MENU
Accueil
Rae Sremmurd : passés de cancres à premiers de la classe
Écouter le direct
Rae Sremmurd : de cancres aux félicitations du conseil
Rae Sremmurd : de cancres aux félicitations du conseil ©Radio France

Rae Sremmurd : passés de cancres à premiers de la classe

Et si les nouvelles têtes du rap américain était les élèves d'une école ? Que seraient leurs résultats dans leurs différentes matières ? Que dirait leur conseil de classe sur leurs performances ? Voici le bulletin de notes de Rae Sremmurd.

Fiche d'identité

Pseudos  : Slim Jxmmy et Swae Lee

Vrais noms  : Aaquil Iben Shamon Brown et Khalif Malik Ibn Shaman Brown

Âge  : 26 et 22 ans

Adresse  : Tupelo, Mississippi 

Affiliation  : Mike Wille Made It

Label : EarDrummers, Interscope

Signes distinctifs : leurs airs d'adolescents turbulents malgré leur vingtaine d'années

Présentation générale

Vous voyez ces élèves qui font les pitres en classe, toujours le mot pour amuser leurs camarades, mais qui réussissent systématiquement leurs examens ? Slim Jxmmy et Swae Lee rentrent dans cette catégorie. Ceux qui se font appeler Rae Sremmurd donnent l'impression de buller pendant les cours, de frimer dans les couloirs, mais leur bulletin scolaire reste jusqu'à présent exemplaire. Tout comme leur carnet de correspondance. Pourtant, il leur a fallu un certain temps pour valider leur inscription dans l'école. Avant de s'appeler Swae Lee et Slxm Jimmy, ils commencé en tant que CaliBoy / Weirdo et Kid Krunk / Kid the Great dans un trio appelé Dem Outta St8 Boyz, et ont jonglé entre les cours et des petits boulots pour vivoter. Leur oral dans l'émission 106 & Parks sur BET leur a permis de faire leurs premières gammes. Mais ils ont fait leur véritable rentrée grâce au patronage d'un des professeurs les plus talentueux et en vue ces dernières années : Mike Will Made It, dernier super-producteur du rap US. Depuis qu'il leur a donné le nom de son label mis à l'envers, Slim Jxmmy et Swae Lee n'ont cessé de progresser tout en livrant des devoirs et oraux remarquables : Sremmlife en 2015, Sremmlife 2 en 2016, et pour leur examen de fin d'études, un triple album, décliné en deux devoirs individuels et un collectif. Thèse, antithèse, synthèse : le sens de la dissertation en trois parties.

Géographie

13/20

Malgré leur provenance du Mississippi, les frères Brown n'évoquent presque jamais leur bled d'origine dans leur chanson, probablement du fait qu'ils ont beaucoup changé de code postal dans leur enfance, suivant leur mère, militaire, de la Californie au Maryland en passant par le Texas. Ils sont en revanche des purs produits du rap sudiste du milieu des années 2000, élevés au crunk et à la snap d'Atlanta. Du swag rap  passé par l'insolence écervelée du monde du skate. Des produits hors-sol, comme l'herbe qu'ils consomment, mais pas tout à fait sans racines, donc.

