MENU
Accueil
Booba vs Kaaris : 1 an de prison avec sursis requis
Écouter le direct
Booba vs Kaaris : 12 ans de prison avec sursis requis,
Booba vs Kaaris : 12 ans de prison avec sursis requis, ©Radio France

Booba vs Kaaris : 1 an de prison avec sursis requis

Au terme d'un long et curieux procès, le procureur a requis d'une peine d'un an avec sursis pour les deux rappeurs par souci d'égalité.

Un procès aussi long que rocambolesque. Tout commence aux alentours de 13 heures, lorsque Booba puis Kaaris, plus d'un mois après leur rixe, arrivent libres au tribunal de Créteil (Val-de-Marne) pour être jugés. Eux qui ont tant envie d'en finir après avoir passé 15 jours en détention préventive, dans l'attente de ce fameux 6 septembre 2018. Et sans le savoir, ils ne vont pas être déçus.

Après plus de dix heures d'audience jusque tard dans la nuit (oui ça fait beaucoup pour une bagarre qui, au maximum, a duré cinq minutes), le procureur du tribunal de Créteil a requis une peine de douze mois de prison avec sursis contre les deux rappeurs,  par souci d'équité. Selon lui, Booba, comme Kaaris, sont"tous deux responsables" de la bagarre du 1er août à l'aéroport d'Orly, lors de laquelle ils ont "perdu toute lucidité" . Le jugement est mis en délibéré au 9 octobre prochain. L'aventure n'est donc pas terminée.

Imbroglio Gato da Bato et "coup d'intimidation"

Sur la forme , ce procès aura sans doute été marqué par sa longueur. Longueur qui s'explique en partie par l'absence d'interprète pour le rappeur Gato da Bato, proche de Booba. Celui-ci, ne parlant que le créole haïtien et l'anglais, avait besoin d'un traducteur pour comprendre, mais aussi et surtout pour être compris. Il y a donc eu une première interruption d'audience, le temps de lui en trouver un. Problème, celui-ci ne parle pas anglais. Il a donc fallu en trouver un autre. Suite à ces péripéties, l'avocate du rappeur a demandé la nullité de la procédure. En vain. Les menaces de report se sont faites insistantes, mais le procès a bien eu lieu.

Sur le fond  maintenant. Qui de Booba ou de Kaaris est à l'origine de la bagarre ? Les images de vidéosurveillance auraient dû répondre à cette question. Finalement non. Bref, en tout cas ce n'est surement pas Booba qui a ouvert les hostilités à en croire l'intéressé. Notamment relayé par 20 Minutes , le Duc donne sa version des faits, "ce jour-là, je vois que Kaaris est dans l’aéroport. Je m’attends à une attaque vu qu’il a fait une vidéo où il promet de boire mon sang et de briser mes os.  Moi, je cherche à aller prendre mon avion. Éventuellement, si je dois me battre, je me défendrai. Mais je ne vais pas à l’attaque" . Accusé par un des avocats de Kaaris d'avoir porté le premier coup, Booba se défend , "le premier coup, je ne le touche pas. C’est un coup d’intimidation, un coup sans conviction pour lui faire peur. Parce que je me suis senti encerclé" .

On est bien loin de la version fournie par Kaaris, qui comme le rapportait l'un de ses avocats, avec qui nous avions pu nous entretenir, prétend avoir été insulté. "Il m'a dit lève toi salope".

Dans le bénéfice du doute, le ministère public a réclamé la même peine avec sursis pour K2A et B2O. Pour leurs proches, dont le fameux Gato da Bato, les peines requises vont de 6 mois avec sursis à 10 mois de prison ferme.

Pas folle la guêpe, les deux rappeurs ont tout de même réitéré leurs regrets durant l'audience. "Ce qui s'est passé c'est pas bon je regrette"  a confié le trapéziste de Sevran. De son côté, sans son fidèle klawi juice , Booba a tenu à préciser, "sur les vidéos, c’est de la vanne. Même les hommes politiques se vannent entre eux."

Rendez-vous le 9 octobre !

Les temps forts du procès sont à retrouver ici.

Crédit photo : Benoit PEYRUCQ / AFP