français, qui vient à chaque WrestleMania depuis 2012 (!), nous raconte « il faut vraiment le vivre et le voir de ses yeux. WrestleMania est le plus grand des spectacles ». On lui donnerait difficilement tort.

Brock Lesnar faisant son entrée dans le MetLife Stadium ©Radio France