MENU
Accueil
Tony Yoka : "Les mecs qui disent que je boxe des vigiles de supermarché sont des bobos"
Écouter le direct
Tony Yoka - contre Peter Milas
Tony Yoka - contre Peter Milas ©Getty

Tony Yoka : "Les mecs qui disent que je boxe des vigiles de supermarché sont des bobos"

Tony Yoka est agacé par les critiques à son sujet, et n'a pas hésité à dire ce qu'il en pensait.

Tony Yoka est plein d'ambition, et ce n'est pas les critiques qui vont l'arrêter : se disant lassé des moqueries à son sujet, le boxeur s'est exprimé dans L'Equipe pour mettre les points sur les i.

Malgré une carrière plus qu'impressionnante, Tony Yoka, champion olympique des super-lourds en 2016, fait l'objet de nombreuses critiques, qui commencent à l'agacer. En effet, une blague récurrente sur les réseaux sociaux prétend que le sportif n'affronterait que "des vigiles de supermarché", un gag qui ne fait pas vraiment rire Yoka.

"En France, le grand public ne connaît pas la boxe"

En effet, lorsqu'on lui parle des critiques à son égard, le boxeur de 29 ans est cash : "ces mecs-là en sont restés à Travis Clark, mon premier adversaire, qui était 300e mondial sur plus de 1.2000 poids lourds répertoriés", lâche-t-il avant d'affirmer "Désormais je suis en passe d'affronter Martin Bakole, 17e mondial. Je progresse et ces gens des réseaux sociaux, cachés derrière un pseudo, je ne les calcule plus".

Yoka s'affiche confiant et plein d'ambitions : malgré le report de son combat contre Martin Bakole, qui "dégoûte" le boxeur, celui-ci annonce haut et fort sa volonté d'affronter des sportifs du top 5 mondial. Mais Tony regrette le rapport à la boxe des Français, qui selon lui, sont "des ignorants". Et d'ajouter : "en tennis, dès qu'un Français approche du top 100 mondial, on en fait le nouveau crack. Moi, le top 100, j'y suis depuis mon deuxième combat. En France, le grand public ne connaît pas la boxe". Il conclut sans retenue : "Les mecs qui disent que je boxe des vigiles de supermarché sont des bobos qui n'ont pas actualisé leurs fichiers, taille Tony Yoka. C'est toujours la même vanne depuis quatre ans. Quant aux vigiles, j'ai du respect pour eux. Mon père, après sa carrière de boxeur, l'a été."

Après l'annulation de son combat avec Carlos Takam en décembre, et le report de son futur affrontement avec Bakole, le sportif voit sa carrière stagner à cause du covid, mais ne perd rien de son ambition et de son désir de se hisser en haut du podium... et c'est tout ce qu'on lui souhaite.