MENU
Accueil
Rap français : qui sera le grand gagnant de la rentrée ?
Écouter le direct
Rap français : qui sera le grand gagnant de la rentrée ?
Rap français : qui sera le grand gagnant de la rentrée ? ©Radio France

Rap français : qui sera le grand gagnant de la rentrée ?

Rookies, stars, piliers du game... le rap français est chaud cet automne : mais qui tirera le mieux son épingle du jeu ?

Après un été assez morne en apparence sur le plan des sorties d’albums, le rap français s'apprête à vivre une rentrée frénétique, entre têtes d’affiches au sommet de leur gloire , stars sur le retour ,rookies désireux de croquer  le monde, et rappeurs déjà confirmés dont on n’attend plus que le dernier saut de qualité. En somme : tout est réuni pour un très gros automne, d’autant que certaines dates de sorties restent incertaines et alimentent les fantasmes des auditeurs.

Les valeurs sûres : Rim’K, Sadek, Despo

La catégorie des rappeurs qui peuvent dormir sur leurs deux oreilles à l’approche de la rentrée : Rim’K jouit plus que jamais de son statut d’indémodable , après avoir soufflé cet été ses 40 bougies, fêté un nouveau disque de platine pour l’album Fantôme , et livré un énorme tube de l’été avec Air Max , en featuring avec Ninho. En somme, tout va bien pour le vitriot, qui a donc préparé en toute sérénité l’arrivée de son nouvel album,Mutant . Difficile de l’imaginer flopper, que ce soit sur le plan des ventes (le combo grosse notoriété + gros capital sympathie + gros noms en featurings devrait faire mouche) ou sur le plan critique (Rim’K n’est pas forcément le meilleur rappeur du monde, mais rares sont ceux qui combinent son efficacité et sa régularité).

S’il n’a pas encore le statut de vétéran,Sadek a au moins atteint celui de valeur sûre , et pourrait bien se retrouver dans la même position que Rim’K dans une dizaine d’années. En attendant, le rappeur-acteur est tellement sûr de lui qu’il ose des excentricités que peu se permettent dans le milieu très sérieux du rap français : cover kitchissime, look improbable dans les clips, et prises de risques musicales franchement pas évidentes à assumer sans une grosse assurance. Malgré cette direction loin des sentiers battus, tout devrait très bien se passer pour Sadek, qui a toutes les cartes en main pour grimper encore quelques marches supplémentaires.

En marge des circuits classiques de l’industrie du disque, Despo Rutti , ou Majster, continue son petit bonhomme de chemin avec une régularité assez folle pour un indépendant autoproduit. Si on ne s’attend pas à le voir faire la tournée des plateaux télé, ou enchaîner les clips à quelques dizaines de millions de vues sur Youtube, son modèle semble parfaitement huilé : Despo a trouvé son rythme de croisière , et affiche une grande sérénité à chaque nouvelle sortie.

Les anciens revanchards : Canardo, Disiz, Youssoupha

Le rap, musique réservée aux jeunes ? Si la question se posait encore il y a quelques années, la longévité d’artistes comme Booba, Soprano, Kaaris ou Rim’K prouve que la quarantaine ne marque pas nécessairement la fin d’une carrière.  Mieux, certains retours gagnants (Sofiane, MC Solaar, Orelsan) ont démontré que disparaître des radars médiatiques pendant quelques années n’était plus forcément discriminant, et permettait au contraire de mieux rebondir. Dans ce contexte, le mois de septembre 2018 est particulièrement intriguant : Disiz , après une quinzaine de disques en 20 ans de carrière, proposera une nouvelle mise à jour artistique, une sortie qui intrigue, sachant que chacun de ses projets étant différent du précédent ; Youssoupha  sort de trois longues années d’absence médiatique, une éternité à l’heure où l’industrie du rap a mis le pied dans l’ère de l’hyperproductivité ; enfin, Canardo , pas si vieux mais présent dans le game depuis belle lurette, est toujours resté dans son propre del en cherchant plus à se faire plaisir qu’à toucher un public particulièrement large.

Ceux qui veulent profiter de la rentrée pour level-up : Alpha Wann, Josman

Il existe dans le rap français une catégorie d’artistes un peu particulière : les rappeurs dont la qualité artistique est unanimement reconnue, que l’on estime capables de réaliser d’authentiques classiques, mais dont l’explosion définitive reste latente. Alpha Wann représente la quintessence de ce type de rappeur : attendu depuis une bonne demi-douzaine d’années, il a convaincu la quasi-totalité des observateurs, mais n’a jamais livré LE projet qui finirait de le consacrer. Etant données les réactions aux premiers extraits de son premier véritable album, à venir en décembre, l’heure pourrait enfin être venue pour le parisien.

