MENU
Accueil
Quand les rappeuses se lâchent...
Écouter le direct
Quand les rappeuses se lâchent...
Quand les rappeuses se lâchent... ©Radio France

Quand les rappeuses se lâchent...

...Elles n'ont rien à envier à leurs homologues masculins, à aucun niveau. Et particulièrement quand ça parle de cul. La journée internationale du droit des femmes version rap, c'est possible.

Au cas où cela vous aurait échappé, nous sommes le 8 mars 2018, etle 8 mars, c'est la journée internationale du droit des femmes , ce qui veut dire que contrairement aux 364 autres jours de l'année, un nombre incalculable de gens, de médias et de grandes marques vont faire semblant de se préoccuper de leurs problèmes un minimum.

Plutôt qu'un énième article sur les rappeuses du moment, celles qui montent et celles qui ont laissé des classiques, nous allons nous pencher sur ce qui établit vraiment un trait d'égalité entre rappeurs et rappeuses : les rimes hardcores . Parce que malgré tout l'amour que l'on porte à Chilla et son combat (encore plus depuis qu'elle a dit qu'elle se verrait bien faire un feat avecAlkpote, Orelsan et Damso , faites que ça arrive bon diou), c'est quand même moins marrant que compiler des phrases joyeusement dégueulasses de rappeuses américaines. Certes on aurait pu inclure quelques françaises mais comme Shay l'avait dit en interview "les rappeuses US hésitent pas à parler de leur chatte et tout et je suis pas vraiment sûre de pouvoir faire ça ". Ici nous irons donc directement à la source, pour le meilleur et pour le pire.

nigga, where ya blunt? I can make this pussy smoke [...] I can spin around and keep the dick still inside

Trina - Look Back At Me

Trina démarre tranquillement dans ce morceau en rappelant la taille de ses fesses ; rappelons pour les plus jeunes que c’était avant que Nicki Minaj débarque et bouleverse la donne à ce niveau. Cependant Trina a d’autres as dans sa manche (ou dans d’autres endroits enchanteurs) : elle se vante de pouvoir faire un tour complet tout en gardant le pénis de son partenaire en elle, et n’oublions le passage où, en plein egotrip sexy, elle demande un blunt, pas pour sa bouche, mais pour son vagin qui fume. Une femme d’exception.

you got stomped out maybe next time you won't open ya got damn mouth, with a timberland logo branded in ya forehead, glass stickin out the side and the color is red.

Miss Behavin  - Bottle Action

Arrangeante, diplomate, Miss B. a pris un morceau entier pour expliquer que lorsqu’elle est en club, ou n’importe où ailleurs, il ne faut pas la faire chier. Sinon, contrairement aux autres filles, elles ne criera pas, elle ne se disputera pas. Par contre elle éclatera amicalement une bouteille sur la tête de son interlocutrice avant de la piétiner, lui laissant donc un joli souvenir avec le logo de ses chaussures Timberland sur le front. C’est gentil de prévenir.

I’ll run up on a brother, what's your age, what's your name? Do you drive? What suit do you wear? Where’d you stay? Do you stay with your mother, have you got your own place? What car do you drive? Do you smoke, do you rave? [...] come fuck with your girl, I'm the best, what you saying, what size is ya feet? Is it just a myth? Let me judge, let me see !

Shystie - Control It

Là Shystie se lance dans une inversion totale et assumée des codes de drague macho puisque c’est elle qui croise un type dans la rue, le suit, le harcèle de questions, d’abord anodines (sur ses vêtements, sa voiture, son logement, etc) puis plus spécifiques, en s’intéressant à la taille des pieds du monsieur, qui comme chacun sait, renvoie à la taille de son sexe, qu’elle demande évidemment à voir tout de suite après. Comme quoi le harcèlement de rue version féminine, ça existe, et ça c’est beau.

Now you walking around all fucking day but no one wants to tell you your ass is red, you leaking bitch ! Fuck out my face, and do it fast before I shove my foot in your ass [] Go change your Cotex ! Go change your Cotex ! Go change your Cotex !

B.W.P.  - Cotex

Cotex est une marque de tampons, mais le thème principal n’est pas seulement les menstruations, plutôt les difficultés qui en résultent. Les deux rappeuses de Bytches With Problems décrivent ironiquement la patronne méprisante et insupportable d’une boîte, qui bosse pendant la pire période du mois mais qui n’a même pas pris la peine de venir équipée et qui en fout partout.

Kim got your dick hard, startin' fights in the yard, hotter than a Pop Tart fresh out of the toaster : niggas do anything for a Lil' Kim poster

Lil Kim  - How Many Licks

La légendaire Lil Kim a lâché en son temps un nombre incalculable de rimes salaces, mais histoire de varier les plaisirs, sur How many licks, où elle énumère ses conquêtes et autres prétendants accros à ses parties intimes, elle évoque un dégât collatéral dont on ne parle pas assez : les bastons de taulards qui veulent se masturber sur ses posters. Lil Kim, une rappeuse consciente.

