MENU
Accueil
Booba : "Quand ils verrouillent ta cellule, tu te sens vraiment comme une merde"
Écouter le direct
Booba : "Quand ils verrouillent ta cellule,
Booba : "Quand ils verrouillent ta cellule, ©Radio France

Booba : "Quand ils verrouillent ta cellule, tu te sens vraiment comme une merde"

Confessions intimes dans "M le magazine du Monde" une semaine après sa sortie de prison.

On vous en avait parlé plus tôt dans la semaine, Booba fait la une du nouveau numéro de M le magazine du Monde. Un portrait exceptionnel, dans lequel le rappeur de Boulbi se confie (en attendant son jugement le 6 septembre prochain ) sur la prison, sa relation avec sa mère, ses enfants... D'après les infos du Monde, l'interview a été réalisé au mois de juin dernier donc avant la bagarre avec Kaaris et sa détention provisoire. Hyper important de placer les choses dans son contexte et ne pas fausser le lecteur en faisant croire que ces déclarations datent d'après la bagarre à Orly.

Pour cet entretien quasi prémonitoire, le Duc a mis un peu sa fierté de côté et raconte un peu à quoi ressemble la vie en prison (il avait purgé une peine d'un an de prison entre 97 et 98) :

Quand ils verrouillent ta cellule, tu te sens vraiment comme une merde. Ce sentiment d'impuissance, c'est très fort. Tu te rends compte de ce qu'est le pouvoir, que tu es au-dessous, que tu n'es rien.

Avant de rajouter, un peu désabusé :

Les mecs sont venus te chercher à 6 heures du mat' et maintenant tu es dans une cage. Et puis au bout d'un moment, tu es réglé comme un animal. Tu entends la clef du maton et tu remues la queue comme un petit chien. Tu entends la clef et tu te dis 'y a parloir'. Tu l'entends et tu te dis 'y a promenade'. C'est l'échec, tu comprends ?

Et puis il y a évidemment, ses deux enfants Luna et Omar qui n'avaient pas vu leur père pendant presque 3 semaines, suite à la détention provisoire. Papa ultra-protecteur, Booba a même décidé de les déscolariser à Miami :

Mon fils, je l’ai laissé deux jours. Le premier matin, je me suis caché, je l’ai observé de loin dans la cour de récré, et j’ai vu dans ses yeux qu’il était perdu, ça m’a cassé en huit.  Je préfère que mes enfants restent avec moi. Quand on sait ce que les humains sont capables de faire… Je m’en méfie comme de la peste, ce sont des démons !

Omar et Luna sont clairement sa priorité et il ne veut pas faire les mêmes erreurs que son père qui s'est à peine occupé de lui quand il était jeune.

Mon père n’était pas un bon père, je ne le maudis pas, il s’est excusé dans des SMS, mais les excuses, on s’en fout. Un bon père, c’est quelqu’un sur qui son enfant peut toujours compter . »

Pour découvrir en intégralité le portrait touchant et sincère de Booba, qui permet de mieux cerner ce personnage clivant et idole de toute une génération, ça se passe par ici.(c'est payant par contre) 

Crédit photo : DR/92i/Universal

+ de Booba sur Mouv'