MENU
Accueil
Covid-19 : Il a fallu suivre ces règles pour rouvrir les magasins de prêt à porter
Écouter le direct
Les magasins ont cumulé deux mois de stocks en raison du confinement.
Les magasins ont cumulé deux mois de stocks en raison du confinement. ©Getty

Covid-19 : Il a fallu suivre ces règles pour rouvrir les magasins de prêt à porter

Depuis le 11 mai, les magasins de prêt à porter sont autorisés de rouvrir leurs portes. Mais ils doivent faire respecter aux clients et aux vendeurs des consignes strictes.

Les images des files d’attentes devant les boutiques Zara ont affolé les réseaux sociaux récemment. Beaucoup ont cru que les magasins étaient bondés mais en réalité le nombre maximal de clients à l'intérieur était tout simplement déjà atteint. Dorénavant, pour faire son shopping, il faudra être patient et s’attendre à faire parfois la queue à l’extérieur.

En effet, à l’entré des magasins, un filtrage est réalisé en raison du cahier des charges imposé par le Ministère du Travail afin de limiter les risques de propagation du Covid-19. Il autorise 1 personne pour 10 mètres carré dans chaque boutique. C’est pourquoi, le temps d’attente est différent selon les établissements. 

Une fois à l’intérieur, du gel hydroalcoolique est à disposition afin d’inciter les clients à en appliquer et donc manipuler les vêtements avec des mains propres. Sur le sol, il ne faudra pas s’étonner de trouver des rubans adhésifs tous les 1,5 mètre ou 2 mètres. Le but est de faire respecter une distanciation sociale entre chaque clients. S’il n’y a rien sur le sol, ces indications sont faits par message sonore ou via des pancartes.

Des cabines d’essayage condamnées

Poser ses mains sur les vêtements, les essayer, enfiler des chaussures, puis les ranger sont des gestes devenus inquiétants pour certains clients. Dans certains magasins, les cabines d’essayage sont condamnées et quand ce n’est pas le cas, seulement une cabine sur deux est accessible.

En ce qui concerne les articles essayés mais pas achetés, ceux-là doivent être mis en quarantaine au minimum quatre heures, un protocole qui n’est pas sans rappeler les précautions à prendre avec les produits alimentaires. Aussi, les vêtements sont éventuellement passés à la vapeur avec un désinfectant. 

Tous les employeurs ont une "obligation de sécurité", ils doivent par exemple mettre à disposition des vendeurs les produits pour nettoyer le magasins (surfaces, poignées de porte etc).

Masque obligatoire ?

Pour ce qui est des masques, ils ne sont pas obligatoires partout mais certaines grosses enseignes ont décidé de les rendre obligatoire par précaution. Dans les petites boutiques, des masques gratuits sont même distribués à l’entrée. Toutes ces consignes sont nouvelles pour les clients car les français ne sont pas encore habitués à vivre avec un masque sur le nez donc attention à ceux qui retire leur masque pour demander un conseil à un vendeur. 

Arrivé en caisse, le paiement sans contact est très recommandé, sans pour autant que le paiement en espèces soit interdit. Mais les magasins doivent utiliser des soucoupes pour éviter absolument le contact de main à main. Et en caisse il y a aussi des vitres en plexiglas avec pour objectif de protéger à la fois le vendeur et le client.

Depuis le 11 mai, tous les magasins n’ont pas rouverts, par précaution ou par interdiction comme c’est le cas pour les centres commerciaux partout en Île de France. Et les grands magasins qui ont rouverts l’ont souvent fait avec des horaires limités et des équipes qui tournent le plus régulièrement possible.