MENU
Accueil
Pour les étudiants la rentrée coûtera plus cher que l'année dernière
Écouter le direct
Pour les étudiants la rentrée coûtera plus cher que l'année dernière
Pour les étudiants la rentrée coûtera plus cher que l'année dernière ©Radio France

Pour les étudiants la rentrée coûtera plus cher que l'année dernière

Entre loyers et transports en commun, selon l'Union nationale des étudiants de France, le coût de la vie sera 1,3% plus cher pour l'année universitaire à venir.

La fin des vacances approche. C'est donc l'heure des comptes et autres prévision. Parmi lesquelles celle-ci :la rentrée 2018 coûtera 1.3% plus cher  que celle de l'année précédente, selon l'enquête annuelle de l'Union nationale des étudiants de France (Unef). Cette dernière était pourtant déjà en hausse de 2,1% à en croire l'enquête du syndicat étudiant.

Après avoir perçu l'ensemble des aides à disposition (bourses, APL et autres), le reste à charge mensuel moyen pour un étudiant est de 837,72 euros, en hausse de 129,59 euros  (10,75 euros par mois), d'après le calcul de l'Unef.

Ainsi, pour améliorer les conditions de vie des étudiants, l'organisation étudiante réclame notamment la revalorisation de 20%  des bourses et des aides pour le logement (APL - gelées en 2018), et un élargissement du système d'aide alors que 73,5% des étudiants en sont exclus, selon l'Unef.

L'augmentation du coût de la vie estudiantine est expliquée par deux facteurs : l'augmentation des prix des loyers (54% du budget étudiant) , et des transports en commun. Huit villes universitaires cumulent d'ailleurs les deux phénomènes : Lille, Nantes, Toulouse, Lyon, Saint-Etienne, Nancy, Angers et Rouen .

En ce qui concerne le logement, Paris reste la ville la plus cher . En moyenne, il faudra compter 830 euros mensuels pour l'année à venir. Mais paradoxalement, la capitale n'est pas le lieu où la hausse des prix des loyers est la plus forte. Contrairement à Nanterre (+4,90%), Le Havre (+3,07%) Lyon (+2,85%) ou encore Poitiers (+2,50%).

Voilà pourquoi l'Unef se positionne en faveur d'un retour à l'encadrement des loyers , laloi  visant à limiter l'évolution du loyer d'un logement . À Lille, la mesure a été annulée en Octobre 2017, tout comme à Paris, même si la municipalité a déjà annoncé son souhait de la rétablir dans le cadre de la prochaine loi logement.

Côté transports, dix agglomérations, dont l'Île-de-France, pratiquent des tarifs supérieurs à la moyenne  nationale qui est de 269,49 euros. À Tours, Rennes, Lyon, Dijon et Lille, l'abonnement avoisine voire dépasse les 300 euros. L'Unef demande la mise en place dans ces villes de demi-tarifs étudiants "plus conséquents" .

Près de la moitié des étudiants (46%) sont contraints de travailler en parallèle de leurs études , ce qui est la première cause d'échec à l'université, rappelle l'Unef.