MENU
Accueil
Les agressions homophobes s’intensifient
Écouter le direct
Le président d'Urgence Homophobie agressé à la sortie d'un bar
Le président d'Urgence Homophobie agressé à la sortie d'un bar

Les agressions homophobes s’intensifient

Depuis plusieurs semaines, des personnes sont agressées souvent en pleine rue en raison de leur orientation sexuelle. Des actes en forte hausse.

En mai 2018, SOS Homophobie a publié un rapport sur l’homophobie que l’on peut qualifier d’alarmant et d’inquiétant. Pour exemple, sur l’année 2017, les agressions physiques ont augmenté de 15 %. Les violences ont lieu à 45 % dans des lieux publics. Il y a 139 cas en 2017 contre 121 l’année précédente. Par ailleurs, l’association a recueilli 1650 témoignages d’actes homophobes tandis que les forces de l’ordre ont enregistré 1.026 infractions. 

Il y a 1 agression physique homophobe tous les 3 jours. En général, il s’agit d’insultes, de rejet, de discrimination, de harcèlement voir même de menaces ou de chantage. De plus, les hommes sont les victimes les plus touchées (58%) et ont généralement moins de 35 ans (56%). Néanmoins, ces chiffres déjà très important ne reflètent pas complètement la réalité. Tous les actes homophobes ne débouchent pas sur une plainte et certaines victimes préfèrent garder le silence. 

Cependant, ces dernières semaines, plusieurs personnes ont communiqué sur leur agression. Notamment le président d’Urgence Homophobie qui a été violenté en pleine rue mi-octobre. Il s’est fait insulter et a reçu un coup de poing qui lui a cassé le nez à la sortie d’un bar. Pire, à Rouen, un homme de 24 ans est tombé dans un guet-apens et pendant deux heures  a été séquestré, frappé et volé. Visage et corps tuméfié, il s’est confié au journal Paris-Normandie. 

Face à cette agression, 800 personnes se sont réunis à Rouen pour dire « non à la haine » et dénoncer cette extrême violence. Romain l’homme qui a été tabassé n’a pas participé à cette manifestation. Cette initiative a également eu lieu à Marseille ou une minute de silence a été respectée en mémoire des victimes d’actes homophobes dans la région. 

Pour toi, l’homosexualité est-elle vraiment acceptée en France?  Viens réagir au 01 45 24 20 20 dans Debattle le 6 novembre. Du lundi au vendredi de 19h30 à 20h, c’est toi qui a la parole.