Swing that dick in my direction, I'll be out of control, let's take it to perfection, just you and me, let's see if you can bring, bring, bring the nasty out of me, now sock it !

Missy Elliott  Sock it 2 me

Ce gros classique de Missy n'est pas son plus coquinou (elle a quand même fait le fameux One Minute Man par la suite) mais dès le départ elle annonce la couleur : en dépit du clip orienté science-fiction futuriste, Missy est là pour une chose et une seule : perdre toutes ses inhibitions en compagnie d'un homme à la hauteur de ses espérances, surtout au niveau du bas-ventre, et pour ceux qui auraient des petits doutes "sock it" est une expression qui veut évidemment dire "montre-moi" ou "donne-la moi" ou "baise-moi" pour les moins imaginatifs d'entre nous.

First I ride it, then gently work it, since it's all up in his face I'll let him slurp it [...] I'm the one you wanna see where the sun don't shine : deep, dark, take a lick real thickly cuz I'm gettin tired and if you slow I garauntee you won't get hired

H.W.A  - Eat This

Le groupe mythique Hoes With Attitude  livre ici son classique au titre évocateur. Ici, les donzelles ne laissent pas spécialement le choix à leurs partenaires qui sont donc sommés de « manger ça » à un moment ou à un autre. On note que cela ne concerne pas uniquement le devant mais aussi le derrière, « là où le soleil ne brille pas », et attention à maintenir une cadence de coups de langue élevée sinon les intéressées congédieront le candidat sans autre forme de procès.

Look like you tired, I suggest you pop a pill or two pill or two, you gotta keep up, when I make this thing do what it do, you think you want it but you don't really want none. I ain't come to play, I came to get this job done

Lady - Yankin 

Lady sait ce qu’elle veut, et si par malheur elle tombe sur un homme qui a les yeux plus gros que la queue, elle lui fait vite comprendre que ça ne va pas se passer comme ça. Malgré tout on la sent encourageante puisqu’elle propose directement au concerné de prendre « un cachet ou deux » histoire de se booster un peu. Et si ça ne marche toujours pas, next, elle n’a pas non plus toute la journée.

Yeah, I’m a hoe. But not your average hoe [...] because one just ain't enough

Choice - One Just Ain’t Enough

Choice décrit plusieurs parties de jambes en l’air mémorables où il est clair qu’elle est insatiable, tout y passe (positions multiples, sodomie, cunnilingus, le tout pour une durée non conventionnelle, etc) et chaque couplet s’achève sur la phrase « parce qu’un seul ne suffit pas », ce qui explique qu’elle fasse fréquemment appel à du renfort tout au long du morceau. Il ne faut pas avoir honte d’être exigeante.

Then you roll your tongue, from the back up to the front, suck it all till i shake and cum nigga, make sure I keep bussin nuts nigga

KhiaMy Neck, My Back

On ne présente plus Khia et son tube de l’époque mais il est parfois bon de faire une piqûre de rappel. My Neck My Back est un hit où la rappeuse décrit des rapports sexuels de la manière la plus crue possible, avec un refrain où elle scande « lèche ma chatte et mon trou du cul » dans le plus grand des calmes. Comme on pouvait s’y attendre, elle rentre un peu plus dans les détails au détour d’un couplet, où l’homme peut écouter et surtout obéir attentivement à des instructions précises.

Love yourself, put no one above thee cause ain’t nobody gon’ fuck me like me, it’s on

Foxy Brown  - Big Bad Mamma 

Foxy aussi a eu des rimes coquines par containers entiers mais ici, c’est avant tout un double sens sur le mot « fuck » puisqu’elle s’en sert pour conclure une phrase qui exhorte son public à ne jamais placer quelqu’un d’autre, et particulièrement un homme, au-dessus de ses intérêts. Pourquoi ? Parce que « personne ne va me baiser comme moi je le fais ». Habile.

It be amazing how these bitches havin' babies by niggas, with no pot to piss in or no money to give her. What the fuck, why you hoes wanna live that way?

Gangsta Boo  - Where dem dollas at

Archétype du hustler au féminin, Gangsta Boo s’étonne avec consternation de voir d’autres femmes (plus précisément « d’autres salopes ») laisser des galériens leur faire des mômes alors qu’ils sont non seulement pauvres mais en plus incapables de se débrouiller : il faut se respecter dans la vie et quand votre homme n’a ni argent ni même un pot pour faire pipi, c’est un non négatif.

I met two niggas, said they wanna fuck, one ate my pussy, and the other lick my butt [] little do he know, what I'm all about, call up my girls, his face on the house

La Chat  - Slob on my cat 

La Chat, taulière du rap de Memphis, a fait un pendant féminin au classique Slob on my nob de son pote Juicy J qui expliquait à quel point la fellation était un hobby d’avenir. Ici la rappeuse est une petite farceuse puisqu’elle attire des mecs qui veulent baiser mais se contente d’utiliser leur langue pour des usages divers et variés, rien d’autres. Ah si : les meilleurs lécheurs ont l’honneur de recommencer avec l’intégralité des copines de La Chat. Parce que le hiphop c’est aussi le partage.