Expression écrite

12/20

Les Rae Sremmurd développent sensiblement les mêmes thématiques dans leurs différents exposés : un mode de vie dissolu, quelque part entre des sièges de voiture de sport, un strip club et des chambres d'hôtels luxueux, aveuglés par le métal qu'ils portent autour du coup et groggy par la drogue qu'ils consomment. Les deux frères flambent constamment, invoquant aussi bien leur langue maternelle que des mots espagnols et même français («beaucoup bitches in the lobby » , clament-ils dans Start a Party ). Ils racontent aussi leur conflit continu entre leurs relations sentimentales et leur obsession pécuniaire. Quand une ex de Swae Lee l'interrompt en plein comptage de billets et l'oblige à recommencer (My X ), Slim Jxmmy, lui, a l'impression d'avoir une sangsue dans la poche quand il trouve sa liasse de billets trop menue (By Chance ). Dans leurs textes, les femmes sont des « Mona Lisa avec une Visa » , qui n'ont d'autres choix que de suivre le rythme effréné des deux frangins (Take It or Leave It ), au risque qu'ils les laissent sur le bord de la route sans regarder dans le rétro : My X , This Could Be Us  ou Now That I Know  sont peuplés de filles les rappelant, et auxquelles ils restent insensibles. Swae Lee montre cela dit quelques inflexions romantiques sur son exercice solo Swaecation , jamais à l'abris d'une flèche perdue de Cupidon. Slim, lui, sait aussi prendre le temps d'apprécier la route parcourue depuis les années de galère à Tupelo, dans des titres comme Came a Long Way  ou Keep God First .

Expression orale

17/20

Ils ont fait des leurs voix juvéniles une véritable signature. Au point qu'une oreille distraite pourrait avoir parfois du mal à les distinguer dans leur couplet rappé. Mais le ton cristallin de Swae Lee et le côté plus rugueux de son aîné permettent une réelle dynamique vocale au sein de Rae Sremmurd. Dans leur premier album, les flows énergiques étaient complétés par des chants presque rock sur Lit Like Bic  et Come Get Her . Leurs montées régulières dans les aiguës surlignent parfaitement leurs moments de sauvagerie, comme dans Start a Party . Si Swae Lee jouent d'avantage au crooner sur Swaecation  et certains refrains de Sr3mm, ses moments rappés montrent un rappeur en phase avec son époque, notamment sur 42, où il égalise sans problème certaines nouvelles têtes du «soundcloud rap » . Quand à Jxmmy, il est sans doute le plus technique des deux, entre pure démonstration de force sur Brxnks Truck  et syllabes trainantes sur Players Club .

Musique

18/20

Comment ne pas réussir à cartonner ses examens en musique avec un mentor comme Mike Will ? Avec le boss de EarDrummers, Swae Lee et Slim Jxmmy ont trouvé un ton, une identité musicale, et l'ont fait évolué à mesure de leurs exposés. Sremmlife  reprenait l'héritage d'un bubblegum rap à la Soulja Boy, infusé des dernières tendances trap et drill (ou retrouvait aussi Young Chop et Sonny Digital), et en y accolant par moment une esthétique pop-rock sur certains refrains chantés. Les synthés y étaient colorés, joyeux, rebondis, les chants enjoués (Safe Sex Paychecks ) ou en plein montée d'adrénaline (Lit Like Bic ). Pour Sremmlife 2 , les deux frérots et l'équipe EarDrummerz ont pris un virage plus psychédélique, avec des mélodies volontairement déformées, comme si elles passaient dans un portail inter-dimensionnel (Over Here , Start a Party ). Des titres comme Look Alive , Swang  et évidemment Black Beatles  ont, eux, emmené Swae et Jxmmy vers des univers presque spatiaux. Deux tendances qu'on retrouve sur leur troisième exercice en duo, Sr3mm , mais aussi sur la partie solo de Slim Jxmmy, où les sonorités sont plus dépouillées, moins grandiloquentes. Swae Lee, de son côté, joue d'avantage son côté crooner sur des productions sirupeuses, volontairement moins radicales que sur les partitions fraternelles. Chacun affirme ainsi sa personnalité sans trahir le son qui a fait leur réputation.

Chimie

11/20

Il y a trois substances fréquemment cités par Swae et Jxmmy : la beuh, le lean, et l'alcool. C'est d'ailleurs cette dernière qui est la plus déclinée dans leurs textes : cognac, vodka, rhum, champagne... les spiritueux coulent à flot. Mais au-delà de leur utilisation contextuelle, ces substances ne sont pas source de créativité chez Rae Sremmurd.

