MENU
Accueil
Gerald Bronner : "Certaines théories du complot peuvent toucher 50% de la population"
Écouter le direct
80 millions d'américains croient à l'existence des extraterrestres
80 millions d'américains croient à l'existence des extraterrestres ©Getty

Gerald Bronner : "Certaines théories du complot peuvent toucher 50% de la population"

Gerald Bronner est sociologue et enseigne à l’Université Paris-Diderot. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le complotisme. Son dernier "Cabinet de curiosités sociales" aux éditions des presses universitaires de France consacre plusieurs chapitres à ce thème.

Qu’entend-on par théories du complot ?

Ce sont des théories alternatives face à ce qui est présenté comme une vérité historique ou « officielle ». Par exemple, le procès de l’ordre des templiers  arrêté en 1307 a donné lieu à de nombreuses théories. C'est également le cas pour la seconde guerre mondiale. Ce qui est sûr, c’est que ça ne date pas d’aujourd’hui et d’internet. C’est difficile de les dater mais elles sont probablement aussi anciennes que l’humanité.

Des théories ont-elles déjà prouvé leur véracité ? 

Je ne saurai pas vous répondre. Il est évident que des complots ont déjà existé. On peut penser aux actions de la CIA dans certains pays de l’Amérique du Sud. Je ne sais pas si elles avaient donné lieu à des théories du complot avant que ces faits soient dévoilés. Pour en revenir à votre question, le grand échec des complotistes est qu’ils n’arrivent pas à dévoiler de vrais complots  ou des mensonges politiques et publics quand il y en a. Généralement ce sont les journalistes qui s’en chargent. 

Pourquoi n’y arrivent-ils pas ? 

Ils n’ont pas les bons outils de l’administration de la preuve. Pour faire une bonne investigation, il ne faut pas connaître à l’avance les résultats auxquels nous allons aboutir. Dans le cas contraire, on a tendance à tordre le réel pour qu’il nous dise ce que l’on a envie d’entendre. Ce sont les méthodes qu’emploient les conspirationnistes. 

Quelles sont les théories du complot les plus répandues ? 

Cela dépend des pays mais celui du mythe antisémite est très propagé en Europe de l'Ouest, aux Etats-Unis ou encore dans les pays Arabes et en Afrique. Les illuminatis (qui n’existent plus) et les francs-maçons sont d’autres figures de pouvoirs occultes. Par ailleurs, ce qui est très popularisé dans les populations occidentales, sont des théories du complot relatives au monde industriel, à ce qu’on appelle big pharma. D’après ces hypothèses, il n’aurait de cesse de comploter contre la santé publique pour faire des bénéfices. Cependant, il est vrai que dans certains cas, l’industrie peut dissimuler des résultats très inquiétants par intérêt économique. C’est le cas de l’industrie du tabac par exemple. 

Vous avez parlé du mythe antisémite, qu’entendez-vous par la ? 

Je parle des théories du complot qui imaginent qu’il existe un pouvoir juif, qui se dissimule et dirigerait l’ordre du monde. Ce que certains appellent le nouvel ordre mondial. Israël ou la diaspora juive dans l’imaginaire antisémite seraient à l’œuvre dans tous les attentats. Pour exemple, des complotistes estiment que l’attaque à Charlie Hebdo en janvier 2015 a été perpétrée par le Mossad. Une théorie loufoque avance également que le 11 septembre 2001, 4000 juifs ont quitté les tours jumelles juste avant la collision. C’est évidemment totalement faux.

Quelle est l’audience des différentes théories du complot ? 

Là encore, ça dépend des théories. Certaines peuvent toucher 50 % de la population. Par exemple  celle des chemtrails est très répandue et affirme que les trainées des avions sont constituées de nitrate d’argent produites par les services secrets pour manipuler le climat ou notre esprit selon les différentes hypothèses. Il y a aussi des théories mondialisées comme celle des reptiliens qui affirment que les grands de ce monde sont en fait des extra-terrestres qui peuvent prendre l’apparence humaine. On l’a dit de Barack Obama, de George Bush mais en France ce n’est pas très répandu. Cela dépend vraiment des pays, des catégories sociales ou encore de notre orientation politique. Que l’on soit à droite ou à gauche, on n’endosse pas les mêmes théories. 

Quelle couleur politique se dégage ? Seulement les extrêmes ? 

On remarque une concentration statistique de ces théories chez les extrémistes. Des Néerlandais ont démontré qu’il y avait un lien fort entre extrémisme politique et théories du complot. Par ailleurs, il y a une légère asymétrie en faveur de l’extrême droite. On en trouve plus dans ce courant qu’à l’extrême gauche. Néanmoins il y en a partout mais en moindre proportion. 

8 Français sur 10 croient à au moins une théorie du complot : comment l’expliquez-vous ? 

Je ne le dirais pas comme ça. Les journalistes ont extrapolé les résultats de l’enquête de l’Ipsos. Effectivement, il y a 8 Français sur 10 qui adhèrent à au moins un des items proposés mais ce n’est pas très révélateur. Ces questions elles sont parfois ambiguës et il est possible de répondre oui sans être complotiste. C’est donc très exagéré de dire que 80% des Français sont des conspirateurs. Cependant, il y a un succès très inquiétant de ces théories du complot que l’on peut expliquer par un état de méfiance politique. Ce ras-le-bol politique ouvre la porte à des théories alternatives. 

L’apparition d’internet et des réseaux sociaux ont favorisé l’émergence des théories ? 

Absolument et sous plusieurs aspects. Les réseaux sociaux permettent d’accélérer l’information. Auparavant il fallait une trentaine de jours pour que se constituent les premiers arguments d’une théorie du complot. Maintenant, le jour même d’un attentat on peut trouver des premières thèses sur la toile. Lors de l’attentat de Charlie Hebdo, j’ai compté 26 arguments le 7 janvier et quatre jours plus tard il y en avait plus de 100. Les mauvaises informations se diffusent six fois plus vite que les vérités sur Twitter. De plus, les complotistes sont très motivés à l’idée de faire valoir leur point de vue. 

Des théories du complot ont-elles prouvés leur dangerosité ? Des gens sont-ils passés à l’acte ? 

Oui évidemment, souvenez-vous du Pizzagate aux Etats-Unis pendant la dernière élection présidentielle en 2016. Une croyance absurde s’est répandue selon laquelle Hillary Clinton participait à un réseau pédophile dans les arrières fonds d’une pizzeria de Washington. Croyant faire le bien, un homme a débarqué dans le restaurant muni d’un fusil d’assaut et s’est mis à tirer pour faire cesser cet odieux trafic complètement imaginaire. Heureusement il n’a tué personne. Dans un autre registre, le djihadisme est lui aussi imprégné de théorie du complot. La radicalité quelle qu’elle soit s’accommode très bien de thèses conspirationnistes. 

Pour aller plus loin, découvrez son ouvrage sous forme de bande dessinée "Crédulité et rumeurs. Faire face aux théories du complot et aux fake news." Il est sorti aux éditions Le Lombard en 2018. 

Tu penses qu'on te cache des choses ? Viens réagir au 01 45 24 20 20 dans Debattle le 29 novembre 2018. Du lundi au vendredi de 19h30 à 20h, c’est toi qui a la parole.