MENU
Accueil
Sneakers : bienvenue dans "la capitale chinoise des contrefaçons"
Écouter le direct
Sneakers : bienvenue dans "la capitale chinoise des contrefaçons"
Sneakers : bienvenue dans "la capitale chinoise des contrefaçons" ©Radio France

Sneakers : bienvenue dans "la capitale chinoise des contrefaçons"

Vice est allé en Chine, à la rencontre du nec plus ultra de la fausse basket.

C'est la résurgence de la basket. Qu'elle soit Dad shoe, ou running, tout le monde y succombe. Il n'y a qu'à voir le nombre de Air Jordan, Yeezy, Off-White, et autre Balenciaga , qui embrassent quotidiennement les asphaltes du monde entier. Souvent, ces paires s'arrachent à des prix exorbitants, et sont en série (très) limitée.

Alors Chan a décidé de se lancer dans le business de la sneaker. Sa promesse ? Des contrefaçons proches de la perfection . Dans un reportage diffusé dans l'émission hebdomadaire "News Tonight" sur la chaîne américaine HBO , Vice s'est rendu à Putian, en Chine , une petite ville côtière située en face de l'île de Taïwan. Ville que l'on appelle aussi la "capitale chinoise de la contrefaçon" . Chan, encore étudiant, réalise très tôt que c'est ici que sont fabriquées les copies des chaussures tant convoitées.

Il décide donc de se lancer dans ce nouveau business. Via sa page Reddit , le jeune fabriquant se tient informé des nouvelles tendances, et fait la promotion de ses plus beaux modèles parmi lesquels, les Adidas Ultra Boost, mais aussi les Balenciaga Triple S . Une dernière paire à plus de 700 dollars, qu'il vend, lui, à 120. Cher pour une contrefaçon ? La réponse est oui... Mais les originaux des modèles qu'il contrefait sont en général si rares, que les passionnés du monde entier se retrouvent presque contraint de passer par lui pour espérer obtenir leur saint Graal.

Parfois même, le délai entre la sortie officielle d'une sneaker, et sa copie, est surprenant de rapidité. En effet, Chan explique à Vice , qu'il s'appuie sur des "__backdoors " . En anglais, cela signifie porte dérobée. Autrement dit, l'homme parvient à se procurer l'original d'un modèle avant même sa mise sur le marché, grâce à ses contacts. Ce fut notamment le cas de la Converse x Off-White , prise comme exemple dans le documentaire.

Conscient que son activité est illégale, Chan apparaît masqué  à la caméra. Il avoue d'ailleurs face à cette dernière, ne pas savoir où est le mal. Pour lui, la contrefaçon servirait également aux marques . Il se souvient des propos de Virgil Abloh , fondateur de la marque Off-White et directeur artistique homme chez Vuitton, à l'université de Columbia (New-York) en février 2017 : "j' adore les contrefaçons, c’est le meilleur retour possible. C’est mieux qu’un article dans le magazine Vogue. Si ce qu'on fait marche au point que quelqu’un d’autre en profite, cela veut dire que ça marche vraiment".

Toujours est-il que depuis, Virgil Abloh semble avoir changé d'avis. Il réclame plus de 240 millions d'euros à Wish  pour vente de produits Off-White contrefaits. Voilà un des risques de cette courte production proposée par Vice . Ce qui n'était peut-être accessible qu'aux connaisseurs, est désormais connu de tous ...

Crédit photo : capture d'écran Vice.