MENU
Accueil
Rap français : qui est le boss actuel du rap game ? [édition 2019]
Écouter le direct
Nekfeu (© Getty) / Booba  (© Getty) / Ninho (© Fifou)
Nekfeu (© Getty) / Booba (© Getty) / Ninho (© Fifou)

Rap français : qui est le boss actuel du rap game ? [édition 2019]

Après un premier semestre 2019 aux chiffres stratosphériques, il est temps de se poser pour voir qui contrôle le jeu : Nekfeu, Booba, Ninho, Sofiane... ?

La bataille pour le trône du rap français a longtemps été l’histoire d’un duel entre quelques grosses têtes, c’est tout sauf une métaphore. En quelques courtes années de carrière, PNL a repoussé toutes les limites du rap français, en réalisant des choses que certains n’auraient même pas osé imaginer : remonter les Champs Elysées dans un élan populaire digne d’une victoire en Coupe du Monde ; clipper sur la Tour Eiffel comme si c’était un vulgaire bâtiment du fin fond du 91 ; recaler Drake ; collaborer avec Virgil Abloh ; écouler 113000 disques en 7 jours ; enchainer 6 singles de diamant d’affilée sur un seul et même album … oncurrents au trône. On fait donc le point sur les forces en présence (et on souhaite à Rohff de revenir le plus vite possible dans la bataille, mais pour le moment, il a des choses beaucoup plus importantes à gérer). 

Booba

Pourquoi il peut prétendre au trône : Booba est le seul rappeur français -voire même peut-être le seul au monde- à rester légitime en tant que numéro un après vingt-cinq ans de carrière. Longtemps en concurrence pour le trône, il a regardé les adversaires de sa génération s’écrouler un à un (Sinik, Diam’s), son plus grand rival perdre du terrain après des années de coude-à-coude (Rohff), et semble aujourd’hui plutôt bien composer avec ses challengers. 

Les arguments en sa défaveur : Après avoir composé pendant des années avec un rap-game qui peinait à se renouveler, il doit aujourd’hui faire face à une nouvelle génération aux dents longues. 

Quelle politique envers ses sujets ? Tolérance zéro. On est soit dans son camp, prêt à partir au combat le couteau entre les dents, soit on est son ennemi. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? On parle quand même d’un mec qui a appelé son dernier album Trône, qui a chanté Boss du Rap Game, et qui publie régulièrement des photos de lui avec une couronne ou assis sur un trône. 

Le petit plus de la maison : Celui qui voudra s'asseoir sur le trône devra s'asseoir sur ses genoux. 

Nekfeu

Pourquoi il peut prétendre au trône : Les chiffres parlent pour lui, en particulier pour un artiste aux méthodes de promo aussi minimalistes. On se souvient par exemple de la sortie de Cyborg en 2016 : annoncé par surprise en plein concert, absolument pas exploité ensuite (aucun clip, aucune affiche publicitaire), et jamais défendu en interview, l’album avait battu quelques records et devrait finir par décrocher un disque de diamant -il est déjà triple-platine depuis deux ans. 

Les arguments en sa défaveur : Son extrême discrétion médiatique et son quasi-rejet de la célébrité, mais aussi l’aspect clivant de son univers -rappeur propre sur lui, fan-base facilement caricaturable. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? Pas du tout, sur ce plan Nekfeu pourrait être comparé à Jon Snow à la fin de Game of Thrones[attention spoilers] : il ne veut pas de la couronne, ce qui en fait donc le meilleur candidat possible car “quel meilleur monarque que celui qui n’est pas attiré par le pouvoir ?”, il finit donc exilé, loin, très loin de toute l’agitation populaire. 

Le petit plus de la maison : Il préférait mettre la couronne sur la tête de sa maman, c’est choupi. 

PNL 

Pourquoi il peuvent prétendre au trône : Parce que quand ils chantent “on prend le rap, on l’enc*le à deux”, c’est tout sauf une métaphore. En quelques courtes années de carrière, PNL a repoussé toutes les limites du rap français, en réalisant des choses que certains n’auraient même pas osé imaginer : remonter les Champs Elysées dans un élan populaire digne d’une victoire en Coupe du Monde ; clipper sur la Tour Eiffel comme si c’était un vulgaire bâtiment du fin fond du 91 ; recaler Drake ; collaborer avec Virgil Abloh ; écouler 113.000 disques en 7 jours ; enchainer 6 singles de diamant d’affilée sur un seul et même album … 

Les arguments en leur défaveur : L’occupation inconstante du terrain (quasiment trois ans entre Dans La Légende et Deux Frères), les difficultés à convaincre les puristes. 

