MENU
Accueil
Quand la politique s’intéresse au rap français…
Écouter le direct
Quand la politique s’intéresse au rap français…
Quand la politique s’intéresse au rap français… ©Radio France

Quand la politique s’intéresse au rap français…

...C’est souvent pour des mauvaises raisons, et quand c’est pour des bonnes raisons, c’est souvent de la mauvaise façon. Retour sur une relation hautement compliquée qui nous a toutefois réservé quelques pépites.

Nous sommes en période d’élections, la campagne bat son plein, c’était donc l’occasion parfaite pour se pencher de plus près sur les rapports parfois surprenants que des politiciens voire dans certains cas des partis entiers entretiennent avec les rappeurs français ou le rap en général.

Le conflit

Sarkozy vs Hamé (La Rumeur)

Suite à la parution d'un article dans lequel le rappeur du groupe La Rumeur dénonçait l'impunité des policiers auteurs de meurtres sur des jeunes de quartiers , le Ministère de l'Intérieur et Nicolas Sarkozy lui-même  ont déposé plainte contre l'auteur. Et comme il faut parfois un happy end, c'est Hamé qui a fini par gagner son procès, après plus de 8 ans de procédures. Dans l'histoire de la Justice, jamais un double recours en cassation n'avait eu lieu pour une affaire de ce type, ce qui donne une petite idée de la détermination du Petit Nicolas sur ce coup.

Nadine Morano puis Nicolas Sarkozy vs Sniper

Tout commence lorsque des groupuscules d'extrême droite  tombent sur le morceau La France  de Sniper. Ils ont les poils qui se hérissent en entendant le refrain et décident de faire ce qu'ils font de mieux, à savoir appeler des mairies pour se plaindre que les artistes soient programmés dans certaines villes en concert. Puis Nadine Morano  tombe sur ces doléances et monte au créneau. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur hyperactif, s'intéresse alors au groupe et découvre en bonus le morceauJeteur de pierres  : ni une ni deux, il sort le maxi-combo de la mort "rappeurs racistes anti-blanc et antisémites ". Un bourbier assez navrant que Tunisiano résumera dans le morceau ci-dessus.

Manuel Valls vs MOH

Là MOH a un tout petit peu sa part de responsabilité dans la mesure où pour les besoins d’un de ses clips, lui ou son producteur, en tout cas quelqu’un de leur équipe a eu l’idée de génie de demander à des jeunes d’arrêter un train façon attaque de diligence avec des armes etc. Vous voyez le dernier clip de Sofiane où il interrompt la circulation sur l’autoroute ? C’est du pipi de chat à côté. Panique totale des voyageurs, légère tension du côté des nerfs de la SNCF, embrouille avec des policiers ; la Justice se saisit de l’affaire et il n’en fallait pas plus pour que Manuel Valls, alors Ministre de l’Intérieur  mais déjà apparemment en plein désœuvrement (il n’y avait pas encore de burkinis à l’époque) a remédié à son manque d’action en intervenant directement. D’abord via un communiqué où il « rend hommage aux policiers qui sont rapidement intervenus pour protéger les passagers et le personnel de la SNCF  » en précisant pour ceux du fond qui n’auraient pas suivi que "contraindre un train à s'arrêter d'urgence, semer la panique parmi les voyageurs, caillasser les forces de l'ordre sont des actes inacceptables. » Et après il a insisté lui-même auprès du Parquet  pour qu’il soit particulièrement sévère avec les responsables.

François GrosDidier

Ce député de droite avait fait parler de lui en estimant que le rap était responsable des émeutes , mettant en avant une liste qui allait du Ministère A.M.E.R à Lunatic en passant par Fabe . Son argument ? Les lyrics sont une apologie du racisme anti-français et anti-blanc. Le bonhomme avait donc fait le tour des plateaux télés de l’époque avant de retourner dans le néant pour le reste de sa vie, sauf quand il a été condamné pour détournement de biens publics.Rien de concret n’avait découlé de son action  à l’époque et à ce stade de lecture vous avez probablement déjà oublié son nom.

Eric Raoult

Avec Eric Raoult,NTM a été confronté à la droite de son époque , avec déjà l'utilisation récurrente de l'argument phare qu'une tripotée de génies a repris régulièrement dans les années qui ont suivi, à savoir « vous vous plaignez mais vous, vous faites quoi aussi ? ».

Ceux qui prétendent être fans

Sans surprise, ceux qui partent dans ce registre sont souvent de gauche, très souvent membres du Parti Socialiste  et en recherche désespérée de légitimité dans les banlieues difficiles. Du coup, en faire des tonnes sur leur proximité  réelle ou pas avec cette musique est toujours vu comme un bonus pour flatter un électorat que l’on imagine suffisamment stupide pour se dire « votons pour ce mec, il est fan du même artiste que moi ». On a un exemple de forcing de ce type avec Benoît Hamon  qui déclarait écouter Still de Dre et Snoop sur Twitter sans qu’on sache bien pourquoi, tout comme il en avait fait des tonnes sur Mohammed Ali dans une interview spéciale sport. Les ficelles sont grosses  mais pourquoi pas.

