MENU
Accueil
Profiter d'un jeu vidéo, d'un film ou d'un concert avec un handicap ? C'est possible !
Écouter le direct
#MOUVSENGAGE [NEWS] 10 / 11
#MOUVSENGAGE [NEWS] 10 / 11 ©Getty

Profiter d'un jeu vidéo, d'un film ou d'un concert avec un handicap ? C'est possible !

Pour les 12 millions de Français en situation de handicap, l'accès à la culture n’est pas franchement une évidence. Mais heureusement, il existe plein initiatives pour faire changer les choses. Il suffit de les connaître : #mouvsengage et fait le taf pour toi !

Ce n’est pas parce qu’on est sourd ou malentendant qu’il n’y a pas intérêt à assister à un concert ! De nombreuses solutions existent pour permettre à tous les publics de profiter de la musique en live. A commencer par le chansigne : c’est-à-dire la retranscription des chansons, en langue des signeset aux côtés des artistes.

Il y a aussi les gilets vibrants, un dispositif qui permet de ressentir les vibrations émises par la musique dans le haut du corps. On peut également citer les caissons vibrants, sur lesquels poser les pieds pour « ressentir » les morceaux. Une expérience incroyable, qu’on soit en situation de handicap ou non.

  • L’initiative en plus : Le festival HIP OPsession organisé par Pick Up Production a pour ambition d’être l’un des premiers festivals 100% accessible. Comment ? En organisant des ateliers beatbox accessibles aux personnes malentendantes ou sourdes et des ateliers DJing accessibles aux personnes malvoyantes ou aveugles. Et on vous en parlera bientôt sur mouv.fr…

Les jeux vidéo, objectif #tousgamers

On dit souvent que les jeux vidéo permettent de s’évader et, s’ils sont en ligne, d’être au contact des autres. Peut-être mais dans les faits, cela peut vite devenir tendu. La preuve ? Les interfaces et les boutons sont souvent pensés à travers le prisme des joueurs… valides. Et même si on commence à voir des adaptations pour les daltoniens ou les malentendants, penser au handicap n’est pas encore un réflexe chez les éditeurs.

Depuis quelques années, l’association Handigamer propose aux particuliers de créer des manettes adaptées. Cool mais comme c’est du sur-mesure, cela coute assez cher : environ 300 euros contre 60 euros pour une manette classique.

Mais heureusement les choses sont en train de changer : il y a quelques semaines, Xbox a dévoilé sa première manette adaptée au handicap.

  • L’initiative en plus : L’association Game-lover (www.game-lover.org) teste les jeux vidéo et évalue leur accessibilité en fonction des handicaps. On a rencontré la team et on vous racontera tout ici-même.

Les cinémas et la scène, place à l’innovation

OK, il y a les sous-titres. Mais quand on est malentendant, aller au ciné n’est pas forcément évident. Surtout pour voir autre chose que des films étrangers sous-titrés en français. Selon l’Unisda (Union nationale pour l’insertion du déficient auditif), 50 % des films français sont en version sous-titrée (VFST). Encore faut-il trouver des salles de ciné qui proposent ce service : seulement, une centaine sur plus de 2000 en France ! Et ces films sont souvent programmés à des horaires pas possibles, pour ne pas « gêner » le public « classique ».

Ces dernières années, des lunettes avec sous-titrage intégré ont été développées. Mais encore une fois, c’est cher et ce n’est pas encore parfait. On ne perd pas espoir que ça se généralise !  

  • L’initiative en plus : CinéST répertorie les établissements accessibles aux malentendants, et les séances sous-titrés en français

L’audiodescription est aussi une solution quand on est cinéphile et malvoyant. Comment ça marche ? Une voix s’ajoute à la bande son du film et s’intercale entre les dialogues pour décrire la scène. Malheureusement, peu de cinémas proposent des boitiers d’audiodescription : seulement 2% d’après les derniers chiffres (2014).

  • L’initiative en plus : L’association Accès Culture développe, elle, l’audiodescription pour l’opéra… et bientôt le stand-up ?!

Les musées, sur la bonne voie

Accessibilité des lieux, cartels en braille, visites en langue des signes, audioguides, parcours adaptés au handicap mental, etc. les sites patrimoniaux et les musées ces dernières années font pas mal d’efforts. Depuis 2003, le label Tourisme et Handicap permet de renseigner les personnes sur l’accessibilité des sites et établissements, en fonction de leur handicap (auditif, mental, moteur, visuel).

Tourisme et Handicap [NEWS] 10 / 10
Tourisme et Handicap [NEWS] 10 / 10 ©Getty
  • L’initiative en plus : le dispositif « Souffleurs d’images » permet de visiter un musée accompagné d’un étudiant en art (bénévole), qui nous décrit les images si on est malvoyant.

On le voit, dans chaque domaine, des acteurs se battent pour que les choses bougent, pour toujours plus d’accessibilité. Et pour une meilleure connaissance des handicaps. Toi aussi tu connais des dispositifs, des initiatives, des associations qui œuvrent pour rendre la culture accessible à tous ? Partage avec #mouvsengage !