MENU
Accueil
Les feats les plus étonnants du rap américain
Écouter le direct
Les feats les plus étonnants du rap américain
Les feats les plus étonnants du rap américain ©Radio France

Les feats les plus étonnants du rap américain

Outre-atlantique, c’est bien connu, les artistes sont moins complexés qu’ailleurs, ce qui nous offre parfois des collaborations qui peuvent sembler carrément absurdes mais qui ont bel et bien existé.

Le côté apparenté à la pop qu’a acquis le rap US a plusieurs conséquences, dont une non négligeable : cela permet des featurings où le mélange des genres même le plus improbable n’est pas un problème. Sans parler des artistes qui ont simplement besoin d’argent et qui sont logiquement moins regardants sur leurs invités. Certains ont marqué dès leur sortie, d’autres sont passés inaperçus, d’autres encore n’ont choqué personne mais paraissent très bizarres avec le recul… Petit florilège non exhaustif.

Bones Thugs N Harmony et Phil Collins

B-real (Cypress Hill) et Larusso

Les Jonas Brothers et Common

Kelly Rowland et Stomy Bugsy

Nelly et Tim McGraw

Coolio, récidiviste

Là on est sur un sérieux client. La véritable carrière de Coolio n’a jamais vraiment dépassé la fin des années 90 où il a explosé avec son fameux single Gangsta’s Paradise  sur la B.O du film Esprits Rebelles . Et malheureusement pour lui le rappeur n’a plus jamais atteint ce succès par la suite, ce qui l’a conduit à une sorte de sous-carrière dans le cinéma, enchaînant seconds rôles, cameos et autres participations dans des direct-dvd assez calamiteux. Mais ce n’est pas tout puisque cette perte de vitesse l’a aussi emmené sur le terrain miné des featurings internationaux, comme cette collaboration improbable avec… Ophélie Winter. Qui rappe, ou en tout cas qui essaie.

Juicy J et Katy Perry

Weezer et Lil Wayne

Snoop et Psy

LL Cool J et Brad Paisley

crédit photo : capture d'écran youtube