MENU
Accueil
Deontay Wilder vs. Tyson Fury : qui va devenir l’autre roi de la boxe ?
Écouter le direct
Deontay Wilder Vs Tyson Fury - conférence de presse à Los Angeles (Ringo Chiu)
Deontay Wilder Vs Tyson Fury - conférence de presse à Los Angeles (Ringo Chiu) ©AFP

Deontay Wilder vs. Tyson Fury : qui va devenir l’autre roi de la boxe ?

Ce samedi 22 février, ce sera la guerre à la MGM Garden Arena de Las Vegas ! Deontay Wilder et Tyson Fury se retrouvent pour une revanche qui s’annonce explosive.

Le 1er décembre 2018, Deontay Wilder et Tyson Fury s’affrontaient dans un choc poids lourds extrêmement attendu. Le destructeur américain et l'artiste britannique finissaient par se neutraliser pour se quitter un résultat nul frustrant. Pourtant, au regard du combat, c'est bien Fury qui avait dominé les débats. Donnant plus de coups au global et remportant (officieusement) 9 des 12 rounds, le Gypsy King ne pouvait regretter que deux choses : ses deux envois au tapis lors des neuvième et douzième rounds. Ce deuxième knockdown est depuis entré dans la légende de la boxe.

Le knock-down de l’année : Sur une combinaison droite-gauche, Wilder envoie Fury au pays des merveilles. Du public aux commentateurs, en passant par le champion du monde lui-même, tous pensent que le combat est terminé ! C'est mal connaître l'Anglais qui se relève miraculeusement, comme si de rien n'était. Plus impressionnant encore, c'est bien Fury qui domine la fin du combat. Un an et demi plus tard, la revanche doit permettre d’établir une claire hiérarchie au sein de la catégorie reine.

Qui est l’autre roi de la boxe, avec Joshua ?

Longtemps, la suprématie chez les lourds semblait se jouer entre Anthony Joshua et Deontay Wilder. Entre un évitement soigneusement géré et un grain de sable nommé Andy Ruiz, conjugués à un retour de Tyson Fury au plus haut niveau, la donne a changé. Ils sont désormais trois à prétendre sur le trône. En effet, depuis le premier combat, Anthony Joshua a perdu son statut d’invaincu, avant de retrouver ses couronnes mondiales. De leurs côtés, Fury et Wilder ont assuré. Depuis le premier choc, les deux hommes ont combattu par deux fois, pour deux victoires.

Moins connu que le Bronze Bomber aux États-Unis, le Britannique s’est concentré sur ce marché avec deux combats, pour des résultats contrastés. Après avoir déroulé contre Tom Schwarz, le Gypsy King a ainsi connu toutes les peines du monde pour se débarrasser de l'Allemand Otto Wallin. Jouant crânement sa chance, l’outsider a ainsi réussi à ouvrir profondément Fury au troisième round et a obligé l’ancien champion du monde à s’employer. Si l’Anglaise sécurisait la victoire, il ne rassurait pas pour autant, à quelques mois des retrouvailles avec Wilder. 

Le Bronze Bomber justement, ce dernier a connu une année 2019 bien plus calme que son futur adversaire. En deux combats, contre deux membres du top 10 mondial, il s’est offert… deux KOs, parmi les plus beaux de l’année passée. Dominick Breazale, boxeur au style très Wilder-friendly, n'a tenu que 2m17. Avec Luis Ortiz la donne fut différente. En effet, avant Fury c'est lui qui avait proposé la plus grande opposition à l'Américain au cours de sa carrière. La revanche, souhaitée par le champion du monde, était donc intéressante à plus d'un titre. Finalement, celle-ci a confirmé les pires craintes des rivaux du Bronze Bomber : il est terrifiant de puissance. Dominé durant l'ensemble du combat et passif à souhait, Wilder n'eut besoin d'accélérer qu'une seule fois pour s'offrir le KO ! Sentant qu'Ortiz commençait à être moins actif après une grosse moitié de combat, il lança le 1-2 pour envoyer son adversaire à travers les cordes. En carrière, et après 43 combats, Deontay Wilder a envoyé tous ses adversaires au tapis. TOUS. C'est tout simplement colossal à ce niveau de compétition pour un homme qui est propriétaire de la ceinture WBC depuis maintenant 5 ans, et 11 combats. Surtout, toutes les revanches de la carrière de l'Américain se sont révélées désastreuses pour ses rivaux. Le 22 février, il espère évidemment confirmer cette terrifiante tendance.

