MENU
Accueil
Kobe Bryant, un monstre de détermination devenu humain
Écouter le direct
Kobe Bryant (photo : Wally Skalij)
Kobe Bryant (photo : Wally Skalij) ©Getty

Kobe Bryant, un monstre de détermination devenu humain

Dimanche 27 janvier, la légende des Los Angeles Lakers, Kobe Bryant, a tragiquement disparu dans un accident d'hélicoptère. Derrière lui, un héritage énorme, sur les parquets et en-dehors.

Depuis dimanche soir, le monde du basket-ball est un deuil. Quelques semaines après David Stern, c’est un autre grand nom du sport qui nous a quittés : Kobe Bryant. Véritable légende de la NBA, l’autoproclamé "Black Mamba" a passé toute sa carrière aux Los Angeles Lakers, soit vingt saisons dans la franchise la plus importante de la ligue. Marquant par sa détermination de tous les instants, il a survécu à tout dans la cité des anges. Ni les entraîneurs, ni les rumeurs d’échanges, ni les crises sportives (demande d’échange comprise) n’auront eu raison de sa fidélité pour la franchise. 

Michael Jordan, le mentor

Directement passé du lycée à la NBA, le joueur aura toujours eu pour ambition de non pas égaler, mais de dépasser la légende Michael Jordan… C’était ça Kobe, une ambition et une détermination hors du commun, qui ont fini par lui permettre de devenir à son tour une légende du sport ; et surtout icône du stakhanovisme dans le basket (comme Jordan). 

"Kobe ne s’intéressait pas à la fête ou aux choses de ce genre. Il n'avait qu'un seul intérêt. Son seul objectif était d’être aussi fort que possible. Et dans son esprit, cela signifiait challenger Michael Jordan." Del Harris, coach de Bryant pendant ses premières saisons aux Lakers. 

Ayant joué jusqu’en 2016, Kobe Bryant est aujourd’hui encore bien présent dans la NBA. La plupart des joueurs actuels ont, en effet, soit joué avec lui, soit joué contre lui… ou appris à jouer en le regardant martyriser les défenses adverses. Même chose pour les nombreux fans de la balle orange, qui ont pour la plupart d’abord détesté le joueur, avant d’apprendre à l’aimer (hors fans des Lakers).

"Pour quelqu’un de notre génération, il était notre Michael Jordan." Karl-Anthony Towns, star des Minnesota Timberwolves. 

Héritier de Michael Jordan, Kobe est la star des années 2000 et la passerelle avec l’ère LeBron. Plus que ses cinq titres et le duo quasi inarrêtable qu’il a formé avec Shaquille O’Neal, c’est par son abnégation et son jusqu’au-boutisme que le Black Mamba a marqué son temps. Cette fameuse Mamba-Mentality que l’on peut résumer avec cette citation du joueur lui-même : "si vous me voyez combattre un ours, priez pour l’ours." Cette façon de voir les choses transcendait les rivalités, le sport et suscitait l’admiration de ses pairs. 

"Les mots ne peuvent exprimer la douleur que je ressens. J'aimais Kobe, il était comme un petit frère pour moi." Michael Jordan après l’annonce du décès de Bryant. 

La NBA en deuil : le symbole LeBron James

Alors que toute la NBA est en deuil, le King est apparu comme particulièrement affecté par cette disparition. Rival de Bryant sur les parquets, il est ensuite devenu son héritier au sein de la ligue… et chez les Lakers. Moins de 24h avant la disparition du Black Mamba, James avait même dépassé son aîné pour s’emparer de la troisième place au classement des meilleurs marqueurs de l’histoire… et il avait été félicité par Kobe : "tu continues à faire avancer le sport LeBron. Énorme respect à toi mon frère.". 

Immédiatement après l’exploit, James était revenu sur l’accomplissement, avec une sortie qui nous permettait de voir l’importance qu’avait Bryant à ses yeux : "C'est tout simplement trop. C'est trop. Cette histoire, c’est trop. Ça n'a pas de sens. Pour la faire courte, je suis ici, avec un maillot des Lakers, à Philadelphie, d'où il vient. La première fois que je l'ai rencontré, il m'a donné ses chaussures lors du All-Star week-end. C'est surréaliste. Cela n'a aucun sens, mais l'univers met simplement des choses dans votre vie. Et je suppose que lorsque vous vivez de la bonne façon, lorsque vous donnez tout à ce que vous faites, les choses se produisent de façon organique. Et ce n'est pas censé avoir du sens, mais ça arrive. Et je suis heureux aussi grâce à Kobe Bean Bryant, l'un des meilleurs joueurs de basket-ball de tous les temps, l'un des meilleurs Lakers de tous les temps. L'homme aux deux maillots suspendus au Staples Center. C'est juste fou.". 

Quelques heures plus tard, Kobe disparaissait, et LeBron apprenait la nouvelle en atterrissant à Los Angeles. Apparu comme dévasté, le numéro 23 des Lakers représente à lui seul l’immense tristesse ressentie par des millions de fans à travers le monde.

Kobe Bryant, un monstre de détermination devenu humain

Sportivement, Kobe Bryant est un monstre. D'abord lieutenant de luxe de Shaquille O'Neal, le bourreau de travail aura fini par pousser la superstar vers la sortie et assumer seul le leadership chez les Lakers. Au total, ça donne donc cinq titres de champion NBA, dix-huit fois All-Star, onze fois dans le cinq de l'année et un trophée de MVP (2008). Kobe Bryant est aussi l’auteur de certaines performances de légende… comme son match à 81 points face aux Toronto Raptors, le 22 janvier 2006. Cette performance reste à ce jour le deuxième plus gros total de points en match NBA, derrière Wilt Chamberlain (100 points en 1962). Lors de cette victoire des Lakers à domicile, plutôt que le record, la victoire était sa principale préoccupation : "Il s'agit de gagner, c'est pourquoi j’ai accéléré. C'est ensuite devenu quelque chose de spécial en cours de match. S'asseoir ici et dire que je comprends ce qui s'est passé, ce serait mentir... 

