MENU
Accueil
La défiance envers les journalistes augmente
Écouter le direct
Les français font de moins en moins confiance aux médias
Les français font de moins en moins confiance aux médias ©Getty

La défiance envers les journalistes augmente

69 % des Français pensent que les journalistes ne sont indépendants ni à la pression des partis politiques, ni à celle du pouvoir d’après le dernier baromètre de confiance envers les médias.

Un grand nombre de Français sont de plus en plus sceptiques et critiques à l’égard des médias et des journalistes. Beaucoup pensent que les journalistes ne sont pas indépendants et ne travaillent pas librement. Une affirmation réfutée par la plupart des reporters mais liée à la détention des grands médias nationaux par des milliardaires. 62 % des sondés par Kantar pour le journal La Croix estiment que les rédacteurs ne résistent pas aux pressions de l’argent. 

La crise des gilets jaunes a exacerbé les dissensions entre la presse et la population. Seuls 32% des personnes interrogées pensent que les médias ont bien traité le mouvement. Dans le détail, pour 67 % d’entre eux, les événements ont été dramatisés. Dans le même temps, 79 % considèrent que les journaux ont donné la parole à des personnes que l’on ne voit ou n’entend jamais. Malgré la méfiance et les soupçons envers la profession, l’étude révèle le fait que 67 % des Français conservent un grand intérêt pour l’actualité. C’est 5 points de plus que l’année dernière.  

Au fil des week-ends de contestation des gilets jaunes, la haine contre les journalistes s’est accentuée. Plusieurs correspondants en région ou à Paris ont été pris à partie et parfois même violentés. Des actes intolérables et injustifiables mais qui ont poussé le journal Libération à analyser le métier dans l’une de ses éditions. 25 journalistes ont été interrogés afin de faire l’autocritique de la profession. Il en résulte qu’un certain nombre de professionnels des médias affirment que la déconnexion avec la population est réelle. 

Elorri Manterola, qui collabore au média Explicite, a notamment déclaré : « __On traine entre journalistes, on se marie ensemble, on est dans l’entre-soi. Parfois, on écrit surtout pour nos sources et nos confrères, des personnes surinformées qu’on a envie d’impressionner. Peut-être devrait-on moins trainer dans les cabinets ministériels et revenir à des sujets concrets ».