C’est ainsi que Ségolène Royal , candidate à la présidentielle de 2007, s’est retrouvée à citer Kery James dans son discours de Villepinte  : « je ne veux pas me faire à l'idée qu'il y ait deux jeunesses, l'une qui serait vouée à la réussite et l'autre condamnée à l'échec, ou pire à la violence parce qu'au départ il n'y a pas les mêmes chances et qu'on n'a pas su recadrer, encadrer et discipliner à temps les enfants pour les faire réussir à l'école comme le dit très bien Kery James  ». Bon évidemment elle a choisi le morceau Banlieusards , pas Hardcore , faut pas déconner. Et en l’écoutant on pourrait croire que le rappeur a rappé l’ensemble de la tirade alors que selon toute vraisemblance elle a juste pioché la phrase « on n’est pas condamnés à l’échec  », mais c’était bien tenté.

François Hollande

Le futur ex-président de la République était allé défendre la radio lorsque son PDG était en péril, ce qui était globalement rabaissant pour tout le monde quand on connaît les dessous de l’affaire.Ici il s’agit clairement d’une démarche politique  qui répond à du lobbying parce que non, même quelqu’un qui a raté sa carrière à ce point ne se déplace pas officiellement juste pour parler avec Fred Musa et Colonel Reyel. Tout cela s’inscrit dans la droite lignée des relations très intéressées entre la radio et le PS, qui a toujours, de Julien Dray à Malek Boutih , entretenu des relations troubles avec la direction, vue comme un bon moyen de cadrer une certaine jeunesse.

Marion Marechal Le Pen

La nièce de la candidate du Front National a également des goûts improbables . « Je vais peut-être vous surprendre mais j'écoute du rap  [...] Il y a un rappeur que j'aime bien, même si je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il dit sur le fond, mais je trouve qu'il a un talent d'écriture, c'est Youssoupha. J'aime beaucoup Sexion d'Assaut et Maître Gims aussi.. .» Bon par contre, quand la venue de Black M pour un concert en marge des commémorations de Verdun a fait polémique, Marion a vraisemblablement jeté sa casquette Wati-B  pour expliquer à quel point il n'avait rien à faire là-bas. Donc a priori on ne la verra pas tout de suite twerker dans un clip de Kaaris.

Emmanuel Macron

Macron a cité du IAM dans son discours à Marseille,en se plantant totalement puisqu'il a dit qu’en fait "on est tous nés sous la même étoile". Sans doute que s’il avait fait le même discours ailleurs il aurait pioché dans d’autres rappeurs, bref vous avez compris le principe.

Fidèle à sa schizophrénie habituelle, récemment le leader d’En Marche a également déclaré dans Causeur qu’il « aspire à ce que les enfants les plus éloignés de la culture s'en rapprochent ¬et non sous les dehors d'une culture adaptée à leur sociologie comme le rap ou le hip-hop, mais à travers le contact véritable avec les grandes oeuvres. " On a ici la trinité du politicien freestyleur qui ne connaît pas son sujet  : la différenciation « le rap ou le hip hop » alors que le premier appartient au second, l’opposition maniaque entre la culture classique et la culture dite de rue alors qu’a priori il n’a jamais été question d’apprendre du LIM au collège et surtout, une solution HS à un véritable problème. Sachant qu’on parle d’un champion qui prend les antillais pour des expatriés, pense que la Guyane est une île ou encore que Audiard et Laspalès c’est du pareil au même, il faut relativiser, le gars fait ce qu’il peut.

Ceux qui sont fans

François Baroin et IAM

L’ancien Ministre du Budget, aujourd’hui soutien de François Fillon , connaît par cœur le morceau L’Empire du côté obscur  et l’a prouvé lors d’une émission où il a backé toute une partie du couplet d’Akhenaton  à la surprise générale. Détail qui tue : il a eu le réflexe de remplacer « Luke Skywalker » par « Jean-Claude Gaudin Skywalker », à qui il s’opposait à l’époque.

Olivier Besancenot

Ce monsieur semble réellement aimer le rap, dans la mesure oùil s’est rapproché de Joey Starr  pas seulement en tant que fan mais aussi en collaborant avec lui au sein d’une association . Il y a ensuite eu le morceau On s’habitue à tout  où il sert d’outro au rappeur Mokless , donc a priori il n’était là ni pour les voix ni pour l’argent, le membre de la Scred Connexion n’étant pas précisément le plus gros vendeur du rap français.

Dernièrement il a surpris tout le monde en posant sur un nouveau morceau du rappeur Ous-D-Ous, sauf que cette fois attention :Olivier Besancenot rappe. Bon le souci c’est que vu le résultat, si cet employé de la Poste aime vraiment le rap, il faut qu’il pose le micro à tout jamais.

Bernard Tapie

Bernard Tapie lui aussi a connu une brève mais intense carrière dans le rap avec unfeaturing légendaire aux côtés de Doc Gynéco , qu’on vous laisse redécouvrir ici. D’ailleurs c’est en tant que gangster que Nanard vient poser, plus qu’en tant qu’ex-politicien.

Et puis il y aceux qui admettent être complètement largués , comme Jean Lassalle , invité à Mouv' dernièrement.

C’est peut-être mieux que ça reste comme ça finalement.

Crédit photo : Patrick Aventurier / Getty Images