MENU
Accueil
Los Angeles Lakers : King James retrouve le trône
Écouter le direct
LeBron James - célébration avec ses coéquipiers pour le titre NBA avec les Lakers (Mike Ehrmann)
LeBron James - célébration avec ses coéquipiers pour le titre NBA avec les Lakers (Mike Ehrmann) ©AFP

Los Angeles Lakers : King James retrouve le trône

Arrivés favoris face au Miami Heat, les Los Angeles Lakers ont dominé les Finales NBA 2020 pour remporter un 17e titre NBA.

La délivrance. 10 ans après leur dernier titre, les Los Angeles Lakers retrouvent le toit du monde. Face à un Miami Heat accrocheur, la franchise californienne a eu besoin de 6 matchs pour s’offrir le trophée Larry O’Brien. Pour LeBron James, pour la franchise, c’est un immense accomplissement. Numéros 1 à l’Ouest après cinq ans d’absence en playoffs, les Lakers ont fait preuve d’une solidité mentale et défensive impressionnante. Une statistique pour montrer cela : 57-0. Lorsque Los Angeles a mené dans le 4e quart-temps cette saison, la franchise s’est imposée à 57 reprises, pour aucune défaite. Pour le sixième et dernier match des Finales 2020, la bande à LeBron a compté jusqu’à 30 points d’avance, pour un 64-36 à la mi-temps. Solide. 

Retour sur ces Finales, et sur Jimmy Butler, héros malheureux. 

LeBron James, à nouveau sur le trône

L’autoproclamé "King James" remporte le titre NBA pour la quatrième fois de sa carrière. Il en profite même pour devenir le premier joueur de l’histoire à remporter le titre avec trois franchises différentes. Surtout, il devient seul joueur avec Michael Jordan à avoir remporté quatre trophées de MVP des Finales… la course à distance avec le GOAT n’est peut-être pas encore terminée. James termine avec la manière sa 17e saison NBA, en repoussant au moins de quelques mois un déclin qui semble de moins en moins inéluctable. Impressionnant en playoffs après avoir géré en playoffs, LeBron a encore su hausser son niveau de jeu. Après une saison aux Lakers décevante, entre blessure et non-qualification en playoffs, le King avait à cœur de faire taire ses détracteurs :

« Je pense que, personnellement, penser que j'ai quelque chose à prouver me motive. Et cela m'a nourri au cours de cette dernière année et demie depuis ma blessure. Cela m'a nourri parce que, peu importe ce que j'ai accompli dans ma carrière, il y a encore des doutes, ou des comparaisons avec l’histoire du sport : ‘A-t-il fait ceci ? A-t-il fait cela ?’ Alors, avoir ça dans un coin de ma tête, avoir ça à l’esprit, et me dire : ‘Pourquoi ne pas avoir encore quelque chose à prouver?’ Je pense que cela me nourrit. » - LeBron James

Alors qu'il aura 36 ans en décembre prochain, celui qui attaquera d'ici quelques mois sa 18e saison NBA, et qui reste encore et toujours le meilleur joueur du monde, ne prévoit pas de s'arrêter de si tôt : "Il me reste encore beaucoup d'années à jouer". Avec Anthony Davis comme lieutenant de luxe, James semble avoir trouvé son parfait complément et héritier à Los Angeles. Hors blessure, le duo risque de causer quelques dégâts dans le futur.

Lakers 2020, année particulière

Snobés par Kawhi Leonard en 2019, les Los Angeles Lakers ont fait exploser leur noyau de jeunes pour arracher Anthony Davis aux Pelicans l’été dernier. Plus d’un an plus tard, le pari a payé. Le duo que forme Unibrow avec le King est bien le meilleur de la ligue ; et l’esprit défensif instauré par Frank Vogel, entraîneur en chef recruté en 2019, a lui aussi payé. Dans une franchise aussi scrutée, la saison a été extrêmement bien gérée et le groupe composé de nombreuses nouvelles recrues a affiché une impressionnante solidarité. Endeuillés après le décès de Kobe Bryant, les Lakers ont su se regrouper et s'animer de la « Mamba Mentality ». Arborant le maillot « Mamba » hommage à Kobe Bryant comme une véritable armure, les joueurs n'ont cessé de chercher à honorer la mémoire du plus grand joueur de l’histoire de la franchise. Avec ce 17e titre en bout de course pour la franchise, la mission est accomplie.

" 2020 a été une année tragique et très difficile à bien des égards, avec ce qui s'est passé le 26 janvier, et je pense que Kobe et Gianna ont guidé cette équipe toute l'année__." - Rob Pelinka, General Manager des Lakers, ancien agent de Kobe Bryant

Jimmy Butler, héros malheureux

Avec cette saison, Jimmy Butler a prouvé qu’il appartenait bien au gratin… et qu’il pouvait être un véritable franchise player. Royal lors des six derniers matchs, il devient le seul joueur de l'histoire avec LeBron James à mener son équipe aux points, passes, rebonds, interceptions et blocs en Finales NBA selon ESPN stats. Tout aussi impressionnant, et selon Elias Sports Bureau, l'espace de quatre matchs dans ces Finales, Jimmy Buckets a contribué à 240 points pour les siens (scoring et à la passe). Dans l'histoire de la NBA, en Finales, personne n'a fait mieux hormis LeBron James (245 points). Véritable ironman du Miami Heat, le joueur a livré un sacré duel face au King et permis aux siens de regarder les Lakers droit dans les yeux. 

Malgré cette saison impressionnante, il n’est pas satisfait et risque bien de commencer le prochain exercice avec le couteau entre les dents : "J'ai dit à coach Pat (Pat Riley – ndlr), j'ai dit à coach Spo (Erik Spoelstra – ndlr) que je suis ici pour gagner un titre. Je n'ai pas fait mon travail, à l’avenir, je vais devoir tenir ma part du marché. "

S’il n’est pas le joueur le plus talentueux de la ligue, Butler brille par une abnégation de tous les instants. Même menée 3-1 par les Lakers, la star n’a pas lâché pour s’offrir une performance magique lors du Game 5 et arracher une sixième manche : 35 points (11 sur 19), 12 rebonds, 11 passes, 5 interceptions en 47 minutes de jeu (48 au total) pour une victoire 111-108. Héroïque. Ayant signé un contrat de 4 ans avec le Miami Heat l'année dernière, il s'est engagé sur le long terme avec une franchise qui aura de solides arguments pour séduire des stars lors de l'intersaison.

"Jimmy a un esprit de compétition digne d’une superstar pour lui. Si vous essayez de l'évaluer ou de le mettre dans une boîte conventionnelle de la manière dont vous voyez un basketteur moderne, vous rater totalement le coche concernant Jimmy Butler. C’est un gagnant, c’est un leader, c’est un motivateur, un mentor et juste un compétiteur ultime. Je pense que beaucoup de gens oublient ce qu’il est possible de faire sortir d’une franchise avec ce niveau de compétitivité féroce." - coach Erik Spoelstra