MENU
Accueil
[Révision de classique] "Sang d’encre : Haut-débit" (2004) : street, politique et spirituel.
Écouter le direct
[Révision de classique] "Sang d’encre : Haut-débit" (2004) : street, politique et spirituel.
[Révision de classique] "Sang d’encre : Haut-débit" (2004) : street, politique et spirituel. ©Radio France

[Révision de classique] "Sang d’encre : Haut-débit" (2004) : street, politique et spirituel.

Le mois d'août est période de vaches maigres dans le rap français. Peu propice aux réussites commerciales et à la promotion, cette période a tout de même vu sortir quelques pépites, comme la compilation du label 45 Scientific en 2004.

Artiste :  45 Scientific (label)

Titre : Sang d’encre : Haut-débit

Date de sortie : 3 août 2004

Format : Compilation

Ventes : pas de chiffres connus

En trois mots : cru, élaboré, inégal

Etat des lieux

En 2004,le label 45 Scientific vient de perdre Booba, et on s’interroge sur son avenir en l’absence de sa vedette numéro 1. Pourtant, le 45 reste une réalité très concrète du rap indépendant, et profiter de la place laissée vacante par l’auteur de Temps Mort  pour miser sur de nouveaux talents  comme Escobar Macson  et Lalcko , tout ens’appuyant sur ses leaders historiques Ali et Hifi . S’il ne peut plus réaliser les scores fabuleux de Mauvais Oeil et Temps Mort , le label devient hyperproductif pour assurer sa survie, et la compilation Sang d’Encre est l’une des sept sorties estampillées 45 Scientific  au cours de l’année 2004.

Contenu

Sang d’Encre : Haut débit est la compilation de rap français typique : une vingtaine d’artistes répartis sur 19 pistes , dont une intro non-rappée. L’idée est de mêler les têtes d’affiches et les nouveaux talents de l’écurie 45 Scientific avec des artistes extérieurs déjà affirmés comme Dany Dan , Le Bavar  ou Sheryo . S’il n’y a pas de ligne directrice particulière, l’ensemble est tout de même très représentatif de l’esprit 45 Scientific : une ambiance street où tout est très cru, avec de gros zestes de spiritualité distillés ici par Ali (évidemment), Lalcko et Mekhlouf.  Ce dernier constitue par ailleurs l’excellente surprise de cette compilation, avec le titre Les Chiffres , qui marque les auditeurs de l’époque avec son concept ambitieux.

Accueil

En 2004, 45 Scientific reste l’une des grandes maisons du rap indépendan t, et une valeur sûre pour les auditeurs. La presse spécialisée de l’époque couvre donc suffisamment cette sortie pour que l’évènement soit attendu et suivi, d’autant que la présence sur la tracklist de noms comme Dany Dan, Le Bavar ou Sheryo attise la curiosité, et que chaque apparition d’Ali était scrutée par les fans de Lunatic qui, pour la plupart, n’avaient pas encore fait le deuil de leur groupe favori.

Sang d’Encre est globalement bien accueilli par les suiveurs de 45 Scientific, qui restent notammentfrappés par la performance d’Escobar Macson  sur Ghetto Guet Apens . On se plaint cependant d’un certain manque d’homogénéité, avec quelques grands moments de rap noyés au milieu de titres dispensables. Par ailleurs, il faut également rappeler que l’on arrive à la jonction entre la première et la deuxième moitié des années 2000 : les puristes du rap sont encore très présents parmi les auditeurs, et profitent de leur position de gardiens du temple hip-hop pour rappeler à tout le monde que le rap défendu par 45 Scientific, ce n’est pas vraiment le rap.

Postérité

En tant que compilation,Sang d’Encre : Haut Débit n’avait pas forcément vocation à marquer l’histoire. Pourtant, comme L432  ou les BO de Taxi , La Haine  et Ma 6T va crack-er , la compil montée par Jean-Pierre Seck et son équipe va traverser les années , et rester comme un disque important pour bon nombre d’auditeurs. Ghetto Guet Apens  (Escobar Macson), Les Chiffres  (Mekhlouf), Les Voix Suprêmes  (Lalcko), J’anticipe  (Hifi), Lamentations (Ali et Keydj) : si tous les titres ne survivent évidemment pas, certains deviennent des classiques, et représentent pour certains artistes les morceaux-référence de leurs carrières.

