MENU
Accueil
Golden State Warriors : une saison en enfer
Écouter le direct
Stephen Curry à terre, à l'image de son équipe des Golden State Warriors
Stephen Curry à terre, à l'image de son équipe des Golden State Warriors ©Getty

Golden State Warriors : une saison en enfer

Habituel mastodonte de la ligue ces dernières saisons, les Golden State Warriors sont aujourd'hui bons derniers de la Conférence Ouest. En une saison, le changement est brutal… mais les ambitions sont les mêmes.

De 2015 à 2019, les Golden State Warriors ont dominé la NBA comme rarement dans l’histoire du jeu. Soupçonné d’avoir tué tout suspense avec la signature de Kevin Durant en 2016, la franchise californienne s’est offert de nombreux records durant cette période faste. Les dernières finales NBA, leurs cinquièmes de suite (!), marquaient cependant une véritable rupture, pour trois raisons. Tout d’abord, Kevin Durant, meilleur joueur du monde durant cette période, se blessait. Ensuite, Klay Thompson, l’âme de l’équipe avec Stephen Curry, garnissait également l'infirmerie. Enfin, et surtout, ce sont bien les Toronto Raptors qui remportaient le titre en 2019 pour mettre fin à l’hégémonie californienne. Trois chocs majeurs pour une équipe qui était vue comme invincible depuis trois saisons. Cette défaite entérinait sans doute pour de bon le départ de Kevin Durant, qui choisissait de s’en aller pour découvrir une troisième équipe NBA : les Brooklyn Nets. Bref, l’exercice suivant s’annonçait bien différent. 

Nous étions alors en juillet 2019 et rien ne laissait prévoir une telle descente aux enfers, qui s’explique bien évidemment. Actuellement, Golden State est ainsi dernier de la ligue (!) avec un bilan de 14 victoires, pour 49 défaites. 

Deux départs importants

Première raison de cette dégringolade et sans doute la plus évidente, le départ de Kevin Durant pour les Nets. N’ayant jamais donné le sentiment d’être pleinement intégré au sein de l’équipe, et vu comme un mercenaire par bon nombre de fans, il profitait de la fin de son contrat pour s’engager là où il le souhaitait et rejoindre ses amis DeAndre Jordan et Kyrie Irving à Brooklyn. S'il avait choisi de rester en Californie, la saison 2019-2020 n'aurait pas été bien différente pour lui. Victime d'une rupture du tendon d'Achille lors du Game 5 des finales NBA, il ne pourra en effet faire son retour que lors de la saison 2020-2021. 

Remplacer le meilleur joueur du monde (ou membre du top 2) a donc été le challenge de Golden State lors de l’intersaison. Ce fut très loin d’être une partie de plaisir, d’autant plus que les dirigeants voulaient conserver la superstar. On l’a vu avec les Bulls lorsque Jordan est parti. On l’a vu avec les Cavaliers lorsque James est parti (deux fois), il est très compliqué de rebondir lorsqu’un joueur de si grand talent quitte votre équipe. Toutefois, et ça a son importance, Durant est parti en donnant un coup de pouce aux siens pour leur permettre de ne pas commencer le nouvel exercice les mains vides. Par un échange avec les Brooklyn Nets (un sign-and-trade dans le jargon NBA), D’Angelo Russell est ainsi arrivé pour remplacer numériquement KD. Bien intégré à Golden State et réalisant la meilleure saison de sa carrière à titre individuel, il a été échangé en février dernier aux Minnesota Timberwolves, contre Andrew Wiggins. En perdant Kevin Durant, la direction des Warriors savait vraisemblablement que les attentes sportives devraient être revues à la baisse… Se retrouver au final avec Wiggins est une très bonne affaire et une nouvelle preuve de la volonté réelle du front-office à continuer de jouer les premiers rôles. 

Andre Iguodala, leader du vestiaire, a lui aussi été échangé l'été dernier. Gros salaire, il allait devoir partir pour permettre à la franchise pouvoir s'aligner sur les demandes salariales de Kevin Durant et/ou Klay Thompson. Certes acté, ce départ n’en reste pas moins traumatisant pour beaucoup de membres de l’effectif. Présent depuis six ans dans l’équipe, Iggy avait aussi été déterminant dans l’intégration de l’entraîneur Steve Kerr en 2014 en acceptant de laisser sa place de titulaire pour le collectif… 5 apparitions successives en Finales NBA avaient suivies. On a aussi tendance à l’oublier, mais c’est bien lui qui a remporté le trophée de MVP des Finales en 2015, pour avoir ralenti LeBron James. 

