MENU
Accueil
Pourquoi Batman fascine tant le rap français ?
Écouter le direct
Pourquoi Batman fascine tant le rap français ?
Pourquoi Batman fascine tant le rap français ? ©Radio France

Pourquoi Batman fascine tant le rap français ?

Et pourquoi Bruce Wayne a-t-il des ennemis au Blanc-Mesnil ?

Courant juin 2018, Booba  publiait le clip animé de Gotham , dans lequel, dans un costume très (très) fortement inspiré par Batman, il affrontait Rohff, La Fouine, Kaaris,  mais aussi le commissaire Gordon (ce qui n’a aucun sens, mais après tout, pourquoi pas). Au même moment ou presque, Kekra  publiait Land , son septième projet en 3 ans, dont la première piste s’intitule … Batman . Si l’on suit un minimum l’actualité du rap français, cette omniprésence du héros inventé par Bob Kane à la fin des années 30 n’est pas nouvelle : on se souvient deJul qui chantait récemment "dans la voiture à Batman" , de Booba , encore lui, qui reprenait des éléments de la trilogie de Nolan dans RTC , tandis que des profils aussi variés queMac Tyer, Orelsan, LMC Click  ou encore Demi Portion  enchaînent régulièrement les références aux différents personnages de cet univers.

Alors, pourquoi Batman plus que Superman, le Dr Manhattan ou Spiderman ? Pourquoi n’a-t-on jamais vu Booba déguisé en combinaison bleue avec un slip rouge, ou Kekra chanter sa passion pour Tante May ? Pourquoi Bruce Wayne a-t-il des ennemis au Blanc-Mesnil ? Autant de questions que personne ne se pose mais auxquelles il fallait quand même tenter de répondre.

Les quartiers chauds de Gotham sont intestables

Si Bruce Wayne s’est promis de délivrer Gotham du crime et de la corruption, c’est bien que sa ville est gangrénée de toutes parts, et qu’elle ferait passer n’importe quelle cité d’Île de France pour un havre de paix : impossible d’emmener sa femme et son fils au théâtre ou au cinéma sans se faire assassiner à la sortie, impossible de se balader dans les égouts sans tomber sur de sombres psychopathes, même une sortie au jardin des plantes peut potentiellement s’avérer mortelle, et ne parlons pas des différents moment de l’année censés se fêter en famille : c’est toujours une mauvaise idée. En somme, nos rappeurs qui se battent à coup de superlatifs à longueur d’année pour savoir qui vient du quartier le plus chaud, le plus criminel, le plus meurtrier, rêveraient de pouvoir se vanter de venir de Gotham City, un lieu qui regorge de tellement de cas sociaux qu’on a depuis longtemps abandonné la prison pour miser directement sur l’asile.

Il est masqué, comme ton rappeur préféré

C’est la grande tendance dans le monde du rap à l’heure actuelle : qu’ils soient rappeurs (Siboy, Kekra), beatmakers (Heezy Lee, Maskey), youtubeurs (Maskey) et autres, tous optent pour le port du masque, et font donc le choix d’une double vie, l’une avec leur vrai visage, l’autre cachée sous une cagoule, un morceau de caleçon découpé, ou un masque médical. L’attrait pour un personnage masqué comme Batman apparaît donc comme une évidence, à plus forte quand on observe le contraste entre le mode de vie affiché par Bruce Wayne et les véritables activités de Batman. Le rapprochement est d’autant plus saisissant quand on entend Kekra raconter qu’il se retrouve parfois en face d’autres rappeurs sans que ces derniers ne sachent qui ils ont en face d’eux, ou encore quand Jul admet que s’il avait quelque chose à changer dans sa carrière, il ferait le choix de ne pas dévoiler son visage pour pouvoir mieux échapper aux affres de la célébrité.

Il est torturé et si bresom

Le rap, comme toute autre forme d’expression artistique, sert souvent d’exutoire pour les artistes, pas toujours enclins à raconter leurs soucis à un psy, et préférant décrire toutes leurs névroses dans leurs textes. C’est par ce biais qu’on se rend parfois compte que des rappeurs qui semblent parfaitement épanouis dans leurs clips sont en fait de grands dépressifs ou qu’ils souffrent de traumatismes psychologiques, un peu comme Bruce Wayne, qui paraît heureux et insouciant quand il participe à un dîner de charité avec une coupe de champagne dans la main et une bimbo au bras, mais qui passe son temps à ressasser la mort de ses parents, à combattre ses propres démons, et à consacrer sa vie à la culpabilité de ne pas avoir encore réussi à délivrer Gotham du crime et de la corruption. Logique, donc, que son psyché torturé pousse les rappeurs à s’identifier à lui.

Son fouiny-gamos est un modèle grand luxe

Pour faire chier Fianso

Personne n’a jamais trop compris pourquoi, maisFianso a un vrai problème avec Batman . Récemment, on a donc eu droit à un inadmissible "patate dans Batman sans accessoires ou cape" , mais on se souvient également qu’il s’en prenait, il y a quelques années, à la version civile, du personnage : "on casse la gueule à Bruce Wayne" . On peut évidemment supposer qu’il aurait été, dans son passé, un sombre délinquant à Gotham City, et qu’il garderait donc une rancoeur tenace envers le super-héros après un casse raté et un séjour difficile à l’asile d’Arkham, mais malheureusement, aucun élément concret ne permet de valider cette hypothèse, et comme l’avocat de Fianso est plutôt sérieux dans ses affaires, on va éviter de tomber dans la diffamation.

Quoi qu’il en soit, les propos de Sofiane restent révoltants, et on peut donc imaginer que des rappeurs comme Jul, Kekra ou Mac Tyer citent le nom de Batman par pure solidarité , pour soutenir un justicier qui a consacré sa vie à défendre les innocents, alors qu’il aurait très bien pu profiter de sa fortune illimitée pour se payer la meilleure coke du marché et vivre complètement défoncé 24 heures sur 24.

Il a un sens de la justice bien à lui

Il t’a volé 10 balles, mets lui 10 balles de 9mm”, “tu veux m'rotte-ca c'est ton droit mais j'reviendrai violer ta fille pendant plusieurs jours comme les mecs du ménage à trois” ou encore “s i tu  boycottes, on recharge ça fait poc poc : c’est peu dire que les rappeurs français ont des réactions souvent complètement démesurées, mais aussi un sens de la justice bien particulier, qui les empêche de se plier aux même règles que les autres judiciables. Une configuration qui se rapproche donc de celle de Batman, qui, s’il collabore avec la police, outrepasse régulièrement l’autorité légale, et flirte parfois avec la frontière de la légalité -le tout, évidemment, dans le but de rendre la justice.

Il est super riche

Et devenir riche reste quand même le rêve de 99% des rappeurs français -le 1% restant en rêve aussi, mais refuse de se l’avouer car ça n’irait pas de pair avec ses textes révoltés contre le capitalisme et l’argent qui corrompt les vrais artistes.

Il aide la police

Et à force de voir des rappeurs se prendre pour Batman, on va finir par se poser la question : derrière les innombrables insultes aux forces de l’ordre, n’y aurait-il pas, comme chez Bruce Wayne, une volonté de faire le travail de la police à sa place, mieux qu’elle, après avoir été déçu par ses méthodes et la corruption qui règne en son sein ? Possible, quoique voir Booba descendre Jim Gordon, l’un des seuls flics honnêtes de la ville, dans son dernier clip, n’est pas franchement un signe encourageant pour cette théorie.

Crédit photo : Capture YouTube Booba - Gotham