MENU
Accueil
NFT, l’avenir des sneakers ?
Écouter le direct
RTFKT, le Suprême version digital
RTFKT, le Suprême version digital

NFT, l’avenir des sneakers ?

L’engouement autour des Non-Fungible Token est tel, qu’il intéresse forcément un monde des sneakers régit par l’innovation et la rareté.

Qu’est-ce qu’un NFT ? Pour faire simple, il s’agit d’un jeton numérique attribué à un produit ou à un service virtuel, et qui n’est pas interchangeable. D’où l’appellation "non fongible". Un jeton non-fongible est identifiable de manière unique. A l’inverse d’un bitcoin par exemple, il ne peut pas s’échanger. On dit ainsi qu’il fait partie de la technologie "blockchain", c’est-à-dire un enregistrement des transactions numériques qui ne peut être altéré. Un NFT peut donc être tracé et certifié. On sait à qui il appartient. 

Ces derniers mois vous avez sans doute déjà entendu parler de cette technologie dans le milieu de l’art. En effet, pour posséder le titre de propriété d’une image, d’une vidéo, d’un morceau de musique et même d’un tweet, ce sont des millions de dollars qui sont en jeu. En témoigne l'œuvre « The First 5,000 Days », en fait un collage virtuel de l'artiste américain Beeple, qui a atteint le montant record de 69,3 millions de dollars lors d'une vente aux enchères chez Christie's en mars, pour une mise à prix de 100 dollars au départ… La NBA s'est également lancée dans le délire, en partenariat avec la société Dapper Labs pour créer NBA Top Shot, un marché en ligne où les fans peuvent acheter et vendre des clips vidéo de basket, pourtant accessibles à tous sur YouTube. Ces clips, qui fonctionnent comme des cartes à collectionner virtuelles, ont jusqu'à présent généré plus de 500 millions de dollars de ventes… 

Quel rapport avec le monde des sneakers ? 

Depuis qu’on sait qu’il y a de l’argent à se faire, et que l’authenticité et la rareté compte, on ne peut s’empêcher de se dire que ça devrait matcher avec les valeurs du monde de la basket. En effet, les NFT sont des objets de collection virtuels qui peuvent être achetés, vendus ou échangés en ligne. Ils permettent aux collectionneurs de posséder, de montrer, voire de profiter s’ils en ont la chance de ces actifs numériques, tout comme ils le feraient avec leurs sneakers dans la vraie vie. D’ailleurs, dans le sneakers jeu, RTFKT Studios (né en janvier 2020) - qui s'associe à des artistes numériques - a vendu pour 3,1 millions de dollars de sneakers NFT en à peine 7 minutes. 

Tous les acheteurs ont eu accès à une image virtuelle de leur achat. Aussi depuis en avril, une version physique de leur NFT leur a été envoyée. « Un supplément bien moins intéressant que leurs équivalents numériques », a précisé Benoît Pagotto, co-fondateur de RTFKT. Si on a un peu de mal à y voir un intérêt, il faut quand même avouer que 3,1 millions de dollars de ventes ça fait réfléchir. C’est sans doute ce que Gucci s’est dit au moment de lancer les Gucci Virtual 25 en partenariat avec Wanna, une entreprise biélorusse spécialisée dans la technologie de réalité virtuelle créative pour le marketing. La paire, en réalité augmentée sous forme de NFT, est disponible sur l’application Gucci pour une dizaine d’euros. Elles peuvent être portées via filtre sur Instagram et Snapchat. 

« Il y a un état d'esprit inhérent aux sneakerheads dans les produits à collectionner et le trading. Toutes ces facettes qui rendent le crypto-art et les NFT attrayants font déjà partie de la culture sneakers », explique Michaela Larosse, responsable du contenu et de la stratégie chez The Fabricant, une maison de mode numérique, dans les colonnes de Footwearnews.

Gucci Virtual 25
Gucci Virtual 25

Est-ce qu’une marque comme Nike pourrait se lancer dans les NFT un jour ? 

En 2019, Nike a obtenu un brevet pour « CryptoKicks ». Nike pourrait donc très bientôt lancer sa propre monnaie, qui permettrait d’effectuer des achats sur SNKRS. Josh Gerben, avocat spécialisé en propriété intellectuelle, a par ailleurs souligné via Twitter que la marque au swoosh allait devoir utiliser Cryptokicks dans les 4 ans, afin de ne pas perdre ce brevet. La firme de l’Oregon envisagerait de créer des paires de chaussures numériques en plus des modèles physiques. Voilà qui ne serait pas la première fois que Nike expérimenterait la vente de produits virtuels. Toujours en 2019, Jordan Brand s’est associé à Epic Game pour une série de skins dans Fortnite. Ces derniers étaient disponibles à l’achat pour n’importe quel joueur avec des prix allants de 13 à 18 dollars. 

Dans le système actuel, des marques comme Nike ne profitent que de la vente initiale d'une paire de baskets, tandis que les sites de revente comme StockX, Stadium Goods et même eBay maintenant, obtiennent une part sur chaque produit revendu via leur site. Dans le cas des collectionneurs, Nike pourrait très bien imaginer des chaussures virtuelles via NFT qui seraient échangées sur l’app SNKRS avec la fameuse « CryptoKicks ». La marque au swoosh pourrait ainsi se garantir des revenus sur la durée. 

Si tout ceci n’est qu’hypothèse, avec tout l’argent qui circule autour des NFT, on a du mal à croire que les gros revendeurs de baskets ne se positionnent pas un jour sur ce marché.