MENU
Accueil
Après "93 Empire", quel projet pour Sofiane ?
Écouter le direct
Fianso
Fianso ©AFP

Après "93 Empire", quel projet pour Sofiane ?

Ciné, musique, théâtre... c'est déjà fait mais on lui a trouvé plein d'autres idées.

Après une première partie de carrière en dents de scie, puis quelques années d’absence quasi-totale sur le plan médiatique, la trajectoire de Sofiane depuis deux ans a tout d’un conte de fée : enfin devenu l’une des principales têtes d’affiches en France, il a surtout su faire fructifier sa notoriété et ses connexions pour mettre en place quelques belles initiatives (Rentre dans le Cercle, 93 Empire), se créer des opportunités parfaitement exploitées (théâtre, cinéma), et réaliser des exploits auxquels personne n’aurait osé croire, comme le retour du Suprême NTM ou celui d’Alpha 5.20.   

Rien ne semble impossible pour l’incroyable Fianso, que l’on imaginerait presque enfiler un slip rouge et s’envoler pour aller combattre Doomsday, ou se pencher sur un microscope pour trouver un remède miraculeux contre le sida. Mais une telle réussite peut aussi avoir des effets pervers, et à l’heure actuelle, on attend tellement du rappeur séquano-dionysien que la perspective d’un éventuel nouvel album solo soulève moins l’enthousiasme qu’avant les sorties d’Affranchis ou Bandit Saleté, d’autant qu’à l’image d’un sportif ayant tout gagné, le risque de voir Sofiane manquer de stimulation après toutes ces réussites existe. Voici donc quelques propositions pour lui permettre de maintenir intact le niveau d’exigence pendant les prochaines années : 

Gagner un César puis un Oscar, et même un Molière

Nouvellement investi dans une carrière d’acteur sur les planches et devant la caméra, Sofiane a jusqu’ici fait preuve d’une grande fiabilité, y compris sur des plans franchement casse-gueule, comme cette invitation à jouer Gatsby le Magnifique au festival d’Avignon, une superbe opportunité qui avait tout du traquenard : il aurait suffi d’un trou de mémoire au beau milieu de la pièce ou d’un jeu de scène insuffisamment préparé pour tuer dans l’oeuf tout espoir de carrière dans ce milieu. Au contraire, le rappeur s’en est très bien sorti, laissant espérer bien plus qu’un one-shot, et préparant au mieux son arrivée dans des rôles importants au cinéma. La mentalité affichée est d’ailleurs clairement la meilleure arme de Sofiane dans ce milieu, puisqu’il explique régulièrement qu’il est bien conscient d’avoir accès à certains rôles uniquement pour sa notoriété de rappeur, là où d’autres comédiens continuent à galérer au bas de l’échelle, et donc qu’il bosse deux fois plus pour justifier sa présence à l’écran. Désormais tête d’affiche de certains long-métrages ambitieux, le prochain objectif sera donc d’abord de s’installer de façon durable dans la grande et belle famille du cinéma français, avant d’aller chercher les récompenses : d’abord la France, avec un doublé inédit César-Molière, puis Hollywood et le monde, en allant décrocher un Oscar du second rôle pour le rôle du fils de Robert de Niro dans Les Affranchis : Reloaded, un film produit par la filiale ciné d’Affranchis Music. 

Réconcilier Booba et Rohff

Au classement des événements impossibles dans le monde du rap français, la réconciliation entre ces deux grands ennemis se place un cran au-dessus du retour du Suprême NTM et d’Alpha 5.20, ou de l’union quasi-totale de la Seine Saint-Denis. Personne n’y croit plus depuis bien longtemps, et même une thérapie intensive ou une menace interplanétaire qui nécessiterait leur union le temps d’un combat à mort contre une race extraterrestre hostile ne suffiraient pas à faire supporter à l’un l’idée que l’autre continue de fouler le sol de la même planète que lui. Face à l’impossible, il faut donc faire appel à Fianso : après un petit échauffement à la cool en réunissant Tandem sur 93 Empire 2, il profite d’abord de ses bonnes relations avec à peu près tout le monde pour concilier tous les membres de la Mafia K1Fry, y compris Rohff, et leur faire enregistrer le projet commun Mafia K1Fry En Pire, produti par Affranchis Music, avec un titre probablement défini un soir de faiblesse après quelques verres de trop. Dans le même temps, Sofiane, dont les connexions s’étendent d’un continent à l’autre, parvient à convaincre Ali de se rapprocher de Booba le temps d’un concert-évènement, Génération Mauvais Oeil, un concert organisé par Affranchis Music avec un titre probablement défini un soir de faiblesse après quelques verres de trop. 

