MENU
Accueil
JO 2022 : les États-Unis envisagent-ils de boycotter les Jeux d’hiver de Pékin ?
Écouter le direct
Le logo des Jeux olympiques de Pékin 2022. (Photo Stringer/ImageChina)
Le logo des Jeux olympiques de Pékin 2022. (Photo Stringer/ImageChina) ©AFP

JO 2022 : les États-Unis envisagent-ils de boycotter les Jeux d’hiver de Pékin ?

Par le biais du porte-parole du département d'État, les États-Unis ont fait savoir qu'une discussion avec ses alliés sur un boycott des Jeux olympiques d'hiver de Pékin est envisageable.

D’après les propos du porte-parole du département d’État américain rapportés par l’AFP, les États-Unis envisagent d’avoir une discussion avec ses alliés sur un possible boycott des Jeux olympiques d’hiver de 2022 qui se tiendront en Chine, à Pékin plus précisément. "C’est quelque chose dont nous souhaitons certainement discuter" a déclaré Ned Price face aux journalistes. Dans un tweet, il précisera plus tard qu’aucune annonce n’a été faite à ce jour, et que les Américains continueront "à consulter étroitement ses alliés et partenaires pour définir ses préoccupations communes et établir une approche conjointe envers le Parti communiste chinois." 

L'étau se resserre autour de Pékin

Cette déclaration est prononcée dans un contexte de pressions internationales sur la Chine. Depuis la fin de l’année 2020, les appels au boycott se sont grandement multipliés. En cause, la question du traitement des Ouïgours par Pékin accusé d’enfermer les membres de cette communauté turcophone et musulmane dans des camps d’internement. L’Europe et les États-Unis ont dernièrement prononcé des sanctions contre la Chine pour violation des droits de l’Homme alors qu’au moins un million de Ouïgours sont actuellement emprisonnés dans ces camps selon une étude du Consortium international des journalistes d’investigation. 

En février dernier déjà, plus de 180 associations du monde entier appelaient au boycott des Jeux de Pékin dans une lettre ouverte. Parmi elles, le Congrès mondial ouïghour (organisation d'exilés basée en Allemagne), le Réseau international pour le Tibet (qui fédère des associations du monde entier) ou WeTheHongKongers demandaient à "s'engager à un boycott diplomatique des Jeux olympiques d'hiver de Pékin de 2022 afin de s'assurer qu'ils ne soient pas utilisés pour encourager les effroyables violations des droits de l'Homme et la répression de la dissidence". Plusieurs responsables américains républicains ont soutenu ce mouvement, comme Nikki Haley, ancienne ambassadrice américaine à l’ONU. 

Le comité olympique américain ne veut pas d'un boycott

Le président Joe Biden et son administration n’ont d’ailleurs jamais caché la possibilité d’un boycott, sans pour autant apporter plus de précisions. À l’inverse, le comité olympique américain (USOPC) s’est lui très clairement opposé à cette éventualité. Dans un avis rendu le 10 mars dernier, l’instance dit être tout à fait consciente de la situation de la population ouïgoure dans la région autonome du Xinjiang, mais elle ne souhaite pas pour autant un boycott des athlètes. 

Nous pensons que de tels boycotts n'ont pas été efficaces dans le passé. Ces boycotts ne font que blesser les athlètes qui se sont entraînés toute leur vie pour avoir l'occasion de représenter leur pays. Nous pensons qu'il s'agit d'une question qui devrait être abordée de gouvernement à gouvernement avec la Chine.

Si toutefois les Américains venaient à ne pas participer à cette nouvelle édition des Jeux olympiques d’hiver, il s’agira de la deuxième olympiade que le pays boycotte, après celle de Moscou en 1980.