MENU
Accueil
Quand le rap français part au bled...
Écouter le direct
Quand le rap français part au bled...
Quand le rap français part au bled... ©Radio France

Quand le rap français part au bled...

Un sujet récurrent chez les artistes, qui réchauffe souvent les corps et les coeurs. En cette période hivernale, on s'est dit que se pencher sur le sujet ne pouvait pas faire de mal.

Parmi les thèmes les plus prisés dans le rap français a longtemps siégé celui du retour au bled. De nombreux rappeurs étant des enfants d'immigrés voire des immigrés eux-même dans quelques cas, il est assez logique que ce côté double culture s'illustre dans leurs textes. Si l'on a tous le cliché de la description joyeuse.

Précisons que cette liste n'est pas du tout exhaustive ; il y a en réalité tant de morceaux de rap qui traitent du sujet que ce serait interminable. Vous pouvez donc ajouter vos préférés dans les commentaires, même si soyons honnêtes on ne les lira sûrement pas.

Rocca – Dans les rues de Bogota

Rocca a toujours évoqué ses origines latines, depuis ses premiers textes au sein de La Cliqua. Mais avec ce morceau c'était la première fois qu'il immergeait l'auditeur à ce point dans sa vision du quotidien de la capitale de la Colombie. Plutôt que de raconter une simple visite ou des souvenirs, le rappeur utilise ses connaissances de la ville pour nous sortir une description plus vivante que jamais, où on a même droit à du story-telling.

Casey – Chez moi

Si vous vous demandez comment Casey a réussi à faire un morceau joyeux sur la Martinique en dépit de son style plutôt aux antipodes de ce genre d’ambiance, la réponse est simple, elle n’a jamais envisagé de faire ça. La rappeuse reste totalement fidèle à elle-même et décrit froidement tout ce qui caractérise l’endroit, depuis les racines de l’esclavage jusqu’aux habitudes locales typiques, en n’oubliant pas de cracher tranquillement sur les mauvais côtés et les clichés entretenus. Sans oublier bien sûr la phrase finale qui tombe comme un couperet « Sais-tu que notre folklore ne parle que de cris d e douleurs, de chaînes et de zombies ? M ais putain, s ais-tu qu' encore aujourd'hui, Madinina, l'île aux fleurs est une colonie ?  » Cela nous a donné un clip magnifique qui nous plonge dans le quotidien de l’île. C'est également un des rares clips où l'on voit Casey sourire avant de faire un bisou à sa mamie dans l'intro et ça c'est collector.

113 (Rim'K) – Tonton du Bled

Inutile de revenir sur le hit de 113  (un solo de Rim'K ) devenu un tube incontournable en la matière tant il a tourné à l'époque (hautes rotations radio, singles qui partent comme des petits pains et même version live aux Victoires de la musique) qui décrit à peu près tous les aspects parfois comiques d'un banlieusard qui passe un séjour chez sa famille dans son pays d'origine.

Bisso Na Bisso

Ce n’est pas le précurseur de l’afro-trap mais c’est en quelque sorte un ancêtre. L’album du collectif Bisso Na Bisso réunissait à peu près tous les artistes d’origines congolaise duSecteur Ä  (Ben-J des Neg' Marrons, Mystik, M'Passi, Passi, Les 2 Bal et Ärsenik). Ils posaient exclusivement sur des beats à base de sample afro et les featurings étaient des stars de la chanson africaine. Evidemment les thèmes abordés avaient tous un rapport avec l’Afrique, que ce soit léger (les femmes, la fête) ou plus grave et sérieux comme la guerre. A noter qu’il y aura un second opus bien plus tard mais qui marchera moins commercialement que le premier.

113 (AP) – Tonton des Îles

C'est tout bonnement le pendant antillais de Tonton du bled, où c'est cette fois AP qui rappe en solo son retour chez sa famille "des îles", plus précisément la Guadeloupe. Il est moins connu que la version de Rim'K, n'ayant jamais été clippé ni exploité en single, mais tout fonctionne à peu près pareil : le dépaysement, les vannes des anciens ("tu te crois encore en métropole garçon"), le choc des cultures et des habitudes l'instru et son sample qui évoque le décor directement.

