MENU
Accueil
Révision de classique : "Opéra Puccino"
Écouter le direct
Révision de classique : "Opéra Puccino"
Révision de classique : "Opéra Puccino" ©Radio France

Révision de classique : "Opéra Puccino"

Vingt ans après sa sortie, le premier album d’Oxmo continue de vivre, avec deux concerts qui lui seront entièrement dédiés les 29 et 30 juin prochains à l’Olympia. Plus que l’analyse d’un classique, on vous propose aujourd’hui une véritable vivisection.

Artiste :  Oxmo Puccino

Titre : Opéra Puccino

Date de sortie : 28 avril 1998

Format : Album

Ventes : plus de 100.000 (certifié disque d’or en 2006)

En trois mots : intimiste, lyrique, théâtral

Etat des lieux

Après quelques années à bourlinguer aux côtés de Lunatic, les X-Men, Jedi  et tant d’autres, au sein du mythique collectif Time Bomb , Oxmo vient de connaître les joies de la percée grand public grâce au titre Mama Lova , extrait de la compil Sad Hill  de Kheops , DJ du groupe IAM . Avec ses faux airs du Notorious B.I.G. , il est déjà reconnu comme une figure solide du rap français, notamment grâce au titre Pucc Fiction  en feat avec Booba , qui a particulièrement marqué les esprits en 1997. Son premier projet est donc particulièrement attendu par la frange du public qui a suivi l’épopée Time Bomb.

Contenu

18 pistes dont 3 interludes … qui font réellement sens, c’est assez rare pour être souligné. La première, Black Mafioso , fait le lien -avec humour- entre le fantasme italo-mafieux du rap et la réalité du milieu, représenté comme raciste et méprisant ; la seconde, Peu de Gens le savent , est un monologue sur un fond d’intru, le genre de prose qui en dit autant, voire plus, qu’une belle chanson (“un BEP chaussure ? tu crois que les gens m’ont attendu pour marcher ?”)  ; la dernière, Black Cyrano de Bergerac , est quasiment une pièce de théâtre, avec un Oxmo qui déclame son texte dans une ambiance feutrée et un public qui applaudit -ajoutant à l’aspect parfois déjà théâtral du personnage.

Accueil

On pourrait croire que tout s’est très bien passé pour Opéra Puccino , qui reste le seul album d’Oxmo à avoir conquis aussi bien le public -plus de 100.000 ventes) que la critique (il est généralement considéré comme son meilleur album, même si le débat est souvent ouvert avec L’amour est mort ). Pourtant,le rappeur aime rappeler que tout n’a pas été aussi simple : “Opéra Puccino a été assez mal reçu à sa sortie. Les gens s'attendaient à ce que je ne fasse que desPucc'Fiction ou des Black Mafioso et ça a déçu” (interview Noisey, novembre 2015). Il est vrai que l’image d’Oxmo est encore très empreinte de sa période Time Bomb, et qu’on voit en lui l’équivalent d’un Tarantino du rap-game : un mec capable de raconter des histoires de gangsters assez folles bourrées de références cinématographiques, en jouant aussi bien sur l’humour que sur la violence -chose qu’il fait sur Hitman , mais heureusement pas sur l’intégralité du disque. Certains textes très introspectifs, voire intimistes d’un côté, et certains titres très ouverts de l’autre, surprennent donc une partie du public, qui s’attendait peut-être à un fond plus dur. Hormis ces quelques relous, Opéra Puccino  reste l’album qui fait entrer Oxmo dans la cour des grands et lui offre la possibilité de devenirune pointure du rap français,  avec entrée en playlist radio, clips télé, et presse spécialisée (papier, à l’époque) conquise -élu album de l’année 1998 par le magazine Groove .

Postérité

Quand un album a droit àson concert spécial pour fêter ses vingt ans , c’est qu’il n’y a pas trop de questions à se poser au sujet de sa postérité. Le fait qu’il ait été certifié disque d’or huit ans après sa sortie prouve également qu’il s’agit d’un disque qui a duré et continué à vivre bien au delà de sa parution , tout comme la présence de deux extraits du disque dans le fameux top 100 des meilleurs sons du rap français publié par l’Abcdrduson en 2009, ou encore sonsans-faute absolu  sur les principaux agrégateurs de critiques.

Héritage

S’il a particulièrement marqué la critique,l’influence d’Opéra Puccino sur le reste du rap français reste sujette à question , puisque, contrairement à Lunatic ou plus largement à l’écurie Time Bomb, le Oxmo d’Opéra Puccino n’engendre pas réellement de clones  -ni immédiatement, ni lors du revival 90’s des années 2010. En revanche, cet album permet au rappeur de mettre un pied dans le monde du cinéma  à travers les musiques du film Petits Frères , dont la légende raconte que le scénario aurait été inspiré par le texte de L’enfant seul . Ca ne parait peut-être pas grand chose aujourd’hui, mais placer du rap à ce niveau à cette époque reste un petit exploit.

Taux d’avant-gardisme :  75%

Oxmo reste le premier à avoir eu droit au fameux éloge (ou insulte selon le point de vue)“il brise les clichés du rap” , dix ans avant Abd al Malik et vingt ans avant Lomepal. Plus glorieux, sa volonté de jouer sur sa propre identité artistique plutôt que sur celle de Time Bomb lui permet de créer un son relativement moderne pour l’époque , notamment sur le plan du mix, qui a pu surprendre les fans de rap à la fin des années 90, mais qui permet aujourd’hui àOpéra Puccino  de ne pas sonner vieillot.

Taux d’obsolescence : 10%

Au delà de l’aspect purement technique,l’absence d’ancrage temporel des textes d’Oxmo joue clairement en sa faveur  aujourd’hui. Hormis les singles les plus ouverts comme Le Mensongeur  ouSacré Samedi Soir , qui correspondent à des codes dépassés de nos jours, la plupart des titres s’écoutent encore parfaitement en 2018,  et continuent à faire mouche.

Taux d’actualité du discours : 98%

Oxmo parle de solitude, d’amour, d’amitié et de trahison, bref, des thématiques universelles, qui n’ont pas pris la moindre ride, à tel point qu’on pourrait parfaitement imaginer un Opéra Puccino 2.0, avec les textes de 1998 repris par des rappeurs de la nouvelle génération -ce serait horrible et terriblement putassier, mais vous connaissez l’industrie du disque, on n’est vraiment pas à l’abri.

Avis 2018 :

C’était excellent en 1998, ça l’est toujours en 2018.  Pour les fans de la première heure, il y a de quoi nourrir quelques regrets supplémentaires sur la deuxième partie de la carrière d’Oxmo, qui avait vraiment quelque chose en plus, y compris cette capacité à faire dans l’intemporel. On peut aussi voir le côté positif et se dire qu'il aurait aussi bien pu rester dans son petit confort en tentant de refaires indéfiniment Opéra Puccino , et ça aurait forcément fini par être gonflant.

> 5 étoiles / 5

+ d'Oxmo Puccino sur Mouv'