MENU
Accueil
Révision de classique : NTM "1993... J'appuie sur la gâchette"
Écouter le direct
Révision de classique : NTM "1993... J'appuie sur la gâchette"
Révision de classique : NTM "1993... J'appuie sur la gâchette" ©Radio France

Révision de classique : NTM "1993... J'appuie sur la gâchette"

Considéré comme le meilleur album du Suprême NTM par certains, et comme le moins accessible par d’autres, "1993... J'appuie sur la gâchette" a soufflé cette semaine sa 25ème bougie. L’occasion d’évaluer sa résistance au temps et de revenir sur le contexte de sa sortie.

Artiste :  Suprême NTM

Titre : 1993 … J’appuie sur la gâchette

Date de sortie : 15 mars 1993

Format : Album

Ventes : 100.000 (source)

En trois mots : Polémique, sombre, technique.

Etat des lieux

Simple mouvement marginal quelques années plus tôt, le hip-hop entre petit à petit dans les moeurs pendant la première moitié des années 90, malgré une réputation encore très subversive -qui représente clairement l’un des meilleurs arguments de vente du Suprême NTM. Tête de proue de la première génération de rappeurs médiatisés, aux côtés de MC Solaar ou IAM, le Suprême prouve depuis deux ans que le rap peut vendre : un disque d’or en quelques mois avec son premier album, quelques grandes salles -dont le Zénith parisien- pleines à craquer, et des apparitions télé restées dans les mémoires.

Contenu

17 pistes sur la tracklist, mais seulement 12 véritables morceaux,  le reste étant composé d’une intro non-rappée, de trois interludes, et d’une outro sous forme de teaser de l’album suivant -un peu comme les scènes post-générique chez Marvel. Techniquement, J’appuie sur la gâchette représente une petite anomalie au sein de la discographie du Suprême NTM, puisque Joeystarr n'apparaît en tout et pour tout que sur 7 titres, tandis que Yazid, originellement danseur et backeur au sein du groupe, vient poser sur 4 morceaux.

Accueil

Etant donné le semi-chaos qui accompagne cette sortie, la réception globale de l’album est biaisée, et donc difficile à juger : entre la cover représentant un flingue et une douille, le premier single traitant du thème du suicide, le morceauPolice  entraîne une enquête (finalement classée sans suite), un seul titre clippé (et pas le plus vendeur) ... bref, c’est le bordel, et ça se ressent sur le plan comptable, puisque 1__993... J’appuie sur la gâchette aura besoin de 4 longues années pour atteindre le disque d’or (pour 100.000 exemplaires vendus, avec le barème de l’époque) , et que la tournée qui suivra l’album sera très largement raccourcie, avec 4 dates au total.

Postérité

Globalement assez partagé : certains reprochent au disque une certaine impression de préfabriqué, l’album ayant été entièrement écrit alors que NTM était déjà signé en maison de disques, là où le disque précédent Authentik, avait majoritairement été pensé en amont, et répondait donc plus directement au fameux “constat d’urgence” cher à Joey ; en face, de nombreux observateurs considèrent ce disque comme le meilleur du groupe, et saluent notamment son aspect très professionnel, insistant sur sa consistance et l’attention portée aux détails -là où Authentik  sonne plus artisanal, et où les deux suivants s’ouvrent un peu plus au grand public.

En revanche, Kool Shen  est clairement passé à la postérité pour sonutilisation improbable mais flamboyante de l’imparfait du subjonctif sur l’incroyable rime“que voulez que je fisse sinon du hardcore ?”

Héritage

Etant donné la carrière finalement très courte du Suprême NTM, qui n’a réellement été actif d’un point de vue discographique que pendant moins d’une décennie, l’essentiel de chacun des albums du groupe a fini dans le formol, et des titres qui auraient fini par passer inaperçus dans la carrière d’autres groupes plus productifs, ont fini par entrer dans le coeur du public for ever. Pourtant, des 4 véritables albums du groupe,1993... J’appuie sur la gâchette est peut-être celui qui a le moins laissé de titres marquants :Authentik  a laissé des traces par son statut de précurseur, et l'intemporalité de certains textes, tandis queParis sous les Bombes  et Suprême NTM ont l’avantage de compter des titres très porteurs, et de proposer des sonorités moins datées. On retient donc principalement Police , toujours joué sur scène vingt-cinq ans après, J’appuie sur la gâchette , ou Qui paiera les dégâts , sorte de pont entre Le Monde de Demain  et Qu’est ce qu’on attend .

Taux d’avant-gardisme : 30%

Plutôt bien ancré dans son époque sur le plan des sonorités,1993... J’appuie sur la gâchette  anticipe cependant une grande tendance du rap des années qui vont suivre :le sampling . Evidemment, la technique est déjà énormément exploitée avant 1993, elle atteint des sommets ici, avec notamment le contrepied fait sur le titre éponyme J’appuie sur la gâchette , un morceau sombre et morbide qui vient pourtant se placer sur une boucle originellement chaude et sensuelle de Barry White. On notera aussi une autre tendance à venir dans la complémentarité entre Joeystarr et Kool Shen,  le premier oscillant entre flow rageux et spoken word quasi-chuchoté, et le second variant un nombre incalculable de flows très élastiques.

Taux d’obsolescence : 60%

Les bpm plus lents que surAuthentik , les samples hyper efficaces, la survie et l’actualisation de certains titres grâce à la scène,les textes intemporels de Kool Shen, Joeystarr et Yazid  : autant de points qui permettent à 1993... J’appuie sur la gâchette  de rester écoutable en 2018. En revanche, pas mal de titres sonnent franchement vieillots, ce qui est, de toute façon, le cas d’une grande majorité de titres de rap de la première moitié des années 90.

Taux d’actualité du discours : 80%

“Plus rien ne va, non croyez-moi, plus rien ne va ! : techniquement, difficile de faire discours plus actuel. Globalement, NTM a toujours su se démarquer par des textes capables de rester très actuels 10, 20, ou aujourd’hui 30 ans plus tard, et 1993... J’appuie sur la gâchette  n’échappe pas à la règle . Seul bémol sur la quantité assez importante de phases qui ne passeraient pas forcément comme une lettre à la Poste de nos jours :“Je rallie la cause de ceux qui prennent le risque et me range au rang des terroristes” ; “donne moi des balles pour la police municipale”  ; ou encore “ne cherchez pas, intentionnel était cet attentat”  -évidemment, tout est ici cité hors-contexte.

Avis 2018

1993... J’appuie sur la gâchette est loin d’être l’album du Suprême NTM qui a le mieux vieilli, et s’il reste un excellent témoignage de ce qu’a été le rap il y a 25 ans, et un album particulièrement intéressant sur bien des points, il serait franchement très compliqué de le faire entrer dans la playlist d’un auditeur en 2018.

> 2,5 étoiles / 5

+ de Suprême NTM sur Mouv'