Bermane Stiverne : victoire par décision unanime en janvier 2015 - victoire par KO au 1er round en novembre 2017.
Luis Ortiz : victoire par TKO au 10e round en mars 2018 - victoire par KO au 7e round en novembre 2019
Tyson Fury : match nul en décembre 2019 – 

« Quand je t’ai trouvé, t’étais à court de cocaïne. Tu envisageais le suicide. Alors, ne me dis pas que tu m’as permis d’atteindre les grands combats. Je t’ai amené à ce niveau. » - Tyson Fury à Deontay Wilder

Deux boxeurs, deux styles 

Ayant repris son règne de la terreur, Deontay Wilder n’a rien changé depuis le match nul face à Fury. Oubliez le travail au corps qui a tant manqué contre le Gypsy King, l’Américain est plus que jamais revenu aux bases : son bras arrière et son jab. Souvent décrié pour son manque de technique, il maîtrise pourtant à la perfection ces deux armes. Avec un bilan en carrière ronflant et la réputation de destructeur qui l’accompagne, Deontay Wilder sait qu’il finit par toucher au cours des douze rounds… et quand il touche, c’est généralement terminé. Pourquoi donc changer une méthode qui a fait ses preuves, reposant sur des qualités physiques rares et deux techniques parfaitement maîtrisées ?

« Je ne crains pas l'homme qui a répété 10 000 coups de pied différents une fois, mais je crains l'homme qui a répété 10 000 fois le même coup de pied. » - Bruce Lee

Poids lourd le plus technique avant l’arrivée d’Oleksandr Usyk dans la catégorie, Tyson Fury a l’habitude d’out-boxer ses adversaires. Jamais battu au cours de sa carrière, il semblait se diriger vers la victoire face à Wilder avant que l’Américain ne sorte le fusil à pompe de l’Alabama. Malgré ses 20 KOs en carrière (30 combats), le Gypsy King n'est pas connu pour son pouvoir de KO. L'Anglais brise ses adversaires au fil des rounds pour les faire craquer dans la deuxième moitié de combat. Face à Wilder, le moment de rupture n’est jamais arrivé. C’est ce qui a poussé Fury à tout changer ou presque.

Exit Ben Davison, l'entraîneur du comeback réussi, et (re)bonjour SugarHill Steward. Oui, le Gypsy King a changé d'entraîneur pour retrouver un homme qu'il avait côtoyé à l'été 2010. Neveu du légendaire coach Emmanuel Steward (Hearns, Lewis, Klitscho, Holyfield), il doit permettre à Fury de se renouveler. Son recrutement a d’ailleurs été marqué par une volonté simple : ne pas laisser la décision finale du combat au juge. Cette fois, le Britannique vise le KO, rien que ça. Ayant poussé Wilder dans ses derniers retranchements après seulement trois mois de retour au plus haut niveau, il a de quoi nourrir d’immenses espoirs…

« Je m'attends à un KO net. Ce sera tôt dans le combat pour que nous puissions faire la fête et boire après ! On va passer une bonne nuit à Las Vegas pour célébrer. Je vise le deuxième round. J'ai dit le deuxième round pendant tout le camp d’entraînement, et je vais m'en tenir au deuxième round. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas quand, mais le deuxième round est le moment où ça va avoir lieu. » - Tyson Fury

Deontay Wilder vs. Tyson Fury 2 a lieu samedi 22 février, à Las Vegas.