MENU
Accueil
Le MMA bientôt légalisé en France ?
Écouter le direct
Le MMA pourrait être légalisé en France
Le MMA pourrait être légalisé en France ©AFP

Le MMA bientôt légalisé en France ?

La ministre des sports a récemment ouvert la porte à une possible réglementation de la discipline en France.

Depuis plusieurs années, le MMA (Mixed Martial Artss pour arts martiaux mixtes) séduit et attire de nombreux fans, bien aidé par les combats très médiatisés de la puissante ligue UFC (Ultimate Fighting Championship). En France, des voix s’élèvent depuis un certain temps pour que cette pratique soit autorisée et puisse se développer en France. Dans les faits, il n’y a ni fédération, ni formateurs, ni la possibilité d’organiser des combats mais il y aurait tout de même entre 30 000 et 50 000 pratiquants. Roxana Maracineanu, l’actuelle ministre des sports, s’est dite favorable sur le plateau de RMC Sport à une future légalisation de la compétition. 

Un long processus 

Cet accord s’accompagne tout de même de consignes importantes. Comme elle l’a indiqué, dans un premier temps, la future fédération de MMA sera abritée au sein d’une autre fédération. Cela pourrait être celle de judo, de karaté, de boxe, de lutte etc. Ces différentes structures doivent manifester dans les prochaines semaines leur intérêt. Dans un second temps, si l’association marche bien avec la structure référente, la compétition pourrait être ouverte et légalisée. L’UFC, principal organisateur de combats, a salué un progrès historique de la France sur la question. 

La confrontation entre le judo et le MMA

La Fédération de Judo, par l’intermédiaire de son président Jean Luc Rougé, n’a eu de cesse de critiquer cette pratique et de tenter d’en retarder la légalisation. En effet, ce dernier a souvent répété à l’envie que le MMA n’est pas un sport et ne transmet aucune valeur éducative. Ces déclarations peuvent aussi s’expliquer par le fait que le MMA fédère de plus en plus de fans, prêts à essayer ce type de combats tandis que le judo perd des licenciés. 

Le judo dit oui mais sous conditions 

Dans un communiqué, la Fédération de judo se dit prête à accueillir sous ses dojos cette activité : « avec quelques ajustements techniques elle peut tout à fait gérer ces activités avec ses clubs et ses enseignants ». Néanmoins, elle ajoute qu’en ce qui concerne les compétitions amateurs, la Fédération est prête à en prendre la charge si elle est libre d’en définir le contenu technique, les aspects culturels et éthiques. Par contre, pour ce qui est des combats professionnels, la fédération se réserve « la possibilité d’interdire certaines manifestations. »