MENU
Accueil
La fiche de perf' de Missy Elliott
Écouter le direct
La fiche de perf de Missy Elliott
La fiche de perf de Missy Elliott ©Radio France

La fiche de perf' de Missy Elliott

Mouv' vous propose désormais de passer au crible les performances d'un artiste qui a marqué le rap. Après Busta Rhymes, on évalue la carrière de l'influente Missy Elliott.

Nom :  Melissa Arnette Elliott

Pseudo :  Missy « Misdemeanor » Elliott

Âge :  46 ans

Ville d'origine :  Portsmouth (Virginie)

Nombre d'albums :  6

Titres :  1 double disque de platine, 4 disques de platine, 1 disque d'or

Récompenses :  6 Grammy Awards, 2 American Music Awards, 7 BET Awards, 21 Soul Train Awards, 19 MOBO Awards (Royaume-Uni)

Equipes :  The Gold Mind, Atlantic (actuelle), Elektra

Coéquipiers :  Timbaland, Tweet, Sista, Swing Mob

Ecriture : 75%

Rappeuse piquante et rayonnante, Missy Elliott  a brillé dans trois domaines : les egotrips malicieux, les insinuations sexuelles plus ou moins explicites, et les chansons d'amour (et de ruptures) passionnelles . Côté egotrip, c'est moins sa plume que son assurance qui lui a permis de briller, sur des morceaux comme The Rain (Supa Dupa Fly) , She's a Bitch , et surtout Get Ur Freak On  (on en parle un peu plus loin). Côté plaisir charnel, Missy a été à bonne école au sein du Swing Mob, centre de formation de DeVante Swing, compositeur des champions de r'n'b ardent Jodeci. Elle a ainsi su combiner la séduction agressive à un romantisme délicat. Hot Boyz  et Dog In Heat  étaient, par exemple, des séances de flirt frontal et sans détour, droit au but. La force de Missy a souvent été d'inverser le rapport de force : dans Scream a.k.a. Itchin' , elle fait hurler de plaisir son partenaire au point de le faire « chanter très haut comme un soprano » . Mais Missy a aussi écrit avec talent des chansons sur les relations amoureuses, en trouvant toujours des angles originaux. You Don't Know  met en scène un dialogue entre une cocue et sa concurrente, incarnée par Lil Mo. All n My Grill  raconte une dispute où se mêle sentiments et matérialisme. Take Away , avec Ginuwine, est une déclaration d'amour inconditionnelle. Sans être l'une des auteures de chansons les plus remarquables de son temps, la facilité de Missy d'écrire des textes immédiatement accessibles en ont fait une artiste incontournable.

Flow : 75%

Missy Elliott n'est pas une virtuose ou une véritable acrobate en termes de diction et de débit. Sur ses premiers albums, ses placements sont corrects, sans être renversants. C'est à partir de Miss E... So Addictive  qu'elle montre l'étendue de ses capacités , entre le rap en double temps de Lick Shots  ou son toasting façon DJ jamaïcain sur Watcha Gonna Do . Il y a surtout sa performance sur Get Ur Freak On  : sa façon de rapper sur les éléments mélodiques de l'instru, et non sur le rythme totalement déstructuré de Timbaland , montre un vrai sens du flow, et une audace dont peu de rappeurs de son époque auraient pu faire preuve. C'est aussi une rappeuse qui a su jouer avec les onomatopées , insérer des bruits bizarres (comme le barrissement d'éléphant pour éviter de prononcer le mot « dick » dans Work It ), et user de nombreux ad-libs, assurés par son amie et choriste Tweet ou ses propres cris bestiaux, sur Lick Shots  ou Scream a.k.a. Itchin' . A partir de Under Construction  et son esthétique rétro, à la recherche des racines old school du rap, elle va épurer son interprétation, en jouant beaucoup plus sur le rythme de ses textes, style qu'on retrouvera sur l'album suivant This Is Not a Test! , et notamment le single rebondissant Pass That Dutch .

Voix : 85%

Capable de passer d'un rap gonflé d'assurance à un chant vulnérable , Missy possède un outil redoutable : sa voix, basse, suave, avec des intonations de lascar  de Virginie, mais profondément féminine. Sur son premier album, Supa Dupa Fly , Missy y a ajouté parfois un côté nasal pour souligner sa personnalité taquine, « misdemeanor »  (« écart de conduite », en français), qu'on a retrouvé plus tard aussi sur Gossip Folks  et ses histoires de potins. Elle a cependant peu à peu laissé tomber cet effet, pour assumer pleinement la profondeur de sa voix. Si sur Get Ur Freak On  elle marquait son autorité d'un ton semi-crié, des titres comme Work It  ou I'm Really Hot  ont montré une plus grande assurance dans la puissance naturelle de sa voix.

