MENU
Accueil
Au cœur du "Match des Héros" avec Jul, SCH, Teddy Riner, Tony Parker et Didier Drogba
Écouter le direct
Jul - après match des Héros au Vélodrome (Nicolas Tucat)
Jul - après match des Héros au Vélodrome (Nicolas Tucat) ©AFP

Au cœur du "Match des Héros" avec Jul, SCH, Teddy Riner, Tony Parker et Didier Drogba

On était dans les coulisses du "Match des Héros" au Stade Vélodrome de Marseille avec Jul, SCH, Teddy Riner, Tony Parker, Didier Drogba et tous les autres. On vous raconte cette soirée légendaire et solidaire de l’intérieur, comme si vous y étiez.

C’était le rendez-vous des légendes. Ce mercredi 13 Octobre à Marseille avait lieu le Match des Héros, un match de football caritatif organisé au profit de l’UNICEF et la fondation Didier Drogba pour réunir des fonds et permettre de construire une école en Côte d’Ivoire. Pour donner vie à ce projet honorable pour l’éducation, l’Olympique de Marseille a réuni une pluie de stars pour jouer une rencontre de gala dans l’enceinte de son stade mythique, l’Orange Vélodrome.

Tenez-vous bien car voici les affiches : à domicile, l’équipe OM Legends, coachée par Jean-Pierre Papin et Bengous qui comme son nom l’indique rassemblait les joueurs historiques du club marseillais, Didier Drogba en tête. Mais ce n’est pas tout et vous le savez, le noyau de la Bande Organisée composé de Jul, SCH, Soso Maness, Alonzo et Naps portait lui le maillot bleu et blanc.

En face, pour représenter la Team UNICEF coachée par le grand Arsène Wenger et Ludovic Guily, une seconde vague de légendes du sport et de grands noms de la culture. En vrac, Teddy Riner, Tony Parker, Ricardo Carvalho, Kev Adams, Matt Pokora, Djimo ou encore Martin Solveig. Bien entendu, chez eux aussi des rappeurs étaient sur la feuille de match, à l’instar de Roméo Elvis, Jok’Air et Sneazy. Comprenez donc bien qu’avec tout ce beau monde réuni, parler d’un match de gala, c’est peu dire tant nos yeux ne savaient franchement plus où donner de la tête.

Affiche du Match des héros
Affiche du Match des héros

Du plaisir pour la bonne cause

Avant même d’entrer sur le terrain, les cœurs étaient déjà à la fête. En conférence de presse d’avant-match, Arsène Wenger exprimait sa joie de revenir jouer ici : « On est tous là pour une bonne cause, l’important c’est de prendre du plaisir ». Une ambition partagée par l’autre coach, JPP, heureux de revenir défendre les couleurs de l’OM : « je n’aurais pas pu rêver mieux que le Vélodrome de participer à un tel match, merci Didier Drogba ! ». L’ancien numéro 9 de l’OM lui aussi n’a pas manqué d’exprimer son plaisir, tout en rappelant son combat pour l’Afrique. « Je suis très ému de revenir dans ce stade et de retrouver le public marseillais, surtout pour une cause aussi noble que l’éducation ». Il rappelle en effet que « c’est un pré-requis au développement, pas seulement en Côte d’Ivoire et en Afrique, mais partout dans le monde». Après de tels mots, se doutait-il alors qu’il allait planter un triplé sous les couleurs de l’OM, dix-sept ans après son départ pour Chelsea ?

Mais patience, l’heure est encore à l’échauffement. Sur le bord du terrain, on observe toutes ces légendes prendre leurs marques sur la pelouse et tâter le ballon rond. Dans le lot, Jul, SCH, Soso Maness et Alonzo se font des passes le sourire aux lèvres, conscients qu’ils sont en train de vivre un grand moment. Un moment d’autant plus fou que pendant qu’ils s’échauffent, les tubes « Bande Organisée » et « Petrouchka » résonnent dans le stade. « Je réalise un rêve de gosse : jouer au Vélodrome avec des légendes, avec mes amis de « Bande Organisée, et en plus de ça pour une bonne cause, c’est juste un kiff», s’est exclamé Soso Maness. «C’est un rêve, merci l’OM, merci l’UNICEF et grosse dédicace à la team Jul !», a poursuivi le J des étoiles dans les yeux.

