MENU
Accueil
Nate Diaz : le retour de l’enfant terrible de l'UFC
Écouter le direct
L'Américain Nate Diaz face à l'Irlandais Conor McGregor (de dos) lors du combat du 20 août 2016 à Las Vegas (Nevada, Etats-Unis)
L'Américain Nate Diaz face à l'Irlandais Conor McGregor (de dos) lors du combat du 20 août 2016 à Las Vegas (Nevada, Etats-Unis) ©Getty

Nate Diaz : le retour de l’enfant terrible de l'UFC

Cette semaine, Mouv est à Anaheim, en Californie pour couvrir le gigantesque UFC 241 avec, parmi les combats phares, une opposition entre Nate Diaz et Anthony Pettis.

Nate Diaz est une véritable superstar de l’UFC. Pourtant le Californien a toujours été mis volontairement en retrait par l’organisation. Incontrôlable dans la cage comme en dehors, il revient enfin après quasiment trois ans d’absence. Son retour, face à Anthony Pettis, promet à plus d’un titre, car le vainqueur devrait se voir ouvrir les portes d’un très lucratif combat (contre Conor McGregor ?). Au-delà de ces perspectives, Diaz est réclamé depuis de très longs mois par les fans. Ayant explosé aux yeux du grand public lors de ses combats face à Conor McGregor, le petit frère Diaz est connu des aficionados depuis bien plus longtemps. Sa boxe, son style, son attitude et ses soumissions lui ont d’abord valu de se faire remarquer lors de la télé-réalité The Ultimate Fighter organisé par l’UFC… en 2007. Remportant le tournoi de l’émission, Nate est à l’UFC depuis maintenant 12 ans (!). Retour sur la carrière d’un combattant pas comme les autres. 

"L'UFC a essayé de me tirer vers le bas durant toute mon absence. Ils ont essayé de me faire combattre en début de cartes, contre des adversaires peu prestigieux. Ils m'ont également proposé des noms, mais ça ne s'est jamais concrétisé. On s'en fout que je sois co-main event (à l'UFC 241, ce samedi 17 août - NDLA). Pour moi, je suis le main-event de n'importe quelle soirée… Ils font de leur mieux pour empêcher cela." - Nate Diaz sur sa situation actuelle au sein de l’UFC.

Diaz, une histoire de frères

Ayant grandi à Stockton en Californie, loin d'être parmi les villes les plus calmes des États-Unis, Nate Diaz a suivi les pas de son grand frère : Nick Diaz. Dans la famille, le combat est une tradition. Véritable légende du MMA, Nick a combattu les plus grands, au sein des meilleures organisations.  Anderson Silva, Georges St-Pierre, BJ Penn, Takanori Gomi, Robbie Lawler ou encore Frank Shamrock, l'ainé des frères Diaz a fait face aux meilleurs au cours de sa carrière. Contrôlé trois fois positif à la marijuana et adepte des provocations en tous genres, Nick est loin d’être le parfait ambassadeur pour l’UFC. Pourtant, il est devenu une superstar de l’organisation. Un mot explique cela (au-delà de ses talents pour le combat) : charisme. 

"En découvrant les arts martiaux, mon frère a directement décidé ce qu'il allait faire et où il allait aller. À 15 ans, il prenait déjà des combats. Qui pense comme ça à cet âge ? J'étais un enfant et je le voyais faire. Comme je n'avais pas grand-chose à faire, je l'ai suivi. Il est à 100% la raison de ma présence ici, à l’UFC." - Nate Diaz à propos de son frère

C’est avec ce véritable phénomène que Nate Diaz a grandi. Forcément, ça vous forge un jeune homme. Appliquant avec succès la recette du grand frère, le benjamin a su conquérir le cœur des fans au fil de ses apparitions. Comme son frère, son charisme a fini par faire de lui l’icône qu’il est aujourd’hui. Un certain Conor McGregor a également bien aidé le Californien…

Les combats contre McGregor : l’explosion auprès du grand public

À l’UFC plus que dans n’importe quelle autre organisation, l’expression "anywhere, anytime"  ("n’importe où, n’importe quand") est élevée au rang de devise. Nate Diaz a su parfaitement appliquer l’adage… pour obtenir ce combat contre Conor McGregor. Quelques mois avant le début des négociations, Diaz arrive avec fracas sur le radar de l’Irlandais.

Ainsi, après une victoire sur le vaillant Michael Johnson en décembre 2015, en direct sur la FOX, le Californien se lance dans un discours depuis entré dans la légende. Le commentateur de l’UFC lui demande comment il se sent après cette superbe performance, voici la réponse : "On s’en fout de ça. Conor McGregor, enf..., tu prends tout ce pour quoi j'ai travaillé. Je vais te démonter. Tu sais qui est le véritable combattant, tu sais qui peut te rendre riche - moi. Ce ne sont pas ces clowns que tu as ridiculisés en conférence de presse qui vont te donner du mal. Personne ne veut voir ça. Tu sais que tu peux déjà les battre. Ce sont des combats faciles. Tu veux du réel ? C’est ici !" Avec cette tirade, Nate Diaz attire l’attention, sans pour autant parvenir à avoir le combat recherché. En effet, l’Irlandais se lance dans l’opération "double champion" pour obtenir la ceinture lightweight face à Rafael Dos Anjos. Pour le Californien, un coup de pouce du destin finit par arriver…

15 jours avant l'événement, Dos Anjos se casse le pied et doit renoncer. L'UFC doit donc trouver un remplacement pour affronter sa superstar. José Aldo, battu par McGregor quelques mois auparavant, refuse faute de temps. Frankie Edgar décline également pour cause de blessure. Un homme se décide alors à relever le défi : Nate Diaz. Toujours prêt même en période hors combat, cet adepte du triathlon va tenter l’impossible face à la terreur de l’UFC.