Feats : 90%

En plus de vingt de carrière d'interprète, Missy a participé à plus de 250 morceaux , du featuring officiel à des couplets sur des remixes. Statistique intéressante : c'est souvent avec des coéquipières féminines que Missy Elliott a réussi commercialement ses meilleurs collaborations . De Trippin  du groupe Total en 1997 à Let It Go  de Keyshia Cole en 2007, en passant par 1,2 Step  de Ciara,, Oops (Oh My)  de Tweet, Not Tonight (Remix)  de Lil Kim, Make It Hot  de Nicole : autant de passes décisives de Missy pour des dunks entrés dans le top 10 du Billboard  américain. Et c'est sans compter ses talents de compositrice et d'auteure - elle a écrit pour Jodeci, Ginuwine, Aaliyah, Whitney Houston, Mary J. Blige, et même Fifth Harmony – faisant d'elle une véritable joueuse collective.

Choix des prods : 95%

Le son Missy Elliott est inséparable de celui de son ami et producteur de longue date, Timbaland. Elle le disait elle-même dans Funky Fresh Dressed : « Moi sans Timbaland, c'est comme des Jamaïcains sans curry » . Les deux ont largement participé à redonner du sang neuf au rap et r'n'b, de la fin des années 90 au début des années 2000. Si Timbaland a produit pour les plus grands de la musique américaine, de Jay-Z à Madonna en passant par Aaliyah et Justin Timberlake, leur travail commun avec Missy Elliott sur ses albums solo sont essentiels, et ont été de véritables laboratoires pour Timbo. Funk minimaliste et syncopé sur Supa Dupa Fly , orchestrations symphoniques et instrus en deux temps sur Da Real World , influences polyethniques et soul aquatique sur Miss E... So Addictive , reprise moderne du rap old school dans Under Construction , rythmiques dépouillées sur This Is Not A Test! ... Chaque album possède une teinte, une griffe, marqué autant par le style de Timbaland que la personnalité de Missy Elliott.  Du fait d'une présence réduite à deux titres de Timbaland, le dernier album en date de Missy, The Cookbook , est d'ailleurs son plus impersonnel, malgré la présence d'autres pointures (The Neptunes, Bangladesh, Rich Harrison, Craig Brockman) et du tube bambaatesque « Lose Control ».

Embrouilles : 0%

Tout le monde aime Missy Elliott. Comment pourrait-il en être autrement ? Missy Elliott est exemplaire : en vingt ans de carrière (sans compter ses années d'auteur), zéro histoires, zéro casseroles. Clean sheet . On parle tout de même d'une artiste devenue une telle icône que Michelle Obama l'a invité dans son Carpool Karaoke  avec le présentateur James Corden. Et qu'une pétition l'an dernier demandait l'érection d'une statue à son effigie à la place d'un obélisque confédéré dans sa ville natale de Portsmouth.

Leadership : 30%

Missy Elliott  a commencé en deuxième division au sein de l'équipe Sista, avec ses coéquipières La'Shawn, Chonita et Radiah, mais a vite volé de ses propres ailes. Si Missy aime travailler avec les autres, elle n'est pas nécessairement une meneuse. Ce qui ne l'a pas empêché tout au long de sa carrière de pousser d'autres talents à travers son label The Goldmind Inc., comme Nicole Wray, Gina Thompson, Mocha, puis surtout son amie Tweet, ancienne membre comme elle du Swing Mob . Mais à part cette dernière, artiste plus autonome et à l'univers artistique affûté, aucune autre n'a vraiment percé. La faute à l'ombre trop importante de Missy ? Plus artiste que directrice artistique, plus joueuse de terrain qu'entraîneuse, Missy Elliott n'a jamais réussi a former sa propre relève.

Probabilité de poursuite de carrière : 50%

Depuis 2005 et The Cookbook , Missy Elliott n'a sorti aucun album. On parle pourtant d'une artiste qui en a produit six en l'espace de huit ans . L'une des raisons de cette absence est médicale : Missy Elliott a été diagnostiquée en 2008 de la maladie de Basedow, causant un dysfonctionnement de la thyroïde. Une condition médicale qui lui a fait perdre beaucoup de poids, et a engendré des problèmes de tension, ce qui a considérablement ralenti son rythme de travail. Pourtant, quelques titres ont montré, périodiquement, un talent toujours intact . Son rap en double temps sur l'instrumental guerrier de Triple Threat  signé Timbaland , sa fougue sur WTF  et Pep Rally , produits par Pharrell Williams , ou encore son triplet flow sur le pourtant moyennement inspiré I'm Better  montreune Missy toujours affûtée . Ses featurings pour des jeunes artistes, comme J. Cole  (Nobody's Perfect ) ou A$AP Ferg  (Strive ), souligne l'importance qu'elle a gardé dans la conscience collective du rap , tout comme son apparition dans le dernier single de Busta Rhymes , le bizarre Get It . Un nouvel album est annoncé depuis 2016 . Ce serait sans doute le dernier avant une retraite bien méritée.

> Score général : 75/100

Crédit photo : Getty Images