MENU
Accueil
Marvel et le rap français : une relation qui ne date pas d'hier (1/2)
Écouter le direct
Photos : Marvel / Dodji Toviekou
Photos : Marvel / Dodji Toviekou

Marvel et le rap français : une relation qui ne date pas d'hier (1/2)

Les rappeurs bien de chez nous n’ont pas attendu le succès d’Avengers Endgame pour s’intéresser aux héros de Marvel...

C’est officiel, Avengers Endgame a dépassé Titanic  au box office mondial, et les prévisions indiquent qu’a priori le blockbuster devrait finir sa course également devant Avatar dans quelques temps. Autrement dit, le long-métrage s’apprête à devenir le numéro 1 de tous les temps en terme de réussite commerciale. Cependant le rap n’a pas attendu 2019 pour piocher dans les personnages Marvel au détour d’une punchline. « Je viens te sauver ma belle, je sors tout droit d'un Marvel »  (Kaaris – Trap), « je ride sur la nouvelle vague, je suis le Surfeur d'argent » (Loveni – Pompes Funèbres), « c'est vrai que je suis pas comme eux un peu comme les X-men » (Lazer - Les Ténèbres), et on en passe, sans parler des groupes qui ont choisi pour noms des références directes (Factor X, Les X-Men…).

Comme d’autres références pop, on les retrouve régulièrement dans les lyrics de nos MC’s depuis pas mal de temps. C’est donc l’occasion de se pencher sur les personnages les plus populaires à l’échelle du rap francophone (pour les quotas, à un moment on va croiser un belge et un canadien, désolé).

Spider-Man

C'est le jeune tisseur de New York qui arrive en tête, pour plusieurs raisons. Outre la popularité du personnage, c’est celui qui permet à nos rappeurs le plus de références et autres détournements qu’ils affectionnent. On a d’abord ceux qui s’assument amateurs des aventures du personnage : « Spider contre Octopus, fan des BD Marvel » (L_indis – _Ma génération). Puis vient comme toujours du name-dropping classique : « trop de flow dans un petit corps comme Spider-Man dans Peter Parker » (Hugo TSR – Ugotrip), « mes rimes me calment, j'esquive les coups bas tel Spider-man » (Caballero – Sur mes pas), « j'avais une araignée au plafond bien avant Spider-man » (Seth Gueko – Veni vidi vici), « Spider-Man, je suis trop Amazing » (Kekra – Je suis là pour), « l’amour et la rue se battent comme Spiderman et Bouffon vert » (Hugo TSR – Garde la tête froide), « descente de keufs, tu sens la tate-pa comme Peter Parker » (_Mac Tyer – _Ouragan). Mais aussi d’autres un peu plus perchés comme l’énigmatique « à midi je mange du serpent, je suis Spider-Man » (Jorrdee – Comme un Belge)

L’utilisation qui arrive en tête est bien entendu l’allusion directe aux super pouvoirs, plus précisément sa façon de se déplacer rapidement en escaladant des gratte-ciels ou en se balançant à haute altitude entre les toits à coups de toile : « « on développe une nouvelle technologie verbale qui se déplace de blocs en blocs comme Spider-Man » (Alkpote – On crève à petit feu), « de building en building, appelle-moi Spider-Man (Canardo – Super-Hero), « je suis dans le building comme Peter Parker » (Veust – Highlanders), « je vole entre les immeubles comme si j'étais Spider-Man » (Loveni - Pompes Funèbres), « le show-bizz c'est le biff mais je m'accroche au bâtiment comme Spider-Man (Despo Rutti – L’art de la douleur). Et bien sûr le parallèle qui revient régulièrement du côté monte-en-l’air, c’est celui avec les cambriolages : « mes potos ils ont faim de sous, ils rentrent chez toi comme Spider-Man » (Jul – Ca vient de là), « j'escaladais les échafaudages à la Spider-Man, cagoulé pour faucher le pactole (Hayce Lemsi – Wild Boy remix). Sans oublier le cas particulier de la gente féminine : « personne n'arrivera à ta cheville, t'es pire qu'un animal, tu me fais grimper comme Spiderman ! » (Liza Monet – My Best Plan).

La toile donne assez souvent des jeux de mots faciles à faire, notamment avec internet : « je me balade sur la toile comme Peter Parker Dinos Punchlinovic – Booska-Psule Corp), « je nique la reum à Spider Man, même si on me trouve partout sur la toile » (Worms-T - Ma Ptite Gueule)

...Mais aussi plus simplement avec les double-sens du verbe tisser dans certaines expressions : « je viens tisser des liens #Peter Parker » (Joke – Kyoto), « ils veulent que je tisse ma toile, mon frère tu crois je suis Spider Man ou quoi ? » (Sofiane – Et elle danse).

