MENU
Accueil
La France oublie-t-elle les personnes en situation de handicap ?
Écouter le direct
Les métros à Paris sont inaccessibles aux personnes handicapées
Les métros à Paris sont inaccessibles aux personnes handicapées ©AFP

La France oublie-t-elle les personnes en situation de handicap ?

L’accessibilité, le travail, la vie sociale, les transports ou les logements, cela peut être une vraie galère quand on est en situation de handicap. Une galère que des millions de gens vivent au quotidien. Une problématique peu abordée par les pouvoirs publics et pour laquelle Mouv' s’engage.

D’après plusieurs organisations, 12 millions de personnes en France sont touchés par un handicap. De son côté, l’Insee (Institut National de la statistique et des études économiques) en dénombre « seulement » 9,6 millions. Il existe différentes formes de handicaps, mentaux, auditif, visuel ou encore moteurs qui sont les plus connus. 

Dans l’Hexagone, être handicapé c’est un parcours du combattant bien qu’il existe plusieurs aides financières. Une personne en situation de handicap peut toucher sous conditions une allocation afin d’obtenir un revenu minimum, un complément de ressources ainsi qu’une prestation de compensation qui permet grâce à une enveloppe budgétaire d’aménager par exemple son logement ou son véhicule. Pour connaitre toutes les aides mise à disposition c’est ici. 

La première difficulté, c’est la mobilité. Les trottoirs forment les premiers obstacles surtout pour ceux qui se déplacent en fauteuil roulant. Ils ne sont pas tous adaptés et il est parfois très compliqué d’en descendre ou d’en monter sans aide. L’entrée dans un bâtiment - un magasin par exemple - peut être également un frein. En 2005, la loi sur le handicap avait inscrit comme principe « l’accès à tous et pour tous ». Le million d’établissements recevant du public avait 10 ans pour rendre ses lieux accessibles. Face à l’ampleur du retard - à l’échéance du 1 janvier 2015 seulement 300 000 lieux se sont conformés aux règles - un nouveau délai allant de 3 jusqu’à 9 ans avait été accordé fin 2014. 

Des difficultés multiples

Les transports en commun n’échappent pas à la règle d’un vrai problème d’accessibilité, surtout en Ile de France. Dans le métro parisien, seules 9 stations sur 303 sont accessibles selon l’Association des Paralysés de France (APF). En revanche, le bus et le tramway jouissent d’une accessibilité totale. Même si elle n’a pas atteint tous ces objectifs, la SNCF a promis de dépenser au moins de 820 millions d’euros pour mettre 160 gares aux normes en 2024. À cet horizon, la société (qui compte près de 3000 stations), devrait en avoir environ une sur deux accessible. 

Autre point noir, le travail. Le taux de chômage chez les personnes en situation de handicap est deux fois plus important que celui de la population générale. En novembre 2017, l’APF (association des paralysés de France) a publié un rapport sur le travail des handicapés. 500 000 sont sans emploi et 1 million ne sont même pas inscrits chez pôle emploi sur les 2,7 millions de personnes ayant une reconnaissance administrative de travailleurs handicapés. 

C’est la deuxième discrimination à l’embauche après l’origine. Pourtant, depuis 1987, toute entreprise de plus de 20 salariés a l’obligation d’employer 6% de travailleurs en situation de handicap. Celles qui ne respectent pas les règles ont l’obligation de verser une contribution au fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph). 

Enfin, l’une des grandes complications réside dans le logement. Là aussi, la loi de 2005 prévoit une accessibilité à 100 % de tous les logements neufs. Néanmoins le gouvernement en 2018 dans le cadre de la loi ELAN a abaissé le seuil de 100 à 10 %. Une décision qui a fait bondir de nombreuses associations qui pointent une « régression sociale ». De son côté, l’Exécutif promet que les 90 % d’autres appartements seront « évolutifs » et deviendront accessibles grâce à quelques travaux. 

La France abandonne-t-elle les personnes en situation de handicap ? Viens réagir au 01 45 24 20 20 dans Debattle le 18 octobre. Du lundi au vendredi de 19h30 à 20h, c’est toi qui a la parole.