MENU
Accueil
Facebook aurait laissé Netflix et Spotify accéder à tous vos messages privés
Écouter le direct
Mark Zuckerberg à Paris le 24 mai 2018 (Photo : Chesnot)
Mark Zuckerberg à Paris le 24 mai 2018 (Photo : Chesnot) ©Getty

Facebook aurait laissé Netflix et Spotify accéder à tous vos messages privés

Quelques mois après le scandale Cambridge Analytica, Facebook fait face à de nouvelles accusations.

Encore une sombre affaire pour Facebook. Le New York Times révèle dans une nouvelle enquête que Facebook a autorisé plusieurs entreprises à accéder à certaines données privées, notamment les plateformes de streaming Spotify et Netflix.

Il y a quelques semaines, le New York Times affirmait que le réseau social Facebook avait songé à vendre les données personnelles des utilisateurs en 2012, mais l'entreprise s'était rétractée et avait abandonné l'idée entre temps. Le seul problème, c'est qu'elle a autorisé une centaine d'entreprises à accéder gratuitement aux messages privés des utilisateurs. Parmi celles-ci, certaines avaient le droit à un niveau d'accès plus élevé que d'autres.

Toujours selon les documents obtenus par le média, le réseau social bleu a négocié auprès des entreprises un accès très privilégié aux données entre 2010 et 2017. Par exemple, Spotify et Netflix par exemple, ont pu lire tous les messages des utilisateurs. Bing, le moteur de recherche pouvait consulter le nom des amis Facebook d'un utilisateur. Apple pouvait se renseigner sur les événements. Yahoo pouvait consulter les publications etc. Toutes ces permissions ont pris fin début 2018 et permettaient aux entreprises de proposer des services plus adaptés aux internautes.

Depuis, Netflix a réagi sur cette enquête du New York Times en précisant : « Au fil des ans, nous avons essayé différentes façons de rendre Netflix plus social. Par exemple, nous avons lancé en 2014 une fonction qui permet aux membres de recommander des séries et des films à leurs amis Facebook via Messenger ou Netflix, il n'a jamais été populaire, alors nous l’avons fermé en 2015. À aucun moment, nous n'avons eu accès aux messages privés des abonnés Facebook ou n'avons demandé la possibilité de le faire. »