Toutes ces réunifications spectaculaires ne visaient en réalité qu’un seul but : profiter de la sympathie toujours assumée de Rohff pour Ali, et de l’admiration qu’éprouvait Booba pour la Mafia K1Fry il y a quinze ans, pour réunir tout ce beau monde en studio le temps d’un featuring Lunatic Mafia K1Fry. Si les heures de studio et d’enregistrement sont programmées pour éviter toute rencontre entre Booba et Rohff, Sofiane prépare son coup depuis bien trop longtemps pour laisser filer l’occasion : il embauche Ali en tant que médiateur pacifiste, travaille l’un et l’autre, chacun de son côté, et prépare petit à petit le moment historique. Un beau matin, les deux ex-ennemis finissent dans deux cabines d’enregistrement situées face à face, et posent chacun leur couplet. La légende ne dit pas si c’est Rohff qui aura commencé à backer Booba, ou le contraire, mais l’essentiel est là : les deux rappeurs sortent trois minutes plus tard sous les applaudissements du reste du studio. Tout le monde, est en pleurs, y compris les plus grosses cailleras, Booba et Rohff se prennent dans les bras, et le morceau sort quelques jours plus tard, avec quelques passe-passe légendaires et huit mesures de Fianso en plein milieu pour marquer le coup. 

Quarante-huit heures plus tard, Booba et Rohff se liguent contre Fianso pour une sombre histoire de droits sur le morceau, preuve qu’il n’y a rien de mieux pour réconcilier les gens qu’un ennemi commun. 

Alternative à la réconciliation Rohff/Booba : unir tous les ennemis de Booba pour un super Genki-Dama

Les choses ne se passent pas toujours comme prévu, même quand on a un super plan huilé supposant de réunir la Mafia K1Fry et de la faire collaborer avec Lunatic. Frustré de n’avoir pu convaincre Booba du potentiel manstrrr d’une réconciliation avec son ennemi préféré, Fianso change de stratégie : “puisqu’il ne veut pas la paix, il aura la guerre”, marmonne-t-il en jetant un oeil au fond de son verre de Jack sans glace, en prenant la pose d’un affranchi. Ni une, ni deux, il convoque Kaaris, Rohff, Sinik, Kennedy, Kyzer, MC Jean Gab1, Wallst, Joeystarr et Kool Shen, Maître Gims, Dadju, et une trentaine d’autres mecs qu’on n’a pas cité. Après avoir recalé Patrice Quarteron à l’entrée, et malgré les absences logiques de Diam’s et d’Alpha 5.20, Fianso lance les hostilités : “mes chers frères, nous sommes aujourd’hui face à un ennemi commun. Ensemble réunis, nous vaincrons”. Et comme Fianso n’aime pas faire les choses à moitié, il enregistre avec tout ce beau monde un double-album intitulé “J’connais-des-mecs-qui-ont-dix-fois-ton oseille Empire”,  un titre probablement défini un soir de faiblesse après quelques verres de trop. Malgré quelques combinaisons surprenantes, comme le MC Jean Gab1 feat Rohff, ou le Joeystarr-Gims, l’album est un beau succès critique, mais n’atteint pas sa cible, puisque Booba ne se montre pas particulièrement réceptif et se contente de trois posts instagram adressés à Kaaris et une story dans laquelle il fait des selfies avec le marabout de Maitre Gims en guise de réponse. 

Créer son propre média 

Ca marche aussi pour faire chier Booba, et ça sera moins long que de réunir tous ses ennemis. 

Créer une véritable cérémonie de récompenses pour le rap français

Entre la grande histoire de désamour entre le rap et les Victoires de la Musique, et les quelques trophées réservés au hip-hop mais ignorés par à peu près tout le monde, la France souffre de la comparaison avec la scène américaine, qui jongle entre les cérémonies importantes (BET Awards, Billboard Music Awards, MTV Music Awards) et voit ses plus grands artistes cumuler les prix prestigieux. Bien décidé à changer les choses, Fianso enfile le même noeud-pap’ qu’à la Mostra de Venise et se grime en maître de cérémonie pour récompenser lui-même ses pairs, après le vote d’un jury de professionnels du monde du rap : rappeurs, beatmakers, directeurs artistiques, mais aussi journalistes, youtubeurs et autres rapiats. 

