MENU
Accueil
Les médias anglais veulent la peau des réseaux sociaux
Écouter le direct
Les médias anglais veulent la peau des réseaux sociaux
Les médias anglais veulent la peau des réseaux sociaux ©Radio France

Les médias anglais veulent la peau des réseaux sociaux

Avalanches de fakes news, d’insultes, de trolls, complots, failles de sécurité, les réseaux sociaux sont sous le feu de nombreuses critiques.

Des médias britanniques dont la BBC ou Sky veulent instaurer une surveillance indépendante des médias sociaux pour réguler certains contenus. Par ailleurs, une commission politique anglaise engage les sociétés à investir massivement dans des ressources pour contrer la désinformation. Après de nombreuses polémiques il est pour eux, urgent d’agir. L’affaire Cambridge Analytica révélée en mars 2018 a laissé des traces et mis en lumière de graves manquements.

Une entreprise britannique qui a récupéré les données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook. Elle a ensuite pesé sur la présidentielle américaine en diffusant de nombreuses fausses informations pour influencer les électeurs et les pousser à voter en faveur de Donald Trump. Des révélations qui ont poussé Mark Zuckerberg le fondateur de Facebook à s’excuser devant le Sénat américain.

Selon une étude de Pew Research Center, 44 % des 18-29 ans américains ont supprimé l’application Facebook de leur smartphone. L’étude n’indique pas pour autant si il y a un lien direct avec l’affaire Cambridge Analytica.

Contenu

Sur Facebook, Twitter ou même Youtube, de nombreux messages haineux circulent. Pour contrer la violence de certains propos, l’Allemagne a décidé en 2017 de légiférer sur la question. Les sites ont désormais l’obligation de supprimer tous contenus indésirables en 24h sous peine de sanctions financières pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros.

Les fake news qui se répandent en masse sont également mises en cause. En France, Emmanuel Macron souhaiterait instaurer une loi pour lutter contre celle-ci pendant les périodes électorales. À l’inverse, en Italie, le site de la police postale permet de dénoncer toutes fausses informations. Cependant, le site ne définit pas ce qu’est une fake news.

Media

Pour nettoyer de sa page des contenus douteux, Facebook en France payent des médias français dont Libération  et Le Monde  pour vérifier des sources. Les médias reçoivent une liste qui renvoie sur des textes signalés par les algorithmes ou les internautes.

Les médias analysent seulement les contenus qui les intéressent puis ils publient ensuite un lien sur l’article pour prévenir le lecteur qu’il s’agit selon plusieurs médias d’une fake news.

Et toi tu trouves qu’il faut réguler les réseaux sociaux? Viens réagir au 01 45 24 20 20 dans Debattle le 10 septembre. Du lundi au vendredi de 19h30 à 20h, c’est toi qui a la parole.