MENU
Accueil
Coronavirus : les lycéens américains privés de bal de promo
Écouter le direct
Le bal de promotion, un rendez-vous très attendu par les lycéens américains
Le bal de promotion, un rendez-vous très attendu par les lycéens américains ©Getty

Coronavirus : les lycéens américains privés de bal de promo

Aux-Etats-Unis, le bal de fin d’année est une étape cruciale dans la vie des lycéens, mais à cause de l’épidémie de Covid-19, la plupart ont été reportés ou annulés.

Bracelets de fleurs, nœuds papillons et smokings trop larges, sans oublier les très convoités couronnes de roi et reine du bal de promo ne feront pas parti des souvenirs de jeunesse de nombreux lycéens américains. Les Etats-Unis dénombrent plus de 40 000 morts, c’est officiellement le pays le plus touché par la pandémie. Pour les promotions 2020 des lycées américains, la pandémie de coronavirus que nous vivons a un goût particulièrement amer. Les chefs des établissements scolaires ont reporté ou carrément annulé leur bal de promo. 

Cette soirée marque la remise de leurs diplômes, l’acceptation dans une université et un pas vers la vie d’adulte. Les adolescents sortent le grand jeu pour cette soirée unique et leurs parents mettent la main à la poche. Ils dépensent en moyenne 900 dollars pour le bal de leurs enfants. Le casse-tête pour se trouver une cavalière et la tenue parfaite était sans doute la principale préoccupation de ces ados avant la pandémie. 

“J'ai été déçu lorsque le bal a été annulé, parce que je porte toujours un costume qui se distingue beaucoup. Cette année, il allait être tout en satin violet foncé. Il avait des boutons de manchette en forme d'aigle, qui est la mascotte de notre lycée, et il allait être entouré d'une cape blanche, et j'avais des chaussures à pointes dorées qui allaient avec un nœud papillon doré. confie Gunnar Duke, 18 ans, au New York Times qui a eu l’idée géniale de photographier des lycéens confinés, dans leur tenue de bal.

L’ingrédient clé des teenage movies

L’imaginaire de ces lycéens a été comme d’autres jeunes partout dans le monde nourri par les teenage movies : “Je regarde beaucoup de films sur le lycée. J'ai toujours imaginé le bal de promo comme quelque chose de spécial__, quelque chose de mémorable, juste parce qu'on ne va au lycée qu'une fois. confie Aaliyah Flores-Pliego, une lycéenne de 17 ans au journal. Chaque décennie a ses teenage movies (en français : films pour adolescents) emblématiques, avec un bal de promo déterminant dans la vie du personnage principal. Lolita malgré moi en 2004, Love & Basketball en 2000, ou encore Clueless en 1995 sont des classiques du genre.

Les photos de couples un peu kitch et l’anxiété suscitée par cette soirée, qui en cas d’imprévu peut se transformer en véritable suicide social, sont autant de charmants clichés qui font partie de la pop culture américaine. Des souvenirs qui suivent les américains toute leur vie, la preuve en est, 28 ans après son bal de promo, l’ex-première dame des Etats-Unis Michelle Obama a posté en début d'année, une photo d’elle accompagnée de son cavalier de l’époque qui n’est pas Barack Obama : 

L’acteur John Krasinski, vu dans The Office et star de la série Jack Ryan, a organisé un bal de promo virtuel pour consoler les lycéens de tout le pays. Pendant ce live, Chance the Rapper, Billie Eilish et Les Jonas Brothers se sont joints à la fête et ont chacun donné un concert afin de réconforter ces ados confinés. C’est dire l’importance de cette soirée. Cette initiative n’est pas sans rappeler les images de célébrités comme Rihanna, Demi Lovato ou Miley Cyrus au bras de fans sans cavalières pour leur bal de promo. 

Une vieille tradition

Les jeunes Américains sont férus des bals. Ils ont un bal pour fêter la Saint-Valentin, le Sadie Hawkins (un bal où les filles célibataires ont le droit d’inviter les garçons de leur choix sans que ce soit une bizarrerie), mais le bal de promo est sans doute le plus célèbre d’entre eux.

C’est au milieu des années 1800 que naissent ces bals. C’était l’occasion pour les jeunes américains d’afficher leur bonnes manières et leur étiquette sociale, une origine qui détonne avec l’image légère qu’on leur connaît aujourd’hui. Actuellement, le bal de promo est un rite de passage où l'on perd sa virginité et consomme de l'alcool à foison malgré l’interdiction. Des comportements qui ont de quoi donner le tournis aux chaperons chargés de surveiller la soirée. A partir des années 1950, le décor de cette soirée emblématique est passé du modeste gymnase de lycée à hôtel de luxe. En 1975, la fille du président Ford, Susan, a même délocalisé le bal de fin d'année de son lycée à la Maison Blanche. 

Il arrive que des jeunes emmènent leurs grands-parents à leur bal car ces derniers ont manqué le leur ,parce qu'ils étaient trop pauvres ou qu'ils étaient partis à la guerre. Peut-être qu’un jour, il en sera de même pour ces millions de lycéens confinés en pleine épidémie.