Dans une moindre mesure, Josman vit le même type de situation : ses premiers projets lui ont offert une belle couverture critique, il lui reste désormais à se donner les moyens de ses ambitions avec un véritable album, qui devrait donc débarquer le 14 septembre.

Ceux qui veulent confirmer : MHD, Hornet la Frappe, Columbine

Péter le score sur un projet est une excellente chose, mais rien ne prouve que ce succès ne tient pas sur un simple malentendu. Pour évacuer tout type de doute, l’idéal est donc de confirmer avec un deuxième succès consécutif. MHD, qui est allé chercher un double-platine en 2016, cherchera à faire au moins aussi bien cette année, sachant qu’il a continué à gagner en exposition depuis (partenariats avec Adidas et le Real Madrid, puis avec Puma, plateaux de télévision, concerts dans le monde entier) mais a peut-être perdu en fraîcheur, étant donné qu’il n’est plus du tout seul sur le créneau de l’afrotrap.

Situation différente pour Hornet la Frappe, qui a charbonné depuis pas mal d’années avant de concrétiser les espoirs placés en lui avec Nous-Mêmes, son premier projet en maison de disques, rapidement certifié platine. Très exactement un an après, il remet donc le couvert avec Dans les Yeux, appliquant peu ou prou la même recette, avec un zeste d’ambition supplémentaire : désormais, Hornet ne doit plus simplement se présenter au public, mais bel et bien confirmer son nouveau statut.

A cheval entre confirmation et renouvellement, le groupe Columbine ne devrait pas avoir trop de difficultés à faire ses chiffres, mais reste dans une logique d’évolution artistique, en proposant constamment à son public une vision différente. Toute la difficulté réside donc dans l’équilibre à maintenir entre les attentes d’une fan-base déjà existante, et la volonté du collectif de ne pas s’enfermer dans une case.

Les possibles révélations : Koba la D, RK, 4Keus, O2DSK

Alors que Def Jam France semble déterminé à miser avec conviction sur lui, Koba la D est l’un des grands prétendants au titre de MVP du mois de septembre : sa cote continue à grimper depuis des mois, et le public s’habitue petit à petit à son grain de voix si particulier. Reste à savoir si Koba saura dépasser le statut de rookie signé en grosse maison de disques, qui comporte peu de risques de flopper mais ne suffit pas toujours à survoler les charts -surtout en période de forte concurrence, comme l’est ce mois de septembre 2018.

Même principe pour 4Keus, qui devrait profiter du savoir-faire de Wati-B pour s’imposer dès son premier album. Au delà de ces ambitions légitimes, le principal défi du groupe consistera à s’émanciper totalement du 4Keus Gang, étant donné que tout le monde a encore un peu de mal à faire la distinction.

Enfin, il y a ceux qui publieront leur tout premier projet, et n’auront donc d’autre prétention que celle de se présenter dans de bonnes conditions au au public. On ne s’attend donc pas à voir O2DSK exploser à grande échelle dès ce mois de septembre, mais l’arrivée de son premier album devrait au moins lui permettre de se faire un nom. Même chose pour RK, attendu après son apparition dans Rentre dans le Cercle, et que l’on est franchement curieux d’entendre sur long format.

Ceux qui iront chercher le succès d’estime : LuXe, Oster Lapwass, Jazzy Bazz, Gros Mo

Des artistes plus ou moins installés dans le paysage rap français, avec pour point commun une exposition limitée à certains médias spécialisés, et une fan-base pas forcément très étendue mais plutôt fidèle et impliquée. A titre d’exemple, LuXe n’ira pas forcément décrocher un disque de platine en 3 jours, mais pourrait bien tirer son épingle du jeu en allant toucher les sommets du côté de la critique.

Ceux qui n’ont encore rien annoncé : PNL, Sch, Manau

Ce sont deux des grands mystères de la rentrée : teasés depuis quelques mois par le biais de clips et titres inédits, les albums de PNL et Sch alimentent les fantasmes, sans qu’aucune date de sortie n’ait été annoncée officiellement. A l’heure actuelle, rien n’indique qu’il faille s’attendre à une sortie en septembre, mais si l’un ou l’autre venait à sortir, nul doute qu’il s’agirait de l’évènement rap français du mois.

Moins attendu par le public rap, mais tout aussi énigmatique, le nouvel album de Manau avait été annoncé pour le mois de septembre, mais aucune nouvelle n’a filtré depuis, ce qui n’invite pas à l’optimisme. Vingt ans après le hold-up de Panique Celtique, le roi de la Tribu de Dana ne devrait a priori pas s’assoir sur le trône du rap français.

Crédit photo : Koria