MENU
Accueil
Odell Beckham Jr. aux Cleveland Browns : ultime étape du renouveau d’une franchise maudite ?
Écouter le direct
Odell Beckham Jr. ©Getty

Odell Beckham Jr. aux Cleveland Browns : ultime étape du renouveau d’une franchise maudite ?

Faisant partie des rares stars NFL à être connues en Europe, Odell Beckham Jr. a été transféré aux Cleveland Browns. Un séisme.

Imaginez un peu que Neymar se retrouve à Lorient suite à un échange entre le club breton et le PSG avec Jimmy Cabot pour faire le chemin inverse. C’est précisément ce qu’il s’est passé la semaine dernière. Les New York Giants, équipe mythique NFL, ont échangé leur superstar aux Cleveland Browns, franchise malade depuis bien trop longtemps. Si on s’attendait à un départ d’Odell Beckham Jr., plus en odeur de sainteté dans la Grosse Pomme, la destination surprend. Il passe ainsi d’un marché gigantesque à une « petite » ville des États-Unis. Surtout, cet échange s’est fait dans le plus grand secret... et a permis aux Browns de récupérer l’un des meilleurs receveurs de la ligue pour une bouchée de pain (un premier tour de Draft et le safety Jabrill Peppers). 

Derrière cet échange marquant, une raison principale : Odell Beckham voulait jouer à nouveau avec son grand ami depuis l’université Jarvis Landry. Ce même Jarvis Landry qui évolue aux Brow depuis 2018 et qui se plait dans l’Ohio. Désormais, avec l’arrivée de leur nouvelle superstar, censée conclure deux ans de reconstruction active, les Cleveland Browns doivent devenir une place forte de la NFL. 

View this post on Instagram

OH MY!!!! S*#% just got REAL!!

A post shared by LeBron James (@kingjames) on

« Oh Mon Dieu ! On y est putain ! » : la réaction de LeBron James à l’arrivée d’OBJ aux Cleveland Browns

Odell Beckham Jr., la superstar

Si vous suivez légèrement le sport américain, vous avez forcément entendu parler d’Odell Beckham Jr. alias OBJ. Phénomène universitaire à LSU, il était sélectionné au premier de la Draft 2014 par les New Orleans Giants. Si le passage en NFL peut être compliqué, encore plus dans un énorme marché où les tentations sont nombreuses, OBJ s’acclimata très bien. Pour sa toute première saison, il s’offrit même « The Catch » le 23 novembre 2014, une action depuis entrée dans la légende de la ligue. À 7-3 dans le deuxième quart face aux Cowboys, le quarterback Eli Manning lança une passe qu’on pensait bien trop forte pour Beckham. Grossière erreur de notre part, puisque celui-ci s’arracha pour attraper le ballon. Un exploit d’autant plus remarquable qu’il réceptionna la passe de 43 yards avec seulement 3 doigts ! Ce véritable miracle a depuis été qualifié de « réception de l’année » par certains et « réception du siècle » par d’autres.

Depuis ce highlight, notre cher OBJ s'est imposé comme l'une des références à son poste en NFL. On parle ainsi de trois sélections au Pro Bowl, deux sélections au sein de la deuxième meilleure équipe de la ligue et d'un trophée de meilleur débutant offensif de l'année ! Charismatique et spectaculaire à souhait, il était récompensé par le plus gros contrat de sponsoring de l'histoire de Nike en NFL. Pour écarter Adidas en 2017, la marque à la virgule sortait le carnet de chèques : 29 millions de dollars sur 5 ans. Un an plus tard, OBJ faisait sauter la banque avec les New York Giants. Le receveur devenait ainsi le joueur le mieux payé de l'histoire à son poste : 95 millions de dollars sur 5 ans !

Cleveland Browns, la franchise maudite

Comme les Cleveland Cavaliers avant l’arrivée de LeBron James, les Browns font figure d’équipe de perdants par excellence. Devant un tel marasme, on pouvait même voir des pancartes : « au moins, nous avons LeBron » dans les travées du stade en 2015. 

Dans les statistiques, cette incroyable série de la lose se caractérise de la manière suivante. Ainsi, depuis le retour de la franchise en NFL en 1999, leur bilan est de 95 victoires, 224 défaites et 1 match nul. Pire encore, sur cette même période, ce sont 30 quarterbacks qui ont joué un match en tant que titulaires. Absents des playoffs depuis 2003, les Browns sont les heureux propriétaires de la plus longue période de disette en cours. Vainqueur du Super Bowl lors de leur toute première saison NFL en 1950, puis en 1954, 1955 et 1964, les Browns sont depuis rentrés dans le rang, et pas qu’un peu.

2019, l’année pour tout casser

Si entre-temps King James est parti en Californie, la franchise NFL fait beaucoup moins rire la concurrence. En effet, depuis désormais deux saisons et grâce à un recrutement judicieux (ce n’est pas trop tôt !), l’équipe avance enfin. En 2017, avec le premier choix de la Draft, qui récompensait leur saison à 1 victoire pour 15 défaites, les Browns sélectionnaient Myles Garrett. Défenseur au physique herculéen, il allait permettre d’asseoir de solides bases dans ce secteur. Toutefois, l’essentiel manquait : un quarterback digne de ce nom. Véritable chef d’orchestre de l’attaque en football américain, il est essentiel au succès de n’importe quelle équipe. Les plus grandes dynasties ont d’ailleurs toutes été portées par des QBs de génie, des 49ers de Joe Montana aux Patriots de Tom Brady. 

En quête d’un quarterback depuis bien trop longtemps, la franchise obtenait à nouveau le premier choix de Draft en 2018. Encore une fois, c’est leur bilan famélique de 0 victoire pour 16 défaites (deuxième franchise dans l’histoire de la NFL à faire cela) qui leur permettait une telle position. Sans trop de surprises, la franchise se tourna alors vers le quarterback Baker Mayfield. Star universitaire, il allait tenter de mettre fin à l’infernale spirale négative. Un an plus tard, mission accomplie. En 2018, les Cleveland Browns ont terminé avec un bilan de 7 victoires, 8 défaites, 1 match nul. Des progrès très nets auxquels il est loi d’être étranger. Élu rookie de l'année 2018, Mayfield battit même le record de touchdowns lancés par un débutant en NFL avec 27 passes ! Bref, la franchise s’est enfin trouvé son guide en attaque. 

En réussissant à attirer Odell Beckham Jr. dans leurs filets, les Cleveland Browns affichent désormais leurs ambitions pour la saison prochaine : les playoffs. En effet, l’association de l’un des meilleurs receveurs de la ligue… avec le rookie de l’année Baker Mayfield promet immensément. Outre cette association, les Jarvis Landry, Kareem Hunt, Nick Chubb, Duke Johnson et David Njoku seront les autres têtes d'affiche de cette attaque ! Sur le papier, Cleveland peut même prétendre au statut d'attaque numéro 1 de toute la NFL. L'AFC North est prévenue !