Au delà des catégories classiques (meilleur album, meilleur feat, meilleure prod, etc), des catégories annexes sont créés pour rendre ludique la cérémonie. Dans la catégorie meilleure coupe de cheveux, un beau duel s’engage entre Sch et Sifax dans deux styles différents, tandis qu’une polémique divise les réseaux sociaux au sujet de Sadek : fallait-il vraiment le nominer, étant donné qu’il porte une perruque ? Une autre polémique éclate au sujet du trophée du rap de iencli : tous les nominés refusent de participer, et en l’absence de vainqueur officiel, c’est Vald se propose donc de récupérer le trophée “pas pour décorer la cheminée mais pour l’insérer à l’intérieur de Thierry Ardisson”. 

Briguer la Présidence de la République

Ca pourrait sembler farfelu, mais rien que pour l’entendre débattre avec Marine le Pen, François Fillon et Philippe Poutou sur un plateau, ça peut valloir le coup. 

Faire revenir Fabe et Salif

Etant donné que NTM et Alpha 5.20 ont cédé un peu trop facilement, Fianso se lance de nouveaux challenges, en allant clairement chercher des gens qui ne reviendraient même pas si leur vie en dépendait. Avec une tactique de harcèlement digne des plus belles manoeuvres de Kevin Spacey, il finit par forcer convaincre les deux rappeurs repentis à revenir le temps d’un morceau. Si Salif parvient tout de même à le feinter avec des couplets inédits enregistrés en 2008 qu’il réussit à faire passer pour des titres neufs, ça se passe moins bien pour Fabe, consterné dès son entrée dans le studio lorsque l’ingé-son lui demande quels types de réglages il souhaite pour l’autotune. Croyant bien faire en plaçant au milieu de son texte une auto-référence à l’une de ses rimes les plus célèbres, “j’veux qu’mon fils aime sa mère et son dictionnaire”, il provoque la colère de Kaaris, censé rapper sur le même morceau, qui lui aussi avait prévu une auto-référence à l’une de ses rimes les plus célèbres, “c'est nous qu'on va ramasser l'argent, dorénavant et désormais”. Fatigué par tout ce merdier, Fabe claque la porte du studio et repart en retraite, ce qui n’empêchera pas Fianso de récupérer son couplet, de l’arranger au mieux, et de l’exploiter sur le single “Des durs, des boss et pis c’est tout” extrait de l’album Nostalgie Empire, sur lequel on retrouve, en plus de Fabe et Salif, des apparitions de la Fonky Family, Mekhlouf, Fat Cap, Les Sales Blancs, les Neg’Marron ou encore Sté Strausz. 

Publier un livre

Parce qu’on voudrait bien savoir de quoi il parle, ce fameux bouquin. 

Réconcilier Sadek et Fababy autour d’une table avec Pascal Cefran

Grand réconciliateur du rap français depuis deux ans, Sofiane s’est distingué en montrant qu’il était capable de faire l’impasse sur ses brouilles passées (Sadek, La Fouine). Pendant la promo de 93 Empire, on l’a cependant senti un peu dépassé par la situation lorsque, après avoir passé la moitié du temps à mettre les formes et arrondir les angles pour ne froisser personne, il a vu Sadek prendre ouvertement à partie Fababy, ce qui lui a valu de se faire lyncher sur les réseaux sociaux. Conséquence, il tirait la tronche quelques jours plus tard dans la matinale de Pascal Cefran, ce qui lui a valu de se faire encore plus lyncher sur les réseaux sociaux, et donc de nous fournir un superbe contre-exemple de communication réussie. Pour sauver les meubles, la seule option reste donc Super-Fianso : sans prévenir l’un et l’autre, il invite Fababy et Sadek en même temps autour de la même table avec Pascal Cefran en arbitre. Une précaution importante, puisqu’aucun rappeur n’est capable de se battre à 6 heures du matin, et dans le pire des cas, on aura juste droit à deux-trois insultes mollement prononcées entre deux grandes gorgées de café et une tartine. 

Empêcher ses fils de devenir rappeur

C’est clairement le plus grand cauchemar de Fianso, et c’est donc la mission la plus importante de la liste.