Steve Kerr réagissait ainsi en ces mots après l’échange du joueur aux Grizzlies « C'était un véritable coup de poing. Je ne vais pas mentir. Ce fut probablement le plus ... pas même probablement - ce fut la perte la plus douloureuse, d’un point de vue personnel, que j'ai ressentie en tant qu'entraîneur au cours de mes cinq années. Les gars dans ce métier vont et viennent assez rapidement. Ça bouge beaucoup, mais pour ce qu'Andre a signifié non seulement pour notre équipe, mais pour moi personnellement, en tant qu'entraîneur, pour avoir accepté son rôle, pour encadrer des joueurs plus jeunes, pour être un leader banc et surveiller l’ensemble - le respect que les stars avaient pour lui, combiné à son mentorat des jeunes joueurs - Andre était le héros méconnu de tout cela. Qu’il passe à autre chose était juste dévastateur pour moi. » 

Deux blessures de longue durée

Épargné par les blessures pendant leur run complètement fou, Golden State s’est retrouvé brutalement rattrapé par la malchance ces derniers mois. Outre Kevin Durant, c’est bien Klay Thompson qui a été fauché par le sort durant les Finales NBA 2019. Lors du sixième et dernier match face aux Raptors, il se déchira le ligament croisé antérieur du genou gauche. La saison 2019-2020 se fait sans lui également. Cela n’a pas empêché les Warriors de vouloir le conserver et de le verrouiller pour 5 ans et 190 millions de dollars ! Remplacer un joueur de cette trempe (en plus de Kevin Durant) en une intersaison, a là aussi, été mission impossible. Personne d’autre dans la ligue n’apporte cette défense et ce danger à trois-points. 

Comme ci cela ne suffisait pas, Stephen Curry a lui aussi été victime d'une blessure. Seule star encore opérationnelle rescapée de l’épopée 2019 (avec Draymond Green) pour le début de saison, le double MVP s’est cassé la main lors du quatrième match de saison régulière. De retour depuis la nuit dernière, sa présence a cruellement manqué. On parle tout de même de l’un des cinq meilleurs joueurs de la ligue, là encore très difficile, sinon impossible à remplacer sur le parquet. 

La suite ?

En quelques mois, les Golden State Warriors se sont ainsi complètement effondrés. Entre départs irremplaçables et véritables coups du sort, la franchise a connu l’enfer… et a su le traverser avec succès. Si la course aux playoffs (et au titre 2020) est définitivement hors de portée, la saison prochaine s'annonce assez prometteuse pour les Californiens. Ils auront ainsi une ossature composée de Curry-Green-Thompson-Wiggins (!)… avec certainement quelques renforts. La Draft 2020 pourrait s’avérer particulièrement intéressante pour Golden State. En effet, le premier tour de Draft a été échangé aux Nets mais est protégé entre le numéro 1 et le numéro 20. En d’autres termes, il faut que les Warriors terminent dans le top 10 NBA à la fin de saison pour que le premier tour soit définitivement échangé aux Nets. Clairement, ça n’arrivera pas. On se projette même vers un potentiel top 3. Un tel choix de Draft aurait une énorme valeur marchande et le General Manager de la franchise Bob Myers le sait sans doute très bien. Ce sera donc un jeune très prometteur ou une recrue phare qui pourrait bien rejoindre San Francisco l’été prochain. 

Connu pour sa capacité à sécuriser les gros coups (Kevin Durant, DeMarcus Cousins, D’Angelo Russell), le dirigeant pourrait bien frapper fort… et aider ainsi les Warriors à retrouver rapidement les sommets. Toutes les décisions prises ces derniers mois (refus de faire une saison blanche à Curry, recrutement de Wiggins) montrent clairement que la franchise ne veut pas perdre de temps. L’objectif est de revenir sportivement au top dès que possible… et tous les indicateurs sont au vert.