MENU
Accueil
Badr Hari vs Rico Verhoeven : le retour du Bad Boy
Écouter le direct
Badr Hari vs Rico Verhoeven (photo : Koen Van WEEL)
Badr Hari vs Rico Verhoeven (photo : Koen Van WEEL) ©AFP

Badr Hari vs Rico Verhoeven : le retour du Bad Boy

Ce samedi 21 décembre, Badr Hari fait son grand retour face à la superstar du GLORY et actuel champion poids lourd de l'organisation Rico Verhoeven. Hari doit absolument gagner.

Plus prestigieuse organisation de kickboxing au monde, le GLORY n'a cependant jamais connu le même succès que le K-1 lors de ses plus belles années. Entre émergence du MMA et pénurie de poids lourds de grands talents, l'organisation est tout simplement arrivée au mauvais moment. Il y a trois ans, le combat entre Rico Verhoeven, symbole de la nouvelle génération, et Badr Hari, superstar et derniers représentants de l’époque des grands K-1, devait servir de passage de flambeau.

Malheureusement pour les fans, la star marocaine se blessait au bras lors du deuxième round et s'inclinait donc par TKO. Le megafight se terminait ainsi bien tristement et si Rico Verhoeven l’emportait, la passation de pouvoir n’avait pas lieu. Avec ce résultat qui n’arrangeait personne, les fans se trouvaient dans l’attente d’une revanche. Samedi soir, dans un stade de plus de 27 000 places qui s’annonce plein à craquer, ils vont être servis. D’un côté, Rico Verhoeven comptera asseoir sa domination sur le kickboxing mondial. De l’autre, Badr Hari jouera tout simplement sa carrière et sa légitimité sportive. 

Badr Hari, le Bad Boy assagi

Véritable icône du kickboxing, Badr Hari reste cependant l'un des plus gros gâchis du sport. Agressif au possible dans le ring, il s’est quelquefois perdu dans ses offensives. Par exemple en 2008, face à Remy Bonjasky et après avoir battu par KO la légende Peter Aerts et le solide Errol Zimmerman, Hari était disqualifié en finale du Grand Prix du K1 après un kick interdit. En 2010, il perdait son titre de l’"t's Showtime"... par disqualification là encore. Oui, la légende a un certain côté incontrôlable. Sa carrière a même été perturbée par plusieurs incidents extrasportifs lorsqu’il était au sommet. 

Le côté obscur de Badr Hari

"Il n'y a rien de mal à devenir un père de famille. Les enfants sont la chose la plus importante. Ça n'a rien à voir avec le fait de ralentir dans le sport. Aujourd'hui, mes enfants sont ma priorité numéro 1. Je gagne ma vie grâce aux sports de combat donc tout est connecté. Combattre, être une bête, être un animal est connecté avec le fait d'être un père de famille. C’est grâce au combat que je nourris ma famille. Aujourd’hui, c’est ce qui me rend dangereux." - Badr Hari concernant son assagissement au cours des dernières années. 

Enfin rentré dans le rang, il revenait à la compétition en mars 2018, soit un an et demi après la défaite face à Verhoeven, pour un combat de rentrée face à Hesdy Gerges. Si Hari s'imposait par décision, la célébration était de courte durée. Contrôlé positif après le combat, il écopait d'une suspension rétroactive de 19 mois en avril 2019. Celle-ci prenait fin le 7 décembre dernier (début le 7 mai 2018). C’est donc avec plus d’une année et demie à ronger son frein que Badr Hari s’attaque à l’actuelle référence du kickboxing mondial. Sur le papier, ça s’annonce très compliqué pour la légende. Qu’importe, le Bad Boy avance confiant, comme toujours… et les fans sont derrière lui. En effet, s’il peut compter sur la communauté marocaine pour le soutenir, Badr reste encore et toujours l’icône du sport. Dernier survivant d’une époque désormais révolue, il a aussi pour lui ce style imprévisible qui rend ses combats immanquables. Avec Badr, on ne sait jamais ce qu’il va se passer, en bon, comme en mauvais.

"J'ai combattu les plus grands. J'ai battu Semmy Schilt. J'ai battu Alistair Overeem. J'ai battu Peter Aerts. J’ai battu Ray Sefo, un gars avec une mâchoire en acier. Je l’ai mis KO. Après avoir mis tant de KOs, comment puis-je être impressionné par Rico ? Parce qu'il est invaincu depuis 7 ans ? Il a gagné 15 combats aux points. Ça ne m'impressionne pas." - Badr Hari, l’homme aux 92 KOs en carrière (sur 106 combats) et au ratio impressionnant de 87% de victoires par ce biais.

Français présent sur la carte du GLORY COLLISION 2, le poids lourd Nordine Mahieddine a accepté de répondre à nos questions quant au choc de l’année en kickboxing.

Tu es sur la carte la plus importante de l’année pour le GLORY, comment se sont passées tes dernières semaines ? 

On m’a prévenu il y a une vingtaine de jours. Personnellement, je voulais être sur cette carte, mais surtout bien m’entraîner. Si je n’ai pas eu autant de temps que souhaité pour me préparer, ça reste un honneur de combattre sur cet événement. On va boxer devant 30 000 personnes, c’est énorme ! 

Comment expliques-tu ce soutien des fans pour Badr Hari ?

Pour ma part, je ne suis fan d’aucun des deux. J’aimais bien Tyrone Spong et Gokhan Saki. Que les gens aiment Badr Hari, c’est le soutien de son pays le Maroc. En Hollande, il y a aussi beaucoup de Marocains, il bénéficie d’un important public. Il a aussi détruit des gens auparavant. On peut dire ce qu’on veut, il a frappé les meilleurs, des anciens aux nouveaux. 

De l’autre côté, on a Rico Verhoeven. Champion depuis 2015, il ne semble pas fasciné…

Pour moi, Rico n’a pas un don, mais c’est un bosseur. Il travaille énormément. Le mec est à fond dans ses entraînements et sa préparation physique. D’ailleurs on le voit bien, physiquement, il est monstrueux. Ses stratégies de combat sont impressionnantes. 

Quel est ton pronostic pour ce véritable choc ?

Pour moi que le meilleur gagne. D’un côté, on a un Badr Hari qui a très peu combattu depuis trois ans. De l’autre, on a un Rico qui a été très actif. Badr Hari reste quand même Badr Hari. Je ne peux pas me prononcer sur le combat, car je sais ce qu’est la catégorie heavyweight : sur un coup tout peut s’arrêter. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle cette catégorie la catégorie reine. Sur un coup, on te rafle et c’est terminé. »