Stylisme

13/20

Balmain, Margiella, Fendi, Dolce & Gabana, Gucci, Louis Vuitton, Chanel (dont le nom est repris pour l'un des titres de Jxmtro )... Les deux frères citent régulièrement des marques de luxe, autant qu'ils en portent. Ca colle clairement à leur univers musical basée sur la flambe continue. Par contre, difficile de discerner un élément qui les distingue des autres rappeurs de leur génération aussi portés sur la mode qu'eux.

Arts plastiques

17/20

Pour accompagner sa musique festive, le duo de Rae Sremmurd a tout donné pour des clips souvent hédonistes et divertissants. Shake It Fast , Swang ,Throw Sum Mo , Start a Party , Set The Roof  : autant de fêtes où la démesure côtoie l'absurde. Dans Come Get Me , ils retournent un club country et son public de cowboys. Over Here  est un trip dans les décors 2D et 8 bit de jeux vidéo vintage. Un délire geek qu'on retrouve aussi dans No Flex , et l'idée d'une technologie bloquant les personnes indésirables comme un bouclier anti-spam. Pour les clips de Sr3mm , l'univers souvent nocturne du duo devient un prétexte à des esthétiques tirant presque vers le fantastique, entre les défis de gravité de Perplexing Pegasus  et l'épouvante de CLOSE .

Comportement

18/20

Swae Lee et Slim Jxmmy ont évidemment l'air de deux cancres prêts à faire n'importe quelle bêtise leur passant par la tête. Pourtant, leur comportement est jusqu'ici exemplaire. D'ailleurs, la seule embrouille qu'ils ont eu n'est même pas de leur fait, mais de celui d'Ebro, animateur de la matinale de la radio Hot 97. En décembre 2015, Ebro avait critiqué le magazine Complex pour la 3e position accordée à Sremmlife dans le classement des meilleurs albums de l'année, accusant les deux rappeurs de ne pas écrire leurs textes. L'été suivant, le groupe, invité dans l'émission, s'est défendu de ses accusations avec le sourire, mais non sans sérieux, en disant tout l'agacement que provoquait chez eux et leur entourage Ebro. Deux albums à grand succès plus tard, personne ne leur a cherché des poux.

Algèbre

19/20

Depuis que Mike Will est leur tuteur dans leurs cours du soir en maths, les deux frères Brown cartonnent. Il suffit de voir les résultats commerciaux de leurs deux premiers exposés : Sremmlife  et Sremmlife 2  se sont également écoulés à plus d'un million d'exemplaires, décrochant des disques de platine. Des parcours similaires pour leurs devoirs : cinq singles de platine (Look Alive, Come get her, This Could Be Us, Throw Sum Mo, No Flex Zone ), deux triple platine (Swang, No Type ), et un quadruple platine pour Black Beatles . C'est d'ailleurs grâce à ce single que la courbe des abonnements à leur compte officiel sur YouTube a clairement décollé : après sa mise en ligne en septembre 2016, ils sont passés d'une moyenne de 2 millions de consultations mensuelles à 6 millions, et ont gagné plusieurs centaines de milliers d'abonnés en quelques semaines. C'est pourtant No Type  qui reste leur vidéo la plus consultée, avec plus de 670 millions de vues.

Avis du conseil de classe

Certains élèves pensent que les deux frères Sremmurd n'auraient pu rester que des élèves lambda au sein de l'établissement sans le tutorat du professeur Mike Will. Mais si l'on s'en tient uniquement à leurs résultats, difficile de ne pas faire preuve de louanges à leur égard. A la fois épicuriens mais travailleurs, Slim Jxmmy et Swae Lee ont suffisamment progressé pour pouvoir chacun valider leur diplôme de fin d'études avec brio, avec Slxmtro et Swaecation, sans renier l'importance de leur complémentarité. Félicitations du conseil.

Crédit photo : Chris Polk / Getty

+ de Rae Sremmurd sur Mouv'