MENU
Accueil
Écouter le direct
La fiche de perf' de Pusha T
La fiche de perf' de Pusha T ©Radio France

La fiche de perf' de Pusha T

Mouv' vous propose désormais de passer au crible les performances d'un artiste qui a marqué le rap. Après Nicki Minaj, on évalue la carrière de Pusha T.

Nom :  Terrence LeVarr ThorntonPseudo :  Pusha TÂge :  40 ansVilles d'origine : Bronx, New York, puis Virginia Beach, VirginieNombre d'albums :  2 (plus 1 EP)Titres :  AucunRécompenses :  AucuneEquipes : GOOD Music, Def Jam, UniversalCoéquipiers :  Clipse, Re-Up GangRecord :  Aucun

Ecriture : 95%

Dans un sport collectif de champ, type foot ou rugby, Pusha pourrait être un latéral ou un ailier, à l'image de son frère Malice (devenu depuis No Malice) avec qui il composait le duo Clipse. Le jeu de Pusha brille par son habileté le long des lignes blanches. Des limites dessinées par des résidus de cocaïne ou de bicarbonate de soude, évidemment. On parle d'un rappeur qui, dans sa première grande action de jeu remarquée, Grindin' , a posé les choses clairement : « From ghetto to ghetto, to backyard to yard, I sell it whipped un-whipped, it’s soft or hard » , évoquant son passé de vendeur de cocaïne et de crack. Un « crack game »  qui lui a permis de passer des « mélanges dans des Pyrex à des fourrures Cavalli »  (« Pyrex stirs turned into Cavalli furs » ). Depuis son passage en solo, Pusha a gardé cette grandeur de baron de la drogue en y ajoutant un ton presque seigneurial, royal, appuyant son personnage de « King Push » . Déjà dans So Appalled  de Kanye West, avec une métaphore ludique, il s'auto-couronnait : « CNN said I'd be dead by twenty-one, blackjack, I just pulled an ace, as you looking at the king in his face » . Une posture qui a pris une plus grande envergure avec King Push – Darkest Before Dawn: The Prelude . « I drop every blue moon to separate myself from you kings of the YouTube » , trace-t-il dans le sable dans Untouchable , avant de se comparer dans Crutches, Crosses, Caskets  à un dieu malfaisant de l'antiquité (« My skin is triple black, I’m the omen, you can’t kill a God like the Romans » ).

Flow : 90%

Un rappeur ayant relevé avec brio le défi de Pharrell Williams de rapper sur le beat de Grindin '  mérite des éloges. Mener ses rimes sur cette rythmique cabossée revient à faire des dribbles de basket avec un ballon de rugby. Nul besoin pour Pusha d'en faire des tonnes et de multiplier les placements de jambe : héritier de Biggie, Raekwon ou Nas, il aime le placement juste, chirurgical, la frappe appuyée pour que la rime tombe toujours là où il veut. Même lorsque le beat ralentit, le forçant à adapter son rythme, comme sur Mercy  ou Move That Dope , il semble d'avantage marcher vite que courir. On parle de toute façon d'un artiste qui considère son débit comme un don divin dans New God Flow , et inspiré des meilleurs prêcheurs, comme Witchdoctor, membre influent de la Dungeon Family, sur Pain .

Voix : 70%

Nasale, avec la même fougue juvénile gardée depuis ses jeunes années, la voix de Pusha T est reconnaissable dès ses « yugh! » prononcés en ouverture de ses couplets. Plutôt détendue et nonchalante à l'époque de Clipse, Pusha a développé dans sa voix un aspect plus autoritaire et nerveux, avec par moment des râles appuyés, comme des froncements de sourcils ou des regards noirs instantanés. Ce qui ne l'empêche pas d'user de son grain vocal de manière plus douce, comme dans Let Me Love You , où son interprétation mélodieuse rappelle les grandes années de Ma$e.

Choix des prods : 80%

Inutile de revenir sur la qualité des productions des albums de Clipse. Les actions de jeu y étaient assurées par un autre duo, celui des Neptunes, entre le foisonnement de Lord Willin , la froideur de Hell Hath No Fury , et la brillance de Til The Casket Drops . Les aventures en solo pour Pusha sont musicalement plus nuancées. Il lui a fallu trouver l'esthétique juste et adaptée à son personnage de parrain repenti mais dangereux comme l'eau qui dort. Sur Fear of God II , les quelques inspiration trap (Amen , signé Shawty Redd) et mélodies conquérantes (Changing of the Guards ) sont réussies, mais Pusha n'y semblent pas toujours dans son élément. Les productions moins démonstratives, tout en énergie contenue, prête à exploser, sied plus à Pusha, comme celles des Neptunes, toujours présents (Trouble On My Mind , Raid ), ou l'ardente composition de Hit-Boy pour le prêche de My God . C'est sur My Name Is My Name  et Darkest Before Dawn  qu'il a trouvé la meilleure formule, avec des instrumentaux sans attache esthétique avec un sous genre particulier. On pense par moment au rap new-yorkais de la fin des années 90, avec les boucles envoutantes et les beats compressés de Don Cannon, Swizz Beatz, Nottz, Q-Tip, d'un Timbaland méconnaissable (Untouchable ) ou les membres des Hitmen de Diddy (Sean C & LV, Nashiem Myrick). Les compositions de Kanye West, baroques sur My Name Is My Name  (Pain , King Push , Who I Am ), tout en finesse sur Darkest Before Dawn  (M.P.A. ) renvoient d'avantage à l'esprit du label GOOD Music, adapté à la subtilité de Pusha.

