MENU
Accueil
Antisémitisme : + 74 % d’actes violents en 2018
Écouter le direct
Des boites aux lettres à l'effigie de Simone Veil ont été profanées
Des boites aux lettres à l'effigie de Simone Veil ont été profanées ©AFP

Antisémitisme : + 74 % d’actes violents en 2018

Début février 2019, le ministère de l’intérieur a révélé une forte hausse d’agissements antisémites en 2018.

541 faits antisémites ont été comptabilisés en 2018 contre 311 en 2017. Le chiffre est révélateur d’une haine des juifs qui persévèrent et s’accentuent dans l’hexagone. Christophe Castaner - ministre de l’intérieur - a d’ailleurs déclaré « l’antisémitisme se répand comme un poison ». Une déclaration faite suite à la profanation d’arbres plantés en la mémoire d’Ilan Halimi. Un homme enlevé, séquestré et torturé pendant plusieurs semaines puis laissé pour mort en février 2006 aux abords des rails de la ligne C du RER à Sainte-Geneviève-des-Bois en raison de son appartenance à la communauté juive.   

Des actes antisémites de plus en plus fréquents 

Ces dernières semaines, plusieurs faits ont été recensés en France. 80 tombes d’un cimetière juif dans le Bas-Rhin ont été attaquées. Toujours en Alsace, une synagogue a été marquée de croix gammées et une phrase antisémite découverte sur le mur d’une école maternelle. A Paris, l’inscription « Juden » - juif en français – a été tagué sur la vitrine d’un restaurant Bagelstein. Tandis qu’à Versailles un homme par ailleurs conseiller financier au conseil départemental des Yvelines a été interpellé après avoir taggués une cinquantaine de propos antisémites durant plusieurs jours sur la ligne du RER C. 

Des députés souhaitent instaurer une loi pour punir l’antisionisme 

Plusieurs parlementaires ont annoncé leur souhait de mettre en place une loi pénalisant l’antisionisme. C’est le fait d’être hostile à l’existence ou à l’extension d’Israël comme le définit le Larousse. Ils souhaitent que l’antisionisme soit sur le même plan que l’antisémitisme. Dans un discours lors du diner du Crif mi-février 2019(Conseil représentatif des institutions juives de France), Emmanuel Macron a déclaré que la France va intégrer l’antisionisme à sa définition juridique de l’antisémitisme. Rajoutant également que cette pensée est une des formes modernes de l’antisémitisme. 

Faut-il distinguer l’antisémitisme de l’antisionisme ? Viens réagir au 01 45 24 20 20 dans Debattle le 07 mars 2019. Du lundi au vendredi de 19h30 à 20h, c’est toi qui a la parole.