MENU
Accueil
UFC 251 : Kamaru Usman, le Khabib des welterweights ?
Écouter le direct
UFC 251 : Usman VS Masvidal à la Fight Island d'Abu Dhabi
UFC 251 : Usman VS Masvidal à la Fight Island d'Abu Dhabi

UFC 251 : Kamaru Usman, le Khabib des welterweights ?

C’est dans une ambiance quasi unique que se déroulait le premier événement UFC à la Fight Island d’Abu Dhabi, Kamaru Usman a régné.

Pour l’UFC 251, l’organisation n°1 en MMA commençait sa délocalisation sur la Fight Island d’Abu Dhabi. En réponse à la pandémie de coronavirus, c’est un dispositif gigantesque qui a été mis en place. Ainsi, et selon l’UFC, 8543 tests au covid-19 ont été effectués pour le seul UFC 251. Un gala qui a aussi nécessité la réservation de 2220 chambres d’hôtel, pour 11 912 jours de quarantaine en cumulé concernant les protagonistes (combattants, personnels, et médias). Bref, rien n’a été laissé au hasard pour réussir ce pari. 

Une fois sur place, nous découvrons le Flash Forum : une tente XXXL climatisée spécialement conçue pour l’occasion. C’est là que se dérouleront les combats des quatre soirées de combat de la Fight Island. Comme pour tous les événements depuis la reprise, le public est limité au maximum : le personnel UFC, quelques médias, les hommes de coin et quelques invités triés sur le volet. Cela donne une atmosphère particulière à l’ensemble, car on entend chaque coup, chaque instruction donnée par les coachs, mais aussi les analyses techniques des commentateurs. On n’a jamais autant eu ce sentiment d’immersion.

UFC 251 : Usman VS Masvidal à la Fight Island d'Abu Dhabi
UFC 251 : Usman VS Masvidal à la Fight Island d'Abu Dhabi

Kamaru Usman, le rouleau compresseur

Il faudra être très, très, très bon pour s’offrir Kamaru Usman. Toujours invaincu à l’UFC, le champion welterweight s’est offert une petite démonstration de puissance face à Jorge Masvidal en main-event de cet UFC 251. C’est bien simple, le champion a déroulé comme à son habitude. Intouchable en grappling, il a ajouté les coups d’épaule et les coups de pieds en piétinement à son arsenal. Surnommé le « cauchemar nigérian », tout porte à croire qu’il sera champion pour de nombreuses années encore. 

Certes, Jorge Masvidal n’avait eu que 6 jours pour se préparer, mais tout de même, l’impression de domination était constante. Après Tyron Woodley et Colby Covington, Usman s’est offert un autre épouvantail de la catégorie. Comme à chaque fois, il a appliqué la même stratégie. Comme à chaque fois, l’adversaire a fini par plier. Le champion porte désormais son bilan à 17-1 en carrière, 12-0 à l'UFC. Comme annoncé par le Président de l'organisation, Dana White, le prochain challenger sera Gilbert Burns. Le Brésilien, n°1 au classement, devait à l'origine affronter Usman à l'UFC 251 avant d'être testé positif au coronavirus. Très bon en jiu-jitsu brésilien, opportuniste en striking et ancien partenaire d'entraînement d'Usman, il pourrait bien poser problème au champion...

Partageant le même manager que Khabib Nurmagomedov, Usman est aussi en train de construire cette aura d’implacable machine. Le gameplan reste le même, la prise de risque est minime et les victoires s’enchaînent. Pour le moment, personne ne l’a mis dans le rouge à l’UFC. À la manière de Khabib, tous ses adversaires savent à quoi s’attendre… mais personne n’a encore trouvé la faille. À ce niveau, c’est impressionnant.

Jorge Masvidal, BMF un jour, BMF toujours

Arrivé à Abu Dhabi avec une hype énorme, et une personne qui avait parié 200 000$ sur sa victoire, Masvidal n'a pas réussi son pari. Sur une série de trois victoires par finition au moment d’affronter le champion welterweight, l’incroyable série a pris fin. Pourtant, lors des rares phases de striking de l’UFC 251, Gamebred a joué le tout pour le tout, en vain.

Nettement dominé, Masvidal repart d’Abu Dhabi sans la ceinture, mais avec un nouveau contrat très lucratif avec l’UFC ; et surtout avec une cote qui reste intéressante. Après tout, il a tenu 5 rounds face au champion et proposé de belles choses en lutte défensive. Avec un camp spécifique longue durée, la donne aurait peut-être pu être différente. Fort de cette réputation et de sa notoriété grandissante, Gamebred veut maintenant retrouver Usman au plus vite. Cela passera par une victoire contre un autre top-contender. Et il a sa petite idée concernant l’adversaire :

« Leon Edwards, si les chiffres ont du sens, ou que ça me rapproche du titre. [...] Le gars fragile avec le chapeau MAGA (Colby Covington – NDLR), certainement pas lui parce qu'il a été terminé par Usman avec un camp d'entraînement complet. Il a eu comme 12 semaines de préparation et s’est fait finir, donc je pense que ce gars est en dessous de moi, et de loin. Six jours de préparation, et je n’ai pas été blessé ni été proche de me faire finir, donc certainement pas ce tocard comme prochain adversaire. »

Grand animateur de la fight week par son sauvetage de la carte, mais aussi par ses nombreuses punchlines, Masvidal a conquis le cœur de nombreux fans. Il était l’anti-Usman. Cela s’est montré vrai jusque dans les chansons d’entrée dans la cage. Le champion est arrivé sur du Burna Boy… et Masvidal a opté pour la musique de Scarface. Incroyable. Jamais abattu malgré la nette domination adverse, le vétéran (49 combats chez les pros) peut donc repartir la tête haute. Il n'aura cependant pas le droit à l'erreur pour sa prochaine sortie, surtout qu’il reste le seul propriétaire de la ceinture de Baddest Motherfucker (remportée face à Nate Diaz en novembre dernier – NDLR).