113 (Mokobe) – Voix du Mali

Mokobe était le seul membre du 113 qui n’avait pas pu placer un morceau en hommage à son pays d’origine sur Les Princes de la ville . C’est chose faite avec Voix du Mali, où il utilise exactement le même procédé que ses deux collègues. A la différence près qu’il est accompagné de la valeur sûre Oumou Sangare pour le refrain. L’autre distinction notable est qu’il ne s’agit pas exactement d’un retour au bled mais d’une description plus globale et un peu moins personnelle, comme si Mokobe survolait le pays (il décrit plusieurs endroits iconiques) dans le temps et l’espace pour réaffirmer sa richesse et sa fierté.

Disiz – Itinéraire d'un enfant bronzé

Disiz a eu une période où il souhaitait se rapprocher le plus possible de ses origines noires (ce n'est pas sale, tous les métisses passent par là à un moment ou à un autre) en investissant au Sénégal, en lançant une marque de vêtements, mais surtout en faisant un album concept centré autour du thème du retour au pays. C'est ce qui a donné le disque Itinéraire d'un enfant bronzé où, des instrus aux featurings, il a tenu à assumer haut et fort sa fierté d'être sénégalais. On compte notamment des collaborations avec des artistes Thione Seck, Ablaye M'Baye, Pape Djibi Ba, Oumou Sangare, Hawa mais aussi les rappeurs Flag, 16AR, Mental, Iron Sy pour un morceau bien nommé Sénégalais de France  et même Mokobe pour un remix de son Voix du Mali  qui devient donc Voix du Mali et du Sénégal .

Less du 9 – L'étranger

Il n'y a pas que les autres continents dans la vie, il y a aussi l'Europe. Dans L'Etranger, le rappeur Vasquez Lusi du groupeLess du 9  part en solo dans ses souvenirs et livre un tableau sans concession de son pays d'origine, en l'occurrence le Portugal. Ici il n'est pas de question de vacances et encore moins de légèreté, mais du rappel réaliste pur et dur. Dans ce morceau le rappeur lâchera d'ailleurs la phrase choc "c'est pas le Tiers-Monde, non, parce qu'on est blancs", pour mieux souligner la pauvreté extrême de ce genre de régions au Portugal, un côté du pays rarement mis en avant.

Médine – Alger pleure

Médine quant à lui a attendu quelques temps avant de se plonger dans son histoire personnelle mais a fini par accoucher de ce titre où il parvient à associer le côté politique qui le tient à coeur avec un ressenti plus individuel. En effet Médine est un métisse franco-algérien, et c’est à partir de cette double appartenance qu’il décide de rendre hommage sans tricher à l’indépendance de l’Algérie dont c’était le cinquantenaire au moment de la sortie du morceau. Moitié story-telling historique moitié émotion personnelle, le son doublé du clip atteint son objectif.

Alpha 5.20

En réalité Alpha 5.20  n’a jamais vraiment fait un morceau dont on pourrait dire que le thème est le Sénégal, tant il n’en a pas besoin. En fait, absolument tout dans ses textes s’y rapportent le plus souvent tôt ou tard : il assumait le côté bledard comme personne, et a toujours revendiqué être un immigré venu en France pour prospérer avant de repartir. On trouve pelle-mêle des références à certains quartiers de Dakar, au yamba (l’herbe locale), aux Baay Faal, et plus que chez n'importe qui d'autre, une constance dans la mise en avant et la fierté de son pays. Bref, si son premier album s'appelait Vivre et mourir à Dakar ce n'est pas pour rien.