Feats : 70%

Rappeur respecté, au jeu indéniablement solide et influent, Pusha a été régulièrement appelé en soutient pour quelques phases de jeu collectives. Sur les quelques 150 feats dénombrés, c'est surtout une apparition avec son frère qui lui a permis d'avoir une action acclamée par le public : Like I Love You , sur lequel ils ont été invités par Justin Timberlake. En loup solitaire, il a posé quelques couplets remarquables aux côtés de Jadakiss (Lose Your Life ), Future (Move That Dope ), et surtout son coéquipier et capitaine Kanye West, avec New God Flow , Runaway  et Mercy . Ces deux derniers titres lui ont permis d'obtenir des 12e et 13e place dans les classements américains. Ironiquement, pour un rappeur de sa réputation et des collaborations de haute voltige, il n'a ainsi jamais eu une collaboration dans le top 10.

Embrouilles : 50%

Peu de réelles embrouilles sur le terrain ou de trash-talk en zone mixte à noter du côté de Pusha. Juste quelques prises de position qui ont été remarquées, car elles s'adressaient à des personnalités craintes et respectées du milieu : Birdman, Lil Wayne et Drake. En 2006, dans Mr. Me Too , Pusha T critiquait, sans les nommer, certains rappeurs de faire les clowns dans leur prétention à avoir vendu des grandes quantités de drogues (« The streets was yours, you're dunce cappin' and kazooin', I was just assumin' you'd keep the coke movin', but I got one question, fuck y'all been doin'? » ). La même année, sur le remix de Chevy Ridin' High  de Dre, Pusha tançait T.I. et Lil Wayne dans le même vers, en déclarant : « If he claims king and he claims best, then I guess you can call me God » . Quelques années plus tard, en 2012, Pusha a laissé peu de doutes planner sur ses griefs envers la famille YMCMB. D'abord en s'attaquant à Drake sur Exodus 23:1  en rappant « you signed to one nigga that signed to another nigga, that's signed to three niggas, now that's bad luck » . Quelques mois plus tard, sur New God Flow , Pusha a enfoncé le clou, en lançant « claim they five stars but sell you dreams » , référence au surnom de Birdman « 5 Star Stunna »  et au titre de Drake Dreams Money Can Buy . Enfin, avec son couplet sur Mad Fo , Push a définitivement signé un acte de guerre envers Lil Wayne : « Niggas sayin' you was better when the drugs was in your system, now your crack swag gone ever since you came from prison » . En terme de tacle appuyé à la limite du licite, on peut difficilement faire plus remarquable.

Leadership : 15%

À l'époque de Clipse, Pusha et son frère ont donné du temps de jeu à deux autres confrère de Virginie, Ab-Liva et Sandman, avec qui ils ont formé le Re-Up Gang. Deux rappeurs issus du même centre de formation, celui des corners où l'on vend les cailloux de crack et des planques où on les cuisine. Deux artistes qui n'ont jamais vraiment décollé malgré cette exposition offerte par le duo fraternel. Depuis la fin de Clipse et sa signature sur le GOOD Music en 2010, Pusha T a été un lieutenant fidèle du général West, gravissant les échelons pour devenir le président du label en 2015. Le bilan depuis sa prise de fonction est plutôt mitigé, donnant l'impression d'un poste de capitaine fantomatique. Il a signé des talents prometteurs (Valee, 070 Shake) mais aussi médiocres (Desiigner), et a perdu des artistes majeurs, comme John Legend et Mr. Hudson. Et les bons succès commerciaux de Big Sean pour ses albums I Decided.  et Double or Nothing  ne sont pas à mettre à son crédit.

Probabilité de poursuite de carrière : 90%

Pusha T est un joueur discret. Peu de présence en ligne, peu de prises de parole dans les médias en dehors de ses sorties sur le terrain. Si entre 2011 et 2015 il a maintenu une attention constante sur ses temps de jeu, de Fear of God  à King Push – Darkest Before Dawn: The Prelude , le match suivant, King Push , se fait attendre depuis 2015. La sortie de l'excellent titre « Drug Dealers Anonymous » avec Jay-Z, suivi de Circles, avec Ty Dolla $ign et Desiigner, et H.G.T.V. , datent de 2016. Mais, dans ses récentes envolées verbales, Kanye West a annoncé la sortie du troisième album de Pusha T pour le 25 mai prochain, sans aucune confirmation de l'intéressé. Un album qui permettrait de savoir si Pusha T va rester un roi sans couronne ou non.

► Score général : 70/100

Crédit photo : Kris Connor / Getty Images

+ de Fiche de Perf sur Mouv'