MENU
Accueil
L’armement des policiers est contesté
Écouter le direct
Plus de 9200 tirs de LBD40 ont été tirés depuis le début du mouvement des gilets jaunes
Plus de 9200 tirs de LBD40 ont été tirés depuis le début du mouvement des gilets jaunes ©AFP

L’armement des policiers est contesté

Environ 60 personnes ont été blessées par des tirs de flashball depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Certains réclament l’interdiction de cette arme.

La crise sociale qui traverse le pays depuis mi-novembre a remis sur la table un sujet largement controversé : l’arsenal dont disposent les forces de l’ordre notamment lors des manifestations. Les nombreuses manifestions des gilets jaunes ont été régulièrement source d’affrontements entre les les CRS et les manifestants. Matraques, gaz lacrymogène, grenades de désencerclement ou encore tir de flash ball pour faire reculer ou fuir les contestataires - violents ou non - la police a eu recours à des armes contestées notamment le LBD 40 (Lanceur de balle de défense). 

Blessures 

À Marseille, une femme de 80 ans est décédée après avoir reçu au visage des éclats de grenades lacrymogènes alors qu’elle se trouvait à la fenêtre de son appartement. Plusieurs manifestants ont été sérieusement blessés (Main arrachée - à cause de grenades - tibia fracturé, mâchoire fracturée ou visage défiguré pour plusieurs d’entre eux). Pire, certains ont perdu un oeil, il y en aurait au moins 12 à cause de ce fameux flash-ball. Jérôme Rodrigues, l’une des figures du mouvement, fait partie des victimes. Il a été éborgné le 26 janvier 2019 alors qu’il était en train de filmer des forces de l’ordre.

Interdire 

De nombreuses voix se sont élevées pour que le LBD 40 cesse d’être utilisé. Jacques Toubon, le défenseur des droits, a notamment pris la parole en ce sens. Néanmoins, sa recommandation n’a pas été prise en compte par le Conseil d’Etat qui a jugé qu’il était nécessaire que les forces de l’ordre puissent se servir de ces armes. D’autres collectifs ou personnalités comme Philippe Poutou - candidat à l’élection présidentielle de 2012 et 2017 - souhaite que la police soit désarmée, particulièrement dans les quartiers prioritaires. Dans un article qui s’intéressait à la proposition du candidat, Libération citait un sondage de la BBC qui indiquait qu’au Royaume Uni, seuls 5 % des policiers sont armés. 

Pour toi, faut-il désarmer la police ? Viens réagir au 01 45 24 20 20 dans Debattle le 11 février 2019. Du lundi au vendredi de 19h30 à 20h, c’est toi qui a la parole.