Est-ce que le trône les intéresse vraiment ? PNL a démarré en posant tout de suite les bases à ce sujet : “j’prends la couronne, j’la pose sur la tête du petit frère”. Par la suite, le groupe s’est surtout attaché à démontrer son mépris pour la question, avec notamment ce “on pisse sur le trône” du plus bel effet sur La Vie est Belle. On monte en grade cette année avec cette position réaffirmée : “j'te donne la couronne, mais avant j'chie sur le trône”. 

Le petit plus de la maison : “J'ai quitté ma chaise dans le hall pour monter chier sur le trône”, une bien belle ascencion sociale. 

Jul

Pourquoi il peut prétendre au trône : Parce qu’il a vendu plus d’albums en 5 ans que Booba, Rohff et Soprano en une carrière complète, mais aussi parce que son taux de sympathie est l’un des plus élevés du plateau, et surtout parce que personne ne semble vouloir se frotter à lui : aucune pique reçue, aucune attaque, que du respect et de l’amour. 

Les arguments en sa défaveur : Sa personnalité le rend particulièrement attachant mais sa musique reste très clivante. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? A priori c’est vraiment la dernière de ses préoccupations, du moment qu’il peut continuer à débarquer dans les mariages en survet’ et à tourner des clips sur des deux roues. 

Le petit plus de la maison :J'veux l'boss, l'argent du boss, pourquoi pas la chatte à sa mère ?”, un peu sur le principe du beurre, de l’argent du beurre et du cul de la crémière. Niveau ambitions, ça vous place un homme. 

Ninho

Pourquoi il peut prétendre au trône : Ninho est l’un des rares prétendants au trône à faire carton plein sur absolument tous les critères. Sur le plan des chiffres, il lutte avec les plus gros vendeurs français, se permettant même le luxe de repasser devant PNL, deux mois après la sortie de son album. En termes de performance, il régale en dérouillant à peu près tout le monde en featuring, d’autant qu’il maintient une productivité impressionnante. 

Les arguments en sa défaveur : On pourrait éventuellement lui reprocher d’être trop bien intégré au game, ce qui est bien sûr un bon point, mais qui pourrait l’empêcher de prendre de la hauteur, comme le font Booba, PNL ou Nekfeu, plus solitaires -mais ce serait vraiment pinailler. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? A l’heure actuelle, il semble plus occupé à se faire plaisir et à multiplier les collaborations qu’à vouloir instaurer une monarchie. 

Le petit plus de la maison : “Dans l'tieks pas de boss, celui qui pèse on le vole”, ce qui explique certainement que Ninho n’ait pas de réelle ambition à ce niveau. 

Orelsan

Pourquoi il peut prétendre au trône : Il réussit à peu près tout ce qu’il tente (musique, cinéma, télévision), il n’a quasiment pas de concurrence sur le plan des ventes, il est capable de gérer les polémiques, il se met la critique dans la poche à chaque nouvelle sortie, et il plait à peu près à tout le monde. 

Les arguments en sa défaveur : Le fameux débat “faut-il être street-crédible pour être proclamé boss du rap-game ?”, dans lequel il part évidemment avec un gros désavantage. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? Non, il s’en bat clairement les couilles. 

Le petit plus de la maison : Il est capable de transformer un trône en siège éjectable et pourrait donc devenir le premier boss du rap-game à rapper depuis la stratosphère. 

Gims

Pourquoi il peut prétendre au trône : Personne ne vend autant de disques que lui dans ce pays, il remplit le Stade de France, et il semble avoir un excellent marabout. 

Les arguments en sa défaveur : Il ne fait pas du vrai rap pur et dur, à tel point que l’on se demande régulièrement s’il doit encore être classé parmi les rappeurs. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? On est probablement face au seul mec de la liste qui trouve le trône du rap-game trop petit pour lui, et qui veut carrément s'asseoir sur celui de la musique française. 

Le petit plus de la maison : Possibilité de splitter le royaume et de refiler les sept autres couronnes aux autres membres de la Sexion d’Assaut. 