SCh x Alonzo x Jul
SCh x Alonzo x Jul

Un rêve éveillé également vécu par une autre légende, non pas de la musique, ni du ballon rond mais des parquets, Tony Parker. Le capitaine de l’équipe UNICEF était heureux de jouer aux côtes de sa femme, la joueuse de Tennis Alizée Lim : « J’ai jamais joué de matchs dans un stade mythique comme ça et de partager ça avec Alizé, c’est énorme ! ». Car oui, c’est assez rare pour le dire, mais l’affiche de ce soir est mixte et quelques personnalités féminines ont elles aussi chaussé les crampons pour ce match.

Les joueurs défilent et l’heure du coup d’envoi approche à grands pas. A quelques minutes d’entrer sur la pelouse, la pression monte et Kev Adams ne s’en est pas caché : « Une équipe de l’OM, même revisitée avec de tels joueurs, ça met forcément la pression, mais c’est un honneur de jouer ici et on va essayer d’être à la hauteur ». « Dans les têtes on est au niveau, mais je sais pas si les jambes vont suivre », s’amuse l’humoriste Redouane Bougheraba. Plus le temps de se poser des questions maintenant, il est 19h et que le match commence !

L’OM Legends VS. Team UNIFEF, une rencontre extraordinaire

Après un hommage des 30 000 supporters présents et une minute de recueillement pour Bernard Tapie, le boss des Marseillais parti quelques jours plus tôt, le coup d’envoi est donné symboliquement par son fils Stéphane Tapie et le président d’UNICEF France, Jean-Marie DRU.

Rassurez-vous, on ne va pas vous refaire tout le match, le replay est d’ailleurs disponible juste ici, mais évidemment, c’était un immense plaisir de voir toutes ses stars venues de milieux différents jouer au ballon ensemble. Qui aurait cru qu’on aurait pu voir un jour Laury Thilleman, Miss France 2011 entrer en jeu, Djibrill Cissé faire la passe à Jul, Matt Pokora centrer pour Tony Parker ou encore Romeo Elvis remplacer Pierre Gasly ?

Surtout que la rencontre a commencé fort : dès la 4ème minute, Ravanelli ouvre la marque pour l’OM après un gros cafouillage de la défense de l’UNICEF. Dès lors, on savait que ce match serait plein de promesses… Pour le meilleur et pour le pire. En effet, si le match n’a logiquement pas été des plus technique qui soit, tout le monde sur le terrain avait le sourire aux lèvres et était prêt à donner le meilleur de lui-même, poussé par les chants joyeux des 30 000 supporters venus au stade.

«L’ambiance est incroyable ! Il m’est arrivé de jouer devant 50 000 personnes, mais clairement ça n’a rien à voir », souligne Roméo Elvis. « En tout cas, ça chante plus ici qu’en ce moment en équipe nationale chez nous », plaisante le rappeur belge, visiblement pas rancunier après une nouvelle défaite des Diables Rouges contre l’Equipe de France. Blague à part, l’ambiance était effectivement au rendez-vous et a motivé les joueurs à nous offrir quelques grands moments de football.

Par exemple, Jul, même s’il n’a été sur le terrain que 23 minutes, a régalé. Parmi ses coups d’éclat, une audacieuse reprise de volée après une passe somptueuse de Cissé, un touché de balle insolant et une « Julinade » au nez et à la barbe d’Eric Abidal, en référence au célèbre geste technique de Jean-Pierre Papin. Tant de classe est-ce vraiment une surprise quand on sait que le rappeur marseillais a joué au foot pendant 13 ans et qu'il est passé par le centre de formation de l'OM ?  Après être apparu dans FIFA, voilà qu'il brille dans un match de gala au Vélodrome, à quelques semaine à peine de la sortie son son Classico Organisé. Vous êtes prévenus, ne cherchez pas à le stopper, le J est inarrêtable, à la fois au sommet du rap et du football français. « Je me suis régalé sur le terrain. Dieu merci, je suis très content, participer à tout ça c’était un rêve d’enfant », nous a-t-il confié à sa sortie du terrain. Il n’a pas non plus manqué de saluer sa team, toujours avec cette même générosité qu’on lui connaît : « Grâce à mon public, je ne vis que des bonnes choses dans ma vie et je les souhaite à tout le monde ».