Le 5 mars 2016, l'UFC 196 bat le record de ventes en pay-per-view de l'organisation... et Nate Diaz choque la planète en devenant le premier homme à battre Conor McGregor à l'UFC. Après avoir connu un premier round compliqué, l'Américain fait parler sa boxe pour s'offrir la poule aux œufs d'or de l'UFC ! En sang et devant une foule en délire, il lance au public comme première réaction à sa victoire : " je ne suis pas surpris bande d’enf... !"  Quelques mois plus tard, l’UFC organise le combat revanche entre les deux hommes. Si Nate Diaz s’incline cette fois, à la décision, il bat à nouveau le record de ventes de pay-per-view avec McGregor. Plus que jamais, il faisait figure de deuxième star de l’organisation et la trilogie semblait d’actualité.

"Tu es revenu et a gagné par décision lors du match retour... Ce n'est pas la même chose que gagner par soumission. Si c'était la guerre, tu serais mort mon pote. J’aurais tout conquis. Tout serait à moi. Il n'y aurait pas de deuxième combat." - Nate Diaz à propos du second combat contre McGregor

Malheureusement pour les fans, la trilogie se fait encore attendre. Si l’UFC a tenté de ramener Nate Diaz dans la cage à plusieurs reprises, les combats prévus ne se sont jamais matérialisés. Tyron Woodley ? Blessé. Georges St-Pierre ? Pas intéressé. Dustin Poirier ? Blessé. Le Californien a cruellement manqué de chance avec ses potentiels adversaires. Quand l’opportunité Anthony Pettis s’est présentée, Diaz n’a donc pas beaucoup eu à réfléchir. Affronter un nom de l’UFC, qu’il n’aime pas, et dans une catégorie où il n’a pas à "cutter", que demander de plus ? 

Nate Diaz, l’incontrôlable

Si avec Diaz, l’UFC a l’assurance d’avoir un homme qui sera dans la cage le jour du combat, pour le reste c’est bien plus complexe. Comme son frère, Nate a ce côté ingérable qui est aussi magnétique pour les fans qu’insupportable pour son employeur. Ses apparitions en public sont rares, remarquables et souvent surprenantes. Bref, l’homme fascine, autant que le combattant. En effet, dans la cage, Diaz est (comme son frère), un véritable cauchemar. Entre insultes et gifles, les adversaires sont à la fête et les valeurs martiales sont rangées au placard.

View this post on Instagram

The Stockton Slap, folks ✋ @NateDiaz209 #UFC241

A post shared by ufc (@ufc) on

Oui, oui, même le Président de l’UFC a eu droit à sa gifle…

Par exemple, en marge de la revanche contre Conor McGregor, il se fait remarquer en quittant la conférence de presse avant sa conclusion. Histoire d’enfoncer le clou, le Californien commence même un concours de lancer de canettes avec son adversaire…  Si le buzz est garanti, l’UFC qui connaît toujours un déficit d’image par rapport aux autres grandes ligues américaines se serait bien passé de ça.

Plus récemment, lors de l’entraînement public de l’UFC 241, Diaz est arrivé sur scène en s’allumant un joint. L’image fait le tour des réseaux sociaux encore une fois, pour le plus grand bonheur des fans, mais cela fait grincer quelques dents… dont celles du président de l’UFC Dana White. Le cannabis récréatif a beau être légal en Californie, son image reste controversée (notamment dans le sport). D’ailleurs, la consommation de THC est interdite en compétition par l’agence mondiale antidopage, contrairement au CBD. Si Diaz a affirmé qu’il s’agissait bien de CBD, l’odeur nous laisse penser le contraire…

Très rare dans la presse, Diaz a aussi la fâcheuse tendance de faire les choses à son rythme. Lors de la journée des médias de l’UFC 241, il ne s’est tout simplement pas présenté ! Même le tout puissant Président de l’UFC Dana White s’est résigné par rapport à son combattant : "C'est toujours intéressant de faire affaire avec les frères Diaz. Ils sont ces personnages que les fans adorent. Peu importe ce qui s'est dit ces trois dernières années, les frères Diaz viennent pour se battre. Avec Nate Diaz, il faut savoir qu'on ne lui fera rien faire contre son gré. Il va faire ce qu'il veut, en fonction de son emploi du temps." Une chose est certaine cependant, Diaz sera en tenue ce samedi 17 août (et c’est bien là l’essentiel).