I’m nasty, baby what you thinkin ? AKA Titanic, so much wet’ll have yo ass sinking

Iggy Azalea  PU$$Y

Les rappeurs ont un passage obligé dans leurs egotrips : trouver une métaphore ou une comparaison plus ou moins subtile pour expliquer à leur public qu’ils ont une grosse bite. De la même façon, les rappeuses ont décliné à peu près tous les parallèles possibles et imaginables pour marteler que leur chatte est la plus mouillée de la planète. Iggy n’a pas démérité puisqu’elle se compare directement au Titanic et met en garde son interlocuteur qui risque donc de se noyer.

How ‘bout I cum all on your dick and then I lick it off ? I mean it's something so funny when it get soft, I like to play with it, squeeze it like a stress ball

Nicki Minaj  Freaky Gurl 

Tout le monde connaît la Nicki Minaj actuelle, superstar du rap qui flirte tranquillement avec la pop. En toute logique, elle a un peu calmé le jeu niveau lyrics, mais les connaisseurs savent que dans ses débuts, notamment lorsqu’elle traînait avec l’équipe de Gucci Mane, c’était une wannabe Lil Kim jusqu’au bout des lèvres et elle enchaînait les phrases plus trash les unes que les autres. Ici elle précise gentiment qu’après avoir joui sur le sexe de son partenaire, elle va tout prendre en bouche, avant de s’amuser avec, quand il est au repos, « comme quand on serre une boule anti-stress ». Ludique mais un peu dangereux pour le monsieur en question. Sacré Meek Mill.

You're packed and you're stacked 'specially in the back, brother, wanna thank your mother for a butt like that, thanks Mom !

Salt-N-Pepa  Shoop

Dès 1994, les rappeuses de Salt-N-Pepa n’hésitaient pas à aborder le thème du sexe sous toutes ses formes et ici on a la description d’une proie masculine que Salt trouve apparemment très à son goût puisqu’elle n’a d’yeux que pour ses fesses et voudrait « remercier sa mère » pour l’avoir fait naître avec un cul pareil. Délicate attention.

Bling Bling bitch, do my own thing bitch, fuck a wedding ring, that ding-a-ling was just a fling bitch.

Junglepussy - Bling Bling

Concrètement la rappeuse passe tout le morceau à exprimer son rejet en bloc du mariage voire des relations sur le long terme en général, et le refrain ci-dessus est particulièrement éloquent. Ok ce n’est pas particulièrement extrême comme paroles, mais notre artiste s’appelle Junglepussy, elle se devait d’être là.

With my little titties and my phat belly I could take your man if you finna let me, it's a guarantee that he won't forget me, my body little, my soul is heavy [] I'm a Calvin Klein model, come and get me

Princess Nokia - Tomboy

Princess Nokia joue sur les clichés puisque dans cette chanson elle rappelle son côté androgyne, d’où le titre. Mais attention, comme le montre ce passage, ce n’est absolument pas un frein pour elle niveau séduction puisque comme toutes les autres rappeuses de la liste, elle peut séduire ton petit copain comme bon lui semble, même avec ses « petits seins » et son « gros ventre ». Certains pourraient se dire que niveau egotrip c’est un peu bizarre de se prendre ensuite pour « un mannequin Calvin Klein » seulement voilà : Princess Nokia a vraiment été modèle pour cette marque. Et toc.

Ride the dick like a BMX, no nigga wanna be my ex, [] I get up set off, I turn Offset on, I told him the other day : man, we should sell that porn !

Cardi B  - Motorsport

Cardi B, en couple avec Offset, s’est bien éclatée sur ce couplet en expliquant d’abord qu’elle « monte sur sa bite comme sur un BMX » (pour les non-amateurs c’est un vélo qui permet de faire des figures assez acrobatiques, ça laisse rêveur), qu’elle est tellement douée que personne ne veut être son ex dans la mesure où ça veut dire que le zizi-panpan s’arrête et en bonne entrepreneuse, suggère à son chéri de vendre leur porno, ce qui suggère qu’en plus de tout le reste, ils se filment. Une femme forte pour un couple moderne s’il en est.

I'm a Mohammed Ali to pussy, call me cookie monster how I eat them cookies, them other niggas rookies, I'm a pro with it, you gotta have your tongue and your nose in it, I love to eat it while it's leaking, shit, I could eat your pussy whole weekend

Young M.A  Wet wet 

Young M.A a toujours assumé son homosexualité et comme le veut la glorieuse tradition elle a fait un morceau tout entier consacré à ses prouesses incroyables au lit. Se surnommant « le Mohammed Ali de la chatte », elle précise même qu’elle aime « lécher quand ça coule », qu’elle pourrait faire ça tout le weekend, qu’elle n’a aucune concurrence à ce niveau, qu’elle détourne des filles même si elles sont en couple, bref M.A est un rappeur tout ce qu’il y a de plus classique.

crédit photo : Zine.philaprint.com