Après cette parenthèse émotion, retournons au ballon. Score à la mi-temps, 2-1 pour la team UNICEF. Les légendes de l’OM vont-elles infliger à leur club une nouvelle défaite au Vélodrome ? C’était sans compter sur la passion de Bengous, l’entraîneur adjoint à Papin qui a la mi-temps a su galvaniser ses joueurs avec un discours plein de ferveur : « Je leur ai dit qu’on était là pour la bonne cause, prendre du plaisir et régaler, mais qu’on était aussi là pour la gagne. On est à Marseille, avec des légendes, donc il était interdit de perdre un match à domicile. Je leur ai dit qu’il fallait relever la tête et absolument remporter la victoire ».

Des mots forts qui ont suffi à faire opérer la magie. Contre toute attente, la seconde période est en sens unique pour l’OM Legend. L’occasion pour Didier Drogba, l’instigateur de l’événement et idole des Marseillais de faire le show en marquant carrément un triplé pour son retour au Vélodrome. Un moment forcément riche en émotion pour lui : «Je suis content d’avoir donné du spectacle, surtout au Vélodrome. Quand on porte le maillot de Marseille, on se doit d’être au niveau et d’avoir une exigence sur le terrain».

Benoît Cheyrou affichait cette même mentalité conquérante. L’ancien milieu marseillais est revenu dans une forme olympique et a marqué un but somptueux : « Quel plaisir ! C’est plus facile quand on est l’un des plus jeunes sur le terrain alors qu’à l’époque, j’étais un des plus vieux », s’amuse-t-il. On en place aussi une pour le superbe but de Sneazzy sur coup-franc en toute fin de match qui a dans la foulée chambrer les supporters marseillais, lui le titi parisien.

De son côté, SCH n’a finalement joué qu’un gros quart d’heure, mais était assurément l’un des chouchous du public. Honnêtement, aucun autre joueur sur le banc n’a joui d’une telle ovation à son entrée en jeu. On l’entend déjà dire, c’est carrément incroyable mec ! ». Ce qui était incroyable aussi, c’est la fin de match. Après une myriade de changements et une avalanche de buts marqués (dont chacun rapportait 1000€ à l’OM Fondation), la fin de la rencontre s’est transformée en un match de football à 15. A un moment même, désireuse de rattraper son retard, la Team UNICEF s’est carrément retrouvée à 18 contre 15, avec six avants-centres. C’était, disons-le, un joyeux bordel, mais on ne pouvait pas rêver mieux comme conclusion pour un tel événement.

Mais au milieu de toutes ces légendes foulant la pelouse du Vélodrome, l’homme du match, tout le monde s’est accordé à dire que c’était Robert Pirès : « Le gars a 14 poumons ! », s’est exclamé Roméo Elvis. « Il est aussi chaud qu’à l’époque, c’est impressionnant ! », a repris Jul. Si l’intéressé a savouré les compliments, il a gardé la tête sur les épaules. « Je ne me permettrais pas de dire que j’ai été bon, mais une chose est sûre, j’ai pris du plaisir », a déclaré le nouveau consultant de M6.

Au final, la team OM Legends s’impose avec un score large de 7 à 4. Voici le récap des 11 buts du match. OM : Ravanelli (4'), Drogba (59', 74', 76'), Pires (61), Cheyrou (82'), Maoulida (90'+2). Unicef : Gasly (12'), Mendieta (15'), Saha (85'), Sneazzy (90'+4).

»Heureux perdant ce soir, Teddy  Riner, habitué à s’engager pour l’UNICEF, est revenu sur cette rencontre inoubliable : « On a perdu, mais on a sorti un beau jeu quand même. Même si je suis supporter du PSG, c’était un plaisir de jouer ici, contre de tels joueurs pour la bonne cause ». Du côté des vainqueurs, SCH s’est réjoui, tout en remerciant ses adversaires pour leur participation : :« C’était une victoire écrasante, gros bisous les amis ! ». Ça chambre, ça chambre, mais tout le monde l’a bien rappelé, les véritables gagnants de la soirée sont l’UNICEF, la fondation Didier Drogba et l’OM Fondation qui ont récolté au total 427 250€."

« J’espère surtout que ça restera un bon souvenir pour tout le monde », présumait Arsène Wenger avant le match. Pari incontestablement réussi tant il y a eu du jeu, du spectacle et du public. Pour l’emblématique coach d’Arsenal, le plaisir n’est d’ailleurs pas terminé puisqu’au lendemain de cette soirée mémorable (14 octobre), c’est lui qui chaussera les crampons pour un deuxième match caritatif avec entre autres… le président de la République Emmanuel Macron !