Capable de prendre feu comme peu de joueurs dans l'histoire de la ligue, il a, par exemple, sorti une saison à 35.4 points de moyenne en 2005-2006, celle du match à 81 points. Cette même saison, le Black Mamba s'offrait une autre performance impressionnante : 62 points, en seulement trois quarts-temps. Oui, en 32 minutes de jeu, le Black Mamba était à 62 points. L’équipe d’en face, les Dallas Mavericks, n’en comptait que 61. Alors que son coach de l’époque, Brian Shaw, l’implorait d’entrer en jeu pour le quatrième quart-temps, expliquant que peu de joueurs avaient la possibilité d’atteindre les 70 points sur un match, Kobe refusa : "je marquerai autant de points quand on en aura vraiment besoin. Quand ça comptera vraiment.". Quelques semaines plus tard, il scorait 81 points ; dans un match où les Lakers étaient menés 63-49 à la mi-temps…

"Je devais organiser les choses. J'ai donc créé le ‘Black Mamba’. Kobe doit donc faire face à ses problèmes, à tous les défis personnels. Le Black Mamba entre sur le terrain et fait ce qu'il a à faire__. Je détruis tous ceux qui sont sur le terrain." Kobe Bryant sur la création du Black Mamba. 

Accusé de viol durant l'été 2003 (il admettra la relation sexuelle et niera les allégations d’agressions sexuelles), la machine Bryant se retrouvait ébranlée par une affaire extra-sportive à la résonance médiatique énorme. Si les charges pesant contre lui seront abandonnées par le procureur, l’image du joueur sera écornée pour de nombreuses années. Et cela le changera. Le jeune joueur, avide de succès et travailleur à l’excès, laissait place à un athlète plus accessible (mais toujours aussi compétiteur) et surtout plus sage… Au point de devenir, en 2020, un ambassadeur du sport. En 2012, dans une rare intervention à ce sujet, Kobe revenait sur l’impact de cette affaire chez lui :

"Il y a des moments où les jours semblaient sans fin, comme si cela ne finissait jamais. Ce sentiment, celui que cette période sombre ne sera jamais terminée. Une fois que vous avez vécu quelque chose comme ça, vous ne pouvez pas vous empêcher d'être différent. Vous ne pouvez pas vous empêcher de mieux comprendre qui vous êtes. En tant que personne, cela vous apprend vraiment comment lâcher prise et comment faire confiance et ne pas essayer de tout contrôler. Et cela diminue votre niveau de stress par dix.". 

Bryant, au-delà du basket : business et famille

Retraité depuis avril 2016 après avoir empoché 323.31 millions de dollars rien qu’en salaire NBA, Kobe Bryant était depuis investi dans le monde des affaires par ses sociétés Kobe Inc. et Bryant-Stibel, ainsi que la production d’œuvres culturelles par sa société Granity Studios. Dear Basketball, court métrage d'animation qu'il a écrit, produit et narré, lui a même valu l'Oscar du meilleur court métrage en 2018. Jamais aucun athlète n’avait remporté un Oscar auparavant et c’était la première fois qu’un Afro-Américain repartait avec la prestigieuse statuette. 

Sa société Bryant Stibel possède aujourd’hui plus de deux milliards de dollars d'actifs selon CNN, répartis dans différentes entreprises. Ayant investi six millions de dollars dans la boisson sportive Bodyarmor, les parts du Black Mamba sont aujourd’hui valorisées à 200 millions. Bryant a aussi collaboré avec le géant Alibaba dans la création d'un documentaire pour la Chine, pays convoité par la NBA depuis très longtemps, et l’élaboration de produits dérivés. En suivant l'exemple des Magic Johnson et Shaquille O'Neal, très bons entrepreneurs, Bryant a là aussi influencé de nombreux joueurs NBA en activité, qui jouent à leur tour aux investisseurs pour se construire un héritage sur les parquets et en dehors.

Depuis la fin de sa carrière, Kobe Bryant s’affichait aussi en père de famille. Fervent défenseur du basket-ball féminin et de la WNBA, il était le premier soutien de sa fille Gianna Bryant, qui était à bord de l’hélicoptère. C’est même elle qu’il voyait comme héritière de son impact sur le sport. Invité dans l’émission de Jimmy Kimmel, il racontait : "C’est toujours sympa quand nous sortons avec Gianna, que les fans viennent vers moi et qu’ils disent : ‘Tu dois avoir un garçon, toi et Vanessa (sa femme – NDLR), vous devez avoir un garçon. Vous devez avoir quelqu'un pour continuer votre tradition, l'héritage’. Dans ces situations, Gianna dit ‘Oh, je vais m’en charger’. Et je me dis ‘C’est vrai. T’as raison. Tu vas t’en charger.". Elle était aussi à bord de l’hélicoptère, en vol vers un match… que son père allait coacher.

View this post on Instagram

Gigi working on that stroke #wristwork #wnbafinals

A post shared by Kobe Bryant (@kobebryant) on

En 2013, on demandait à Kobe Bryant comment il aimerait que les gens se souviennent de lui, sa réponse : "Se rappeler de moi comme une personne qui s’est dépassée__, cela signifierait beaucoup pour moi. Cela signifierait que j'aurais mis beaucoup de travail et pressé la moindre once de jus possible dans cette orange." C’est réussi…