MENU
Accueil
MMA TV : la première chaîne TV entièrement dédiée au MMA en France
Écouter le direct
MMA TV propose la retransmission d'une centaine d'événements par an.
MMA TV propose la retransmission d'une centaine d'événements par an.

MMA TV : la première chaîne TV entièrement dédiée au MMA en France

Alors que le ministère des sports a lancé l’étape décisive vers la légalisation de ce sport de combat en juin dernier, la chaîne MMA TV devient le premier diffuseur 100% centré sur la discipline. Zoom sur cette chaîne qui met en avant un sport très controversé.

Une cage, deux opposants et une chorégraphie d’opposition de styles. Le MMA (Mixed Martial Arts), qui puise ses origines dans le pancrace et le pugilat, donne à voir une multitude de techniques de sports de combats, associant boxe pied/poings et lutte au corps à corps. L’une des figures les plus emblématiques reste l’Irlandais Conor McGregor. Afin de donner les lettres de noblesse à ce sport extrême, la MMA TV diffusera une centaine d’événements par an sur internet, en direct ou en différé selon les décalages horaires : "On voulait créer une fenêtre pour ce sport", explique le fondateur, André de Semlyen.

A l’occasion du lancement de la chaîne MMA TV, une conférence accompagnée d’une démonstration de ce sport ont été organisées à Paris. Rizlen Zouak et Samir Faiddine se sont affrontés dans un état d’esprit détendu, à même le sol. "Nous devions avoir des tatamis mais finalement nos deux combattants feront sans", annonce le commentateur avec légèreté et bonne humeur. Pas de quoi défriser un lama pour les deux sportifs professionnels aguerris. Rizlen Zouak, 33 ans, fait preuve d’imagination et multiplie les coups de coude doublés de soumissions au sol. Samir Faiddine, 27 ans, réplique avec créativité en envoyant des coups de poing maîtrisés pour casser la distance et emmener son adversaire au sol. Quand sonne la fin de l’échange, les applaudissements fusent.

Samir Faiddine et Rizlen Zouak (de gauche à droite).
Samir Faiddine et Rizlen Zouak (de gauche à droite).

Aujourd’hui, les combats de MMA sont interdits en France. "On souffre du fait que ce n’est pas légal dans notre pays", souligne Damien Lapilus, à la fois combattant et commentateur. Les fédérations ont remis leurs dossiers le 27 septembre dernier après le lancement d’appel à manifestation d’intérêt (AMI). Roxanna Maracineanu, ministre des sports, est à l’origine de ce projet entamé l’été dernier. Elle avait l’ambition de lancer l’étape décisive vers la légalisation de ce sport. Les dossiers seront étudiés par un jury indépendant et prié de donner un avis au gouvernement. Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) donnera sa position début décembre avant la décision finale prévu pour le Réveillon.

"Je me suis toujours intéressé aux vides dans les médias, le MMA en fait partie"

"Je suis passé par tous les sports de combat, du karaté en passant par l’aïkido en passant par le Kung Fu ou encore le jujitsu brésilien. Mais je savais dès le début que je me tournerai vers le MMA." Samir Faiddine, sportif, a été séduit par l’aspect créatif de cette chorégraphie stratégique. Malgré les restrictions qui ont longtemps régné dans cette discipline, les adeptes se sont multipliés à mesure que la discipline s’est structurée autour de règles. C’est en 2001 que la discipline connaît un renouveau, lorsque l’UFC impose plusieurs règles dont des rounds à durée limitée, cinq catégories de poids, 31 types de fautes et 8 manières de remporter une victoire. Résultat, une demande accrue de contenus vidéo pour une offre quasi inexistante. 

"Je me suis toujours intéressé aux vides dans les médias, le MMA en fait partie", raconte André de Semlyen, le fondateur de MMA TV, avant de poursuivre "je ne dis pas qu’il n’y a pas de contenus en France mais ce n’est pas simple et pas accessible pour tout le monde". Principal investisseur du projet, le pionner de la chaîne TV est déjà implanté dans le monde des médias. Il est notamment président et fondateur de GONG Media axé sur des formats jeunesse.

