MENU
Accueil
Nike porté par sa bulle d’air depuis plus de 40 ans
Écouter le direct
DQM x Air Max 90 Bacon (Nike)
DQM x Air Max 90 Bacon (Nike)

Nike porté par sa bulle d’air depuis plus de 40 ans

Ce 26 mars la Nike Air Max fête ses 34 ans. Derrière le modèle AM1 décliné à toutes les sauces, se cache une des innovations les plus connues des sneakers addict : la technologie « Air ». Retour sur l’histoire d’une bulle qui porte la marque à la virgule depuis plus de 40 ans.

Un modèle historique

Au risque de vous surprendre, la sortie de la Nike Air Max en 1987 n’est que l’avènement de la technologie Air. Il faut en réalité remonter à 1979 pour voir le célèbre préfixe associé au nom d’une basket avec la Nike Air Tailwind. Avant tous les détournements lifestyle de ses modèles les plus iconiques, Nike c’est d’abord une histoire de performance. Bill Bowerman et Phil Knight, les fondateurs de la marque au Swoosh en 1971, souhaitent développer une technologie qui améliorerait l’amortie des coureurs qui ont le choix jusqu’ici entre les Nike Waffle Racing, reconnaissables à leur semelle confectionnée à l’aide de moules à gaufres, ou les Cortez avec lesquelles Steve Prefontaine s’est imposé sur 5000 mètres aux JO de Munich en 1972. 

La solution viendra d’un certain Franck Rudy. C’est un peu à lui que Nike doit tout son succès aujourd’hui. En effet, Rudy était un spécialiste de la technologie aérospatiale qui a approché Nike en 1977 avec une idée révolutionnaire : utiliser l'air comme amorti dans les chaussures. Et c’est en 1978 qu’apparaît pour la première fois la technologie « Air » de Nike lors du marathon d’Honolulu. Face au succès de l’innovation auprès des coureurs, la firme de l’Oregon étend sa nouvelle semelle à d’autres sports. Ainsi, la Air Force 1 fait son apparition en 1982 côté basketball. Cette dernière inspirera la Air Jordan 1 qui voit le jour en 1984. Ces deux modèles vont populariser la technologie « Air » jusqu’à l’arrivée de monsieur Tinker Hatfield. Retenez bien son nom, car avec lui l’innovation « Air » va atteindre des sommets.

It's a revolution - Nike
It's a revolution - Nike

Embauché en 1980 comme architecte d’intérieur, Hatfield va pourtant être sollicité par Nike pour designer des chaussures. La légende raconte qu’il était en voyage à Paris lorsqu'il est tombé sur le Centre Georges Pompidou. Fasciné par l’architecture du lieu, Hatfield revient au siège de Nike des idées plein la tête, cherchant à transposer le concept architectural du bâtiment parisien sur une paire de basket.

La Air Max première du nom finit par voir le jour en 1987 dans sa version originelle « White, Varsity red » (un mélange de blanc, gris et rouge). Elle est lancée en grande pompe dans une campagne d’ensemble avec d’autres paires emblématiques comme les Air Safari (connues aussi dans leur version Max). C’est un véritable succès pour Nike. A l’instar du centre Pompidou qui laisse apparaître plusieurs éléments de son architecture, Tinker Hatfield a lui aussi fait le choix de laisser sa bulle d’air visible, rendant l’innovation plus concrète aux yeux du public que lorsqu’elle est dissimulée sous une semelle en caoutchouc. 

Croquis Air Max Varsity - Nike
Croquis Air Max Varsity - Nike

Le pari est si bien réussi qu’on peut même parler d’une révolution culturelle. Fini le règne des Puma Suede et autres Adidas Superstar respectivement sortis en 1968 et 1969. Désormais, il faut aussi compter sur Nike et ses fameuses Air Max. Outre avoir radicalement changé le design de la sneaker, les Air Max sont aperçus aux pieds des plus grands de l’époque à l’image de 2Pac .

Nike x 2Pac
Nike x 2Pac

Dans Dope Beat le rappeur KRS-One dira même, “I don’t wear adidas cos my name ain’t run/Got Nikes on my feet and to be complete. 

Déjà boosté par ses Air Force 1 et ses Air Jordan 1, voilà que Nike prend de l’ampleur avec sa gamme Air Max en devenant un point de référence dans la musique et dans le sport. Deux mondes qui fonctionnent (presque) toujours main dans la main. 

Évolution de la gamme Air Max et de la technologie « Air »

Si la Air Max est devenue plus tard la Air Max 1, c’est parce que face au succès de la paire d’autres designs sont apparus. Trois ans après le carton de sa grande sœur, Tinker Hatfield pond la Air Max 90 que les fanatiques de Gabber connaissent bien. C’en suit la sous-coté Air Max BW, tête de gondole du Air Max Day 2016 à l’occasion de ses 25 ans, sans oublier la Air Max 95 qui marque une vraie rupture avec les précédents modèles de par son shape plus imposant, ainsi que la Air Max 97. 

Depuis l’inspiration d’Hatfield qui, rappelons-le quand même, n’a fait que rendre visible la technologie imaginée quelques années plus tôt par Franck Rudy, Nike ne lâche plus ses bulles d’airs. La marque va même plus loin lors du Air Max Day 2017 en lançant les Vapormax. Le modèle rompt complètement avec l’ADN de ses grandes sœurs. Les bordures en caoutchouc ont carrément disparu. La technologie « Air » semble se suffire à elle-même. 

The Evolution of visible Air x Nike
The Evolution of visible Air x Nike

Aucunes innovations marquantes depuis 

La plateforme de recherche mode Lyst a identifié en partenariat avec StockX les dix modèles les plus populaires de 2020. Dans ce classement, on retrouve huit paires de Nike dont une Air Jordan 13 (1997), une Air Jordan 4 (sortie en 1989 et rendue mythique par Spike Lee), des Air Jordan 1 (1984) et des SB Dunk (2002). En outre, que des modèles sortis il y a au moins 19 ans, dont quatre sont estampillés de la technologie « Air ». Mis à part quelques innovations comme la VaporMax et les Air Max 270 stars du Air Max Day 2018, Nike se contente de ressortir des vieux modèles à peine revisités, ou de surfer sur une technologie vieille de plus de 40 ans.

Le département R&D de la marque à la virgule s’attache tout de même à prouver qu’il a de la suite dans les idées via des modèles comme les Nike Adapt (à laçage automatique) ou encore très récemment avec les GO FlyEase, des chaussures qui s’enfilent sans les mains. Reste que la plupart des consommateurs se ruent essentiellement sur les modèles les plus emblématiques. Il y a bien eu quelques tentatives d’innovations à l’image de la Joyride Run Flyknit dont la semelle est composée de 8000 billes de copolymères. Mais pas de chance, ces billes auraient un impact extrêmement néfaste sur l’environnement. De son côté, son principal concurrent Adidas brille grâce à sa technologie « Boost » lancée en 2013 (adaptée notamment sur les Yeezy) et dernièrement avec l’« Ultra 4D ». 

Alors où en serait Nike sans ses modèles iconiques ? De ce point de vue-là, le Air Max Day sonne un peu plus que la simple célébration d’un modèle de basket. C’est en réalité toute la pérennité d’une marque qui est célébrée le 26 mars de chaque année. Cette journée devrait carrément être rebaptisée le « Rudy-Hatfield Air Day ».