Sofiane

Pourquoi il peut prétendre au trône : Il réussit des choses que personne d’autre n’aurait pu réaliser, comme réunir tout le 93 sur un seul et même album, pousser NTM à sortir un inédit après 20 ans d’inertie artistique ou encore relancer le game des freestyles face-caméra où seule compte la performance. Mieux, il est le seul à avoir compris que sa nouvelle influence pouvait lui apporter bien plus que quelques disques de platine et des millions de vues sur Youtube : depuis que le succès a frappé à sa porte, Fianso a pris les choses en main et a placé ses pions un peu partout dans l’industrie du disque, du cinéma, du jeu vidéo. Qu’on le veuille ou non, il finira tous par nous gouverner dans l’ombre. 

Les arguments en sa défaveur : Il semble délaisser petit à petit sa carrière de rappeur pour mieux se concentrer sur ses activité extérieures. Peut-on vraiment être considéré comme le boss du rap-game si l’on ne sort plus d’albums ? 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? Pendant un temps, on s’est surtout demandé si le véritable objectif de Fianso n’était pas juste de titiller le roi pour lui faire comprendre que la chute dans le ravin ne se trouvait qu’à un coup de hanche. Aujourd’hui, il semble surtout vouloir se créer un rôle à la Don Corleone -ou à la Paulie, pour rester dans la thématique Affranchis. En somme, un mec qui contrôle le game dans l’ombre, qui a les sénateurs et les politiques dans sa poche comme si c’était de la petite monnaie, et qui n’a plus vraiment besoin de se salir les mains. 

Le petit plus de la maison : L’un des derniers business montés par Fianso a de quoi faire sourire : la fabrication des disques de certification remis par le Snep. S’il voulait vraiment monter sur le trône du rap français, il pourrait donc se forger sa propre couronne sans rien demander à personne -ce dont peu de monarques peuvent se vanter. 

Soprano

Pourquoi il peut prétendre au trône : Il met tout le monde à genoux sur le plan des chiffres, aussi bien sur les ventes d’albums que sur les places de concerts, et il est devenu l’un des artistes français les plus bankables, devenant l’un des piliers de The Voice Kids puis de The Voice. 

Les arguments en sa défaveur : Comme Gims, on se demande toujours s’il appartient à la catégorie rap ou s’il l’a définitivement quitté, d’autant que le noyau dur de ses auditeurs est constitué de familles et d’un très jeune public. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? Le mec remplit des vélodromes et occupe la case prime-time de TF1, il n’a vraiment pas le temps pour ces futilités.  

Le petit plus de la maison : “Ma tête est trop petite pour une couronne / je n'ai que mes chiottes comme trône / J'suis pas l'King ni le Duc des Bouches-du-Rhône”, chantait Soprano il y a une dizaine d’années, faut clairement pas l’emmerder avec ces histoires de boss du rap-game. 

Damso

Pourquoi il peut prétendre au trône : Jeune, talentueux, original, et très concret sur le plan des chiffres, Damso a déjà tous les bons arguments pour prétendre à la pôle-position. Surtout, il a déjà son armée de fidèles prêts à surinterpréter le moindre indice pour faire de lui un génie absolu des sens cachés. 

Les arguments en sa défaveur : La grosse question concerne sa gestion du beef avec Booba. Les ratpi acquis à sa cause ces dernières années lui ont rapidement tourné le dos, et si Damso ne semble pas vouloir entrer dans le jeu de la guéguerre à distance, il va devoir subir les assauts répétés de son ex-mentor, bien décidé à le titiller jusqu’à le faire craquer. 

Niska 

Pourquoi il peut prétendre au trône : Tout ce qu’il touche se transforme en or, il est l’un des seuls à pouvoir toucher à la fois la street (feats avec Kekra, Alkpote) et le jeune public voire les familles (feats avec Soprano, Maitre Gims), et surtout, il gère particulièrement bien son relationnel avec le reste du rap français -il est d’ailleurs l’un des seuls à rester proche de Booba sans pour autant être considéré comme son petit. 

Les arguments en sa défaveur : Ses mésaventures avec Aya Nakamura, qui ont clairement entaché son image. 

Est-ce que le trône l’intéresse vraiment ? A l’heure actuelle il ne revendique pas la couronne, mais s’il continue à gagner en envergure sur son prochain album, il pourrait tenter une OPA sur le rap-game. 

Le petit plus de la maison : L’un des rares rappeurs français à pouvoir espérer une percée internationale, comme l’a laissé espérer son récent feat avec Diplo.