Damso – Kin la belle

  

Ekoué (La Rumeur) – Blessé dans mon ego

Pour Ekoué , la description de son rapport à son pays d'origine le Togo, c'est avant tout le moyen de souligner le décalage énorme qu'il y a entre son mode de vie en France et la réalité de sa famille là-bas. Il avoue ainsi sans complexe qu'il n'en mène pas large devant eux, et qu'il est hors de question de leur parler de rap ; il évoque ses cousins qui le chambrent en soulignant ses "manières de petit blanc". Cela lui permet aussi de dresser un rapide portrait du pays qui tranche évidemment avec la France, et de mettre en avant la difficulté des expatriés et autres fils d'immigrés qui finissent par se sentir chez eux nulle part.

Sinik feat Cheb Bilal et Big Ali –Bienvenue chez les bylkas

Là on est en plein dans le côté tube de toute la vague Raï'n'B portée par Kore et Skalp, avec les compilations aux mille singles qui sortaient de manière régulière. On retrouve donc Sinik dans un registre qu'il n'avait pas souvent testé, à savoir le festif. Il s'agit avant tout de décrire le voyage et l'ambiance en mode bande de potes qui sont là pour s'amuser. C'est d'ailleurs mis en avant dès le titre qui parodie Bienvenue chez les ch'tis, et la présence d'Omar Sy accentue évidemment le côté humoristique.

Black M & MHD – A l'Ouest

Les deux faiseurs de tube partagent une origine : la Guinée. C'est donc tout logiquement que Black M a invité MHD sur son tube A l'Ouest, à la gloire de l'Afrique de l'Ouest. Les deux font ce qu'ils savent faire de mieux : un hit dansant, avec un côté afro accentué par la présence de MHD et l'instru signé du fidèle Dany Synthé. Si les deux rappeurs ne vont pas spécialement en profondeur dans la description du pays, il le représente au maximum, à coups de name-dropping d'autres artistes et de footballeurs (Kevin Constant, Titi Camara...) et élargissant même le propos à toute l'Afrique de l'Ouest (Sénégal, Mali, Côte d'Ivoire).

L'skdrille – Un peuple, un but, une foi

Dans ce morceau fleuve qui venait clôturer leur premier album Nos Vies, 13OR et 16AR ont tenu à conclure avec un morceau consacré aux pays de leurs parents, respectivement le Mali pour 13OR et le Sénégal pour 16AR. Comme l'un et l'autres n'avaient pas spécialement d'aller plus loin que des allusions au détour de quelques rimes jusqu'ici, ils se sont lâchés dans les grandes largeurs et ont chacun pondu leur plus long couplet pour faire une déclaration d'amour à leur bled chacun de leur côté.

LIM - DZ

LIM étant plus ter-ter que bledard, il n'avait pas spécialement consacré de morceaux entiers de A à Z à l'Algérie mais la donne a changé en 2016 avec DZ, tourné évidemment sur place. Même si le rappeur revient malgré tout une énième fois sur son parcours de délinquant, c'est plutôt dans l'optique de dire qu'il est bien loin de sa famille au pays et que ça lui manque. Et forcément, la fierté algérienne se fait sentir à sa façon ("LIM, je suis un DZ, super guerrier comme dans DBZ").

Sazamyzy, Hype & Alpha 5.20 - Retour au bled

Ici on est chez les hustlers. Sazamyzy se met en scène dans un retour au bled où il arrive en grand seigneur, avec de la marchandise, etc. Hype, lui, adresse tout son couplet à Nicolas Sarkozy, président à l'époque du morceau, pour expliquer que son bled est désormais plus attrayant que la France (et que là-bas il peut épouser des femmes plus belles que Carla Bruni, ça compte aussi), puis c'est Alpha 5.20, en terrain conquis, qui parachève le tout en rappelant sa philosophie à savoir "ramasser et se barrer", rappelant que pour lui la France n'est qu'une étape et que le retour au pays natal est inévitable en bout de course. Il profite également du morceau pour déplorer quelques évolutions négatives du Sénégal.

Crédit photo : Capture d'écran Youtube