Héritage

Malheureusement, les carrières des nouveaux poulains sur lesquels mise l’écurie 45 Scientific au moment de la sortie de Sang d’Encre : Haut Débit  n’atteindront jamais les sommets auxquels on était en droit de s’attendre. Escobar Macson se brouille avec le label de Geraldo et Jean-Pierre Seck et l’affaire finit au tribunal, ralentissant la progression de la carrière du gaillard ; Lalcko se forge une superbe discographie, mais son succès est aussi impressionnant du point de vue critique que confidentiel sur les autres plans ; même chose pour Ali, avec une discographie tout aussi qualitative mais beaucoup moins fournie ; Mekhlouf -qui n’est d’ailleurs pas signé chez 45- disparaît quasiment de la circulation, malgré quelques rares apparitions qui ne font que nourrir ultérieurement les regrets des auditeurs. S’il faut retenir quelque chose, c’est que La Rumeur , par l’intermédiaire d’un solo du Bavar, effectue l’une de ses dernières apparitions sur une compilation de rap français  (Ekoué en fera encore quelques-unes, mais la plupart seront des archives et pas des titres neufs).

Taux d’avant-gardisme :  0%

On parle d’une compilation, le genre de format dont le but est rarement de révolutionner un genre musical. Au contraire, il s’agit bien souvent d’un excellent instantané d’une période donnée , un disque qui cristallise toutes les tendances de l’année de sa sortie. C’est le cas ici :Sang d’Encre représente l’essence d’un rap de rue en plein essor depuis quelques années, et de l’indépendance du rap français, qui vit quelques belles heures avec des labels comme Menace Records , Anfalsh , Tous Illicites , les débuts de Din Records , et bien évidemment 45 Scientific -et tant d’autres.

Taux d’obsolescence : 15%

C’est assez simple, de ce côté : les titres qui frappaient fort en 2004 sont toujours aussi efficaces  ; ceux qui étaient dispensables à l’époque le sont peut-être encore plus aujourd’hui. Globalement, tout est relativement sobre sur le plan des sonorités, rien de très ancré dans une mouvance particulière, l’ensemble vieillit donc plutôt bien.

Taux d’actualité du discours : 50%

Si le nombre d’artistes présents tout au long du disque (plus d’une vingtaine) ne permet pas de définir un seul discours prédominant, l’ensemble est guidé par trois grands axes :le rap purement street  ; les questions sociales, sociétales et politiques ; enfin, la thématique religieuse et spirituelle , qui revient sous plusieurs formes, à travers les regards de Lalcko, Mekhlouf, Ali et Keydj. A l’heure actuelle, le rap à tendance street a toujours le vent en poupe ; les questions plus engagées sont encore présentes, mais surtout chez des artistes peu exposés, ou de façon très éthérée dans les textes des têtes d’affiches ; enfin, la spiritualité est de moins en moins prégnante dans le monde du rap, et si Kaaris  (Le Bruit de mon âme , Paradis ou Enfer ) ou PNL  évoquent souvent les contradictions opposant leur mode de vie et leur foi, difficile de trouver des équivalents actuels à Ali ou Lalcko.

Avis 2018

Compilation au contenu assez inégal qualitativement,Sang d’Encre : Haut Débit a échappé à l’épurage que permettent aujourd’hui les systèmes d’écoute moderne. D’un disque à 19 pistes, la majorité des auditeurs actuels aurait fait son tri, déplacé une bonne moitié des pistes vers la corbeille, et conservé l’équivalent d’un bon gros EP. Quoi qu’il en soit, les titres majeurs de cette compil restent des morceaux mythiques,  et impressionnent autant aujourd’hui qu’il y a 14 ans.

*/ 5

Crédit photo