MENU
Accueil
Naomi Osaka, Kei Nishikori : le Japon est-il en train de dépoussiérer le tennis ?
Écouter le direct
Naomi Osaka, Kei Nishikori : le Japon est-il en train de dépoussiérer le tennis ?
Naomi Osaka, Kei Nishikori : le Japon est-il en train de dépoussiérer le tennis ? ©Radio France

Naomi Osaka, Kei Nishikori : le Japon est-il en train de dépoussiérer le tennis ?

Avec sa victoire lors de l’US Open, Naomi Osaka a confirmé l’arrivée du Japon au premier plan du tennis mondial.

Il y a deux semaines, Naomi Osaka s’est imposée contre Serena Williams en Finale de l’US Open. Une victoire historique puisque la sportive devenait la toute première japonaise à remporter un tournoi du Grand-Chelem, le tout face à la GOAT. Si cette victoire fut légèrement éclipsée par la polémique entre Serena Williams et l’arbitre de la rencontre, elle reste majuscule. À 20 ans, Osaka est désormais l'un des visages du tennis mondial. Conscientes du potentiel marketing impressionnant de la joueuse, les marques se précipitent sur elle. Quelques jours après sa victoire, elle est ainsi devenue ambassadrice globale de Nissan. Né au Japon d'un père Haitien-Américain et d'une mère japonaise, Osaka vit aux États-Unis depuis ses 3 ans. Cette influence multiculturelle fait d'elle une parfaite « femme-sandwich » pour les marques. Elle doit aussi signer le contrat le plus lucratif de l'histoire pour une femme chez Adidas  à hauteur de 10 millions de dollars par an. Bref, dans un tennis féminin qui cherche désespérément un successeur à Serena Williams (bientôt 37 ans), elle a tout de l’élue.

Un potentiel sportif et marketing impressionnant

Sportivement, car c’est le plus important, Osaka assure ! Entraînée par un père inspiré de la philosophie Williams, elle a été biberonnée au tennis. Aujourd'hui, elle récolte les fruits de son travail. Ainsi, pour la seule année 2018, elle présente un bilan de 35 victoires pour 15 défaites et a remporté 2 titres. Triomphante à Indian Wells et à l’US Open, elle a accroché deux des plus prestigieux trophées du circuit. Toutefois, après cette année 2018 en forme de révélation, elle sait qu’elle va devoir gagner en régularité. Capable de battre Sharapova et Halep sur une semaine, elle peut ensuite se faire sortir par Dalila Jakupovic. À 20 ans, elle a l'avenir pour elle. La légende du tennis japonais Kimiko Date la voit aller très loin : « Si elle continue à se développer comme elle l’a fait au cours des deux dernières semaines, elle peut devenir la première numéro une mondiale du Japon . Pour garder son sang-froid comme ça, à partir du moment où vous montez sur le court jusqu'au dernier point, ce n'est pas facile. Osaka affronte la puissance du tennis féminin avec son propre pouvoir – celle d’une joueuse asiatique, d’une joueuse japonaise. Jusqu'à présent, seule la joueuse asiatique Li Na avait le physique pour pouvoir s'attaquer à la puissance de Williams. Or, vous pouviez voir que Serena se méfiait de la puissance d'Osaka . » Fan de l’Américaine, Osaka ne s’est pas laissée impressionner lors de la grande Finale, sa toute première en tournoi du Grand Chelem.

Nishikori
Nishikori ©Radio France

Kei Nishikori, la star

Après son triomphe à Flushing Meadows, il a pu compter sur les félicitations de l'idole nationale : Kei Nishikori. À 28 ans, le Japonais s'est désormais établi comme une pointure du circuit. Toutefois, et contrairement à l'ascension éclaire d'Osaka, il n'a jamais remporté de titre en Grand Chelem. Actuellement 12e mondial, il sort d'une année 2017 marquée par les blessures. Revenu à son meilleur niveau pour la fin de saison, Nishikori a été jusqu'à la demi-finale de l'US Open. C'est justement aux États-Unis, en 2014, qu'il connut sa première et seule Finale en Grand Chelem pour le moment. Il tomba alors en trois sets contre Marin Cilic : 3-6, 3-6, 3-6. Une pareille occasion ne s’est jamais représentée pour lui…

Contrairement à Osaka (et aux tenniswomen en général), Nishikori est barré par les quatre fantastiques. Federer, Nadal, Djokovic et Murray ne laissent en effet que des miettes à la concurrence. Depuis 2004, seuls Gaudio, Safin, del Potro, Wawrinka et Cilic ont réussi à barrer le Big Four en Grand Chelem . 9 vainqueurs de tournois du Grand Chelem différents en 14 ans ! Sur le même laps de temps, elles sont 22 femmes à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem. Bref, le pauvre Nishikori a eu le malheur d’arriver en même temps que quatre phénomènes. Il parvient tout de même à se frayer un chemin, en témoigne ses 11 titres en carrière. Malheureusement pour lui, il ne compte aucun Masters 1000, les tournois les plus prestigieux après le niveau Grand Chelem à son palmarès. Quatre fois finalistes, il fut battu par Rafael Nadal par deux fois et par Novak Djokovic par deux fois. Plus globalement, et face aux Quatre Fantastiques, son bilan est de 20.5% de victoires.  Dur.

Uniqlo, le géant du textile à l’assaut du tennis

Derrière ces deux figures de proue du tennis japonais, une entreprise pousse les athlètes nippons et le tennis en général : Uniqlo. Le géant du textile est en effet le sponsor principal de Kei Nishikori. De 2012 à 2017, c’est même Novak Djokovic qui était ambassadeur de la marque. Toutefois, c’est cette année qu’Uniqlo a réalisé son plus gros coup : Roger Federer. Le plus grand tennisman de tous les temps a quitté son sponsor de toujours, Nike, pour rejoindre le géant nippon. Si à 37 ans, Federer a ses meilleures années derrière lui, il reste la star numéro 1 du tennis. En 2017, il est d'ailleurs l'athlète à avoir touché le plus dans le monde en sponsoring, soit 65 millions de dollars. Pour se l'offrir, Uniqlo a donc mis le paquet : 300 millions de dollars sur 10 ans !  Avec Nike depuis 1994, Federer touchait 12 millions par an dans le cadre de son dernier contrat sur 10 ans. Uniqlo a donc énormément investi pour s'offrir l'un des athlètes les plus reconnaissables du monde. La marque sait très bien que l'Helvète ne jouera plus que deux ou trois ans au maximum. Elle tente donc un coup avec cette signature ! En s'offrant Federer sur le long terme et en lui donnant des responsabilités dans le design, Uniqlo veut devenir un acteur incontournable du tennis mondial. Nishikori est un joueur qui compte, mais n'a pas l'impact gigantesque du Maitre.

Uniqlo est aussi une entreprise qui ouvre le gigantesque marché asiatique. Quand celui-ci s’intéressera autant au tennis que sur le vieux continent, les places seront très chères. Roger Federer a cité cet argument parmi ceux qui ont motivé sa signature : « J'ai eu l'occasion de regarder ce qui se passait ailleurs et nous avons approché Uniqlo. Je pensais que ce serait une étape merveilleuse dans de nouvelles entreprises, une étape entrepreneuriale, intégrant la philanthropie, l'innovation et de nouvelles régions du monde. »