MMA TV propose donc des programmes directs et différés de combats regroupant 10 ligues professionnelles nord-américaine, européenne et asiatique dont la PFL (Professional Fighters League). "Cette ligue américaine a pour objectif de structurer davantage ce sport et d’organiser un tournoi dont la finale aura lieu le 3 décembre chaque année." Avis aux amateurs, la date résonnera comme un rendez-vous immanquable. A noter également que Mike Tyson, l’ancien champion américain de boxe anglaise, a rejoint le PFL. Il ne sera évidemment pas sur le ring, ses 53 ans ne lui permettent plus, mais sera présent pendant les émissions. La plateforme, dont l’interface interactive ressemble à celle de Netflix, donne aussi la possibilité de regarder le "MMAG" : un magazine conçu pour décrypter et découvrir, animé par Jérôme Pourrut.

Pour avoir accès aux programmes de la chaîne, André de  Semlyen a imaginé deux offres payantes. La première, "soirée live", à 5,99€ par jour, permet de vivre le live d’une soirée sportive. La seconde, "live + replay", donne accès au live du soir pendant toute l’année puisqu’il s’agit d’un abonnement à 9,99€ par mois, sans engagement. 

"La chaîne pourrait être disponible sur une chaîne gratuite le jour où ça sera légalement possible", ne manque pas d’ajouter le fondateur de MMA TV.

MMA TV ou la route vers une démocratisation du MMA

Pour Rizlen Zouak, la combattante connue pour avoir été dans l’équipe de France de judo pendant 10 ans, MMA TV va assurer une meilleure visibilité de son sport : "La chaîne va retranscrire mon combat le 9 novembre en Allemagne, ça sera l’occasion de satisfaire celles et ceux qui attendent mon retour !". La sportive est enthousiaste mais consciente du travail à fournir pour redorer le blason du MMA. "Il y a beaucoup d’amalgames sur ce sport, certaines personnes disent que c’est dangereux et nous assimilent à des animaux…". 

Samir Faiddine, quant à lui, est confiant sur l’avenir du MMA : "La chaîne tv va montrer que ce sport a évolué avec son lot de règles. A l’heure actuelle je pense qu’on n’a encore rien vu ! Ça va évoluer à vitesse grand V dans les années qui arrivent !" Pour ce combattant qui s’entraîne au MMA Factory du 12ème arrondissement de Paris, la diffusion de combats pourrait également permettre de trouver des sponsors et gagner en reconnaissance, un élément incontournable pour la démocratisation d’une pratique sportive. 

Jusqu’à présent, la France était le dernier grand pays à interdire le MMA sur son sol malgré un nombre de pratiquants estimé à 40 000 répartis dans plusieurs centaines de clubs. 

Un sport de sauvage ? 

"Ce n’est pas un sous-sport." André de Semlyen est ferme sur le sujet, le MMA n’est pas plus violent ou plus sauvage que la boxe : "Ce sport est très réglementé et s’approche davantage de la lutte ou du judo avec des clés et des systèmes de soumission." Même si les combats donnent à voir de la violence et du spectacle, des règles précises chapeautent la discipline. 

"Au MMA, on a une visite médicale avant et après chaque combat, on est davantage protégé qu’aux JO", explique Rizlen Zouak. Ce n’est pas la seule règle, il y en a bien d’autres comme ne pas mordre son adversaire, ne pas attaquer ses parties génitales, ne pas frapper sa colonne vertébrale ou sa nuque ou encore frapper la tête de l’adversaire avec son genou. Mais ce n’est pas tout, puisqu’il est également prohibé de piétiner son adversaire lorsqu’il est cloué au sol, de l’insulter dans le cadre du combat ou de l’expulser en dehors du ring.

Même si les combattants refusent l’étiquette de sport sauvage, ils sont conscients de l’adrénaline que provoque ce genre de combat dans une cage avec des règles limitées. Certains se sont même battis une solide réputation comme Rizlen Zouak que les adversaires craignent. "Mes adversaires disent que je soit trop sauvage, elles ont peur…", raconte-t-elle avec une pointe d’amusement. D’autres icônes sont connues pour leur caractère bien trempé, à la limite du respect, comme Conor Mckregor dont la réputation est sulfureuse en conférence de presse.

Pour retrouver les prochains combats, rendez-vous sur MMA TV jeudi 17 octobre à 2 heures du matin pour les Playoffs de PFL. 

La page Facebook de MMA TV France.