La fameuse toile utilisée par le héros est aussi l’occasion pour des esprits mal tournés de penser à du sperme, parce que pourquoi pas. C’est le cas d’Hippocampe Fou sur Cligne des yeux : « ce son plutôt lent est purulent, plus collant que le sperme de Spiderman sur son collant ». Et puis il y a cette fulgurance magnifique sur Rap Inconscient de La Fouine, qui déjà à l'époque ne faisait rien comme tout le monde : « Spiderman lançait tout plein de trucs pour s'accrocher au mur… Ah bon ? Moi je lance du sperme sur des fesses bien dures ». Rappelons qu’il avait fait écouter précisément cet extrait du morceau à Soprano en studio avant sa sortie (c’était l’époque du featuring Ca fait mal remix) et que le Marseillais avait presque pleuré de rire. Autre temps, autres mœurs.

Cependant on a aussi, plus rarement, du clin d’œil à  son fameux « sens d’araignée » qui lui permet de sentir instinctivement le danger. C’est là qu’on voit les vrais fans parce que cette faculté est bien plus utilisée dans les comics que dans les films : « les schmitts sont vifs, j'ai pas le 6e sens de Spider-Man » (Cenza – Fausse Note).

Plus terre-à-terre, on trouve également une association récurrente entre le personnage et l’enfance ou l’adolescence chez certains : « les gosses veulent des Air Max, Chicken Little et Spiderman (Swift Guad – Chronique Ordinaire), « pour Phill Phaal, l'insouciance a pris le large depuis l'époque de Fisher Price, Peter Parker, Spider-Man » (Alpha Wann – Comme un grand), « rêver c'est pour les gosses comme Noël et Spiderman (Lavokato – Boboch Connexion)

D’autres petits sacripants fantasment ouvertement sur Mary-Jane, la compagne du superhéros : « Black Spiderman, je devrais peut-être marier Marie-Jeanne » (Freddy Gruesum – Kamehameha), « laissez moi devenir fou sauvez v'là les dames, caresser les cuisses de Loïs et de Mary Jane (Ol Kainry – Namek).

Enfin il y a les rendez-vous manqués, comme ce freestyle de Zola pour OKLM, intitulé Spiderman freestyle mais uniquement en référence à son cartable à l’effigie du héros, cartable dont l’utilité principale était de transporter de la drogue apparemment. C’est ce qu’on appelle une fausse joie même si c’est respectable.

D’autres encore prennent le contrepied pour démystifier un peu tout ça, comme Ixzo quand il parle d’un ennemi malchanceux sur 730X : « ce lâche prenait la fuite, il s'est pris pour spider-man en sautant du 2e étage, la jambe cassée on l'a vite rattrapé ». Dans son registre Demi-Portion aime aussi jouer sur la confrontation avec la réalité : « tu tomberas mais y’aura personne comme Spider-man » (Juste avant les histoires), « on connaît tous une histoire, du Marvel au cinéma, j'ai voulu être Spider-man mais pas de fil entre les doigts [...] Immortel, pas tout de suite, y’a Marie Jeanne à 6 heures » (Superhéros)

Magneto

Ennemi-Ami récurrent des X-Men, Magnéto a lui aussi quelques rimes qui lui sont consacrées. Certains s’amusent à jouer sur les mots en évoquant son pouvoir : « je maîtrise l'acier : appelez-moi Magnéto » (Alkpote – Mongoldorak). En effet si le mutant surpuissant contrôle tout ce qui est métallique, un rappeur peut de son côté se servir d’armes à feu, c’est pas tout à fait la même chose mais chacun fait selon ses moyens. Et si jamais par malchance l’empereur de la crasserie se tapait un procès pour antisémitisme, il pourrait utiliser cette citation pour dire qu’il s’identifie à un survivant des camps de concentration (l’histoire de Magnéto), c’est toujours bon à prendre.

Vient ensuite Médine sur le morceau L’Arme avec « je serai pour vous ce que Magneto est à Mystique ». Pour le coup tout dépend de quelle version du personnage il parle, puisque dans certains films les deux sont amants, ce qui rend la phrase assez troublante, dans d’autres cas Mystique est au service de Magnéto et lui voue une admiration sans borne, dans X-Men L’Affrontement final, Magnéto trahit Mystique en l’abandonnant comme une merde une fois qu’elle a été transformée en humaine et dans Days of future past il essaie de la tuer à plusieurs reprises. Alors qu’a voulu nous dire Médine ?

Cette question et bien d’autres ne seront absolument pas résolues dans la seconde partie de cet article. Par contre on parlera de Thor, d’Iron Man, de Captain America, de Wolverine, de Hulk et de Black Panther.