MENU
Accueil
MHD : des infos sur la rixe ont filtré
Écouter le direct
MHD à Copenhague en Octobre 2017
MHD à Copenhague en Octobre 2017 ©Getty

MHD : des infos sur la rixe ont filtré

Le quotidien Le Parisien révèle quelques détails troublants sur la nuit du drame qui a provoqué la mise en examen de MHD.

L'histoire est triste et dramatique et son issue pas encore connue. Le 17 janvier 2019, MHD a été mis en examen pour sa participation présumée à un homicide volontaire et écroué suite à une rixe opposant deux bandes rivales des XIXe (Chaufourniers) et Xe arrondissements (Grange-aux-Belles et Buisson-Saint-Louis) de Paris en juillet 2018. 

L'artiste et son avocate contestent toute implication mais des indices parvenus à la rédaction du Parisien entretiennent le doute. Selon le quotidien, la victime Loïc K. 23 ans, aurait succombé à une attaque de dix assaillants, sept à pied et trois dans une Mercedes, voiture qui aurait servi de bélier et qui appartiendrait à MHD. L'agression serait l'un des nombreux épisodes violents d'une véritable guerre entre les deux bandes depuis la mort d'un jeune du XIXe en 2017 dans une rixe.

En possession de plusieurs vidéos, les policiers ont positionné les protagonistes du drame et attribué la lettre D à MHD identifié comme comme un agresseur qui serait sorti de la Mercedes et aurait frappé Loïc K à la tête avant de s'enfuir à pied, la Mercedes étant déjà occupée par 6 personnes. Ils se fient aux cheveux blonds de l'individu D, coupe arborée par MHD lors de concerts trois jours plus tôt et à un survêtement Puma non commercialisé réservé aux ambassadeurs de la marque dont le rappeur fait partie. Des témoins certifient également l'avoir reconnu.

Interpellé le 15 janvier, MHD a admis être à Paris ce soir là mais pas sur les lieux du crime. Il aurait déclaré :   "Dans la soirée, on a commencé à aller au bowling et ensuite on s’est retrouvé à la Cité rouge." Puis poursuivi : "Je suis remonté chez moi aux environs de 2 heures. Quand je suis redescendu, il n’y avait plus personne dans le quartier".

Il affirme également ne pas savoir qui était au volant au moment du meurtre car il met sa voiture à disposition dans la cité des Chaufourniers. Pour la tenue Puma , MHD affirme qu'il reçoit plusieurs colis de vêtements par semaine et qu'il lui arrive de distribuer des  vêtements aux gens soit en les donnant soit en les laissant se servir. Enfin pour la teinture blonde, il rappelle qu'ils sont plus de vingt à la porter à la cité.

Le Parisien rappelle également que les enquêteurs ne disposent à ce stade d'aucune preuve technique ou scientifique incriminant MHD et que ses téléphones ont été localisés dans le XIXe puis éteints jusqu'au matin.

L'avocate de MHD comme le conseil de sa famille